MEDTRONIC PARLONS DIABÈTE
MESOTHERAPIE

Que soigne la mésothérapie ?

08 février 2018
Très efficace dans le traitement de la douleur, cette technique médicale pratiquée par 10 à 20 000 médecins en France soulage arthrose, tendinites et autres troubles chroniques. Zoom sur ses bénéfices et son mode d’utilisation.

 

Inventée en France par le Dr Michel Pistor en 1952, la mésothérapie est une technique médicale plus qu’une discipline. Elle consiste à amener le médicament au plus près de la zone à traiter par des micro-injections de médicaments, juste sous la peau, là où la douleur est ressentie, en utilisant des seringues à usage unique. La devise de son inventeur résume son principe ainsi : « Injecter peu, rarement, au bon endroit », ce qui évite l’ingestion de médicaments agressifs par voie interne qui, à la longue, peuvent causer des dégâts dans le foie et l’estomac. Reconnue depuis 1987 par l’Académie Nationale de médecine comme faisant partie de la médecine classique, la mésothérapie est aujourd’hui utilisée à l’hôpital, en médecine du sport, dans le traitement de la douleur et dans certains gestes de médecine esthétique. La « méso », comme disent les patients, est remboursée depuis 2005 par la Sécurité Sociale sur la base d’une consultation pour le traitement de la douleur. Quel type de douleurs peut-elle soulager ?

 

Tendinite, arthrose, douleurs et cie : les principales indications de la mésothérapie

La mésothérapie est très utilisée en médecine du sport pour soigner les traumatismes divers et variés : entorses, contractures, etc., ainsi que les tendinites et problèmes musculaires (élongations, déchirements). Elle peut aussi soulager les douleurs chroniques, notamment la migraine, les rhumatismes, les problèmes d’adhérence cicatricielle, le syndrome du canal carpien ou celui de Morton, les douleurs rachidiennes… bref, c’est vaste. On l’utilise aussi en médecine esthétique pour atténuer l’effet peau d’orange causée par la cellulite ou le comblement des rides, mais bien sûr, elle n’est pas remboursée dans ce cadre.

 À lire aussi : Comment lutter contre les douleurs qui vous gâchent la vie ?

 

Quels produits utilise le mésothépareute ?

Il a à sa disposition un arsenal de médicaments autorisés par la Haute Autorité de Santé Française, et accessibles en pharmacie sous forme de solution. Le médecin en mélange 2 ou 3 maximum dans une seringue. Point important : il n’injecte jamais de cortisone ! La mésothérapie n’est pas une infiltration. Anti-inflammatoire, anti-œdémateux, vasodilatateurs, vitamines, décontracturants… sont les produits les plus utilisés dans le traitement de la douleur et des traumatismes. Il n’y a pas de contre-indications hormis de rares cas d’allergie à des médicaments utilisés.

 À lire aussi : Les 13 vitamines et leurs rôles

 

Quels sont les bénéfices de la mésothérapie ?

Le premier, et non des moindres, est de réduire la quantité d’anti-inflammatoires utilisés dans le traitement de la douleur, puisqu’on évite grâce aux injections un passage dans le sang et le système digestif, et le second est sa rapidité d’action, puisque le médicament est administré directement sur la zone à traiter. L’effet se fait ressentir pendant plusieurs jours après la séance.

Les effets secondaires sont également très limités grâce aux faibles quantités de médicaments utilisées. Le traitement est effectué en séance, en cabinet, pas de sujet donc d’observance ou de surdose à la maison avec une mauvaise compréhension de l’ordonnance. La mésothérapie est recommandée aux personnes polymédicamentées qui veulent essayer une autre voie thérapeutique, aux sportifs de haut niveau qui souhaitent poursuivre la pratique de leur activité sportive en parallèle du traitement.

 

Ça fait mal, docteur ?

A cela, la réponse est oui, mais pas trop. Forcément, ça pique au moment des injections, mais la petite taille de l’aiguille et la rapidité d’injections limitent ce désagrément, et la douleur s’estompe une fois le geste réalisé. En fonction des produits injectés, la zone traitée peut chauffer ou être légèrement douloureuse dans les heures qui suivent, mais cela ne dure pas.

 

Quels sont les risques ?

Le principal risque encouru par le patient est lié au niveau d’hygiène du cabinet où se déroule la séance, qui peut l’exposer à une infection bactérienne si elle est insuffisante, et le deuxième est de faire une réaction allergique. Celles-ci restent très rares, mais en l’absence d’une régulation nationale de la mésothérapie, leur fréquence reste difficile à connaître. Si vous consultez un médecin pratiquant la mésothérapie, il est préférable de s’assurer qu’il a bien son diplôme de mésothérapie, sachant qu’il n’est pas obligatoire pour la pratiquer.

Clémentine Garnier

Le choix de la rédac

En toute clarté

Visage

En toute clarté

À vous le teint frais et lumineux !

Vous pouvez enfin respirer !

Petits maux

Vous pouvez enfin respirer !

À vous de choisir

Les règles abondantes et douloureuses

Gynécologie

Les règles abondantes et douloureuses

Faciliter le dialogue entre patientes et gynécologues

Le jour et la nuit

Stress

Le jour et la nuit

Une journée sereine et une nuit reposante

ORLIMAN DOS