Advertisement Banner
CEPHALEES

Reconnaître et soigner les différents maux de tête

21 décembre 2017
« Mal de tête, céphalée ou migraine ? Comment les distinguer et, surtout, les soulager » ? Jane, 43 ans

 

Un repas trop arrosé, une mauvaise nuit, une contrariété, et survient le banal mal de tête avec une douleur siégeant souvent au niveau du front. Tout rentre rapidement dans l’ordre avec un peu de paracétamol ou d’ibuprofène.

Définition d’une céphalée de tension

Une céphalée de tension est une variante du mal de tête. La douleur se manifeste en forme de bandeau ou de casque – on l’impression que la tête est prise dans un étau – et augmente au cours de la journée. La cause est mal connue. Elle pourrait être la conséquence de contractions involontaires des muscles de la nuque, dues notamment au stress.

La migraine avec ou sans aura, un vrai handicap au quotidien

Il s’agit d’une maladie chronique à part entière. Elle représente un réel handicap dans la vie quotidienne, obligeant parfois à cesser toute activité. La migraine évolue par crises plus ou moins intenses et perdurant – sans traitement – de 4 à 72 heures. Elle est fréquemment accompagnée de nausées et de vomissements, d’une sensibilité au bruit et à la lumière (photophobie), nécessitant calme et repos dans une pièce sombre. La crise peut être précédée de signes annonciateurs particuliers (signes visuels) que l’on appelle « aura ».

 À lire aussi : TÉMOIGNAGE de Élise, 45 ans, qui a trouvé le bon traitement

 

Pourtant, 80% des personnes concernées ignorent qu’elles sont migraineuses, ce qui les prive du bénéfice du traitement de la crise : antalgiques, anti-inflammatoires, triptans. Lorsqu’un diagnostic est posé, et afin de réduire la fréquence des crises, le médecin peut aussi prescrire un traitement de fond – trop souvent mal suivi.

Les cas particuliers de maux de tête

  • Les enfants aussi peuvent souffrir de migraine (entre 3 et 10% des moins de 10 ans). Les crises sont plus courtes que chez les adultes, et elles s’atténuent voire disparaissent avec la croissance.
  • Les migraines dites cataméniales surviennent chez certaines femmes durant leurs règles. Elles sont liées aux variations de la concentration des hormones féminines au cours du cycle.
  • L’abus d’antalgiques peut conduire à des migraines chroniques et nécessite la mise en place d’un sevrage.
 À lire aussi : Comment signaler les effets indésirables d’un médicament 

 

ZOOM : Qu’est-ce qu’une migraine ophtalmique ?

ZOOM : Qu’est-ce qu’une migraine ophtalmique ?

Une migraine dite ophtalmique débute par des troubles visuels. Ils sont souvent décrits comme des petites tâches scintillantes qui envahissent d’abord un point du champ de vision puis qui s’élargissent en forme de halo. Raison pour laquelle on appelle souvent ces troubles « aura ». Un symptôme plutôt impressionnant, au moins la première fois, mais sans conséquences ; selon les individus il durera entre 10 minutes et 1 heure. Mais dans plus de 90 % des cas, suit une crise de céphalée.

D’autres personnes peuvent rencontrer ce que l’on nomme une migraine ophtalmique « frustre » aussi appelée migraine acéphalgique. Dans ce cas, rien ne fait suite aux scintillements. Ce type de migraine est sans conséquence et alors tout à fait anodine.

 

 À lire aussi : Lumière bleue, attention danger !

 

Christine Nicolet

Le choix de la rédac

7 plantes + 2 bourgeons = détox

Compléments alimentaires

7 plantes + 2 bourgeons = détox

Nettoyage intérieur !

Des salades qui nous font du bien

Les bons aliments

Variations sur les salades

Un livre de recettes exceptionnel

70 recettes aussi gonflées en antioxydants que savoureuses

Les bons aliments

70 recettes aussi gonflées en antioxydants que savoureuses

On vous livre ici 2 recettes parfaites !

BIBLE LAROUSSE

La bible des secrets de grands-mères

2000 recettes made in grands-mères rien que pour vous !