ERGYPROTECT
J’apprends à dire non pour éviter la dépression

J’apprends à dire non pour éviter la dépression

30 mars 2016
Nul n’est à l’abri d’un élan de procrastination. Certes, remettre tout au lendemain systématiquement devant les tâches à exécuter est un handicap. Mais pas une fatalité.

 

Ne plus procrastiner !

« Je ne sais pas le faire, je n’ai pas envie, c’est trop long et je n’ai pas le temps… » Toutes les bonnes excuses sont à prendre quand on veut se dédouaner de reculer une échéance. Et pendant que les tâches s’accumulent, l’image qu’on a de soi périclite. À moins ? De commencer par voir clair en soi.

L’urgence : moteur ou frein ?

Il y a d’un côté l’angoisse insurmontable de commencer quelque chose et de l’autre le simple besoin de se mettre en état de stress pour être productif. En effet, travailler dans l’urgence peut s’avérer très stimulant et ne s’appelle pas procrastiner.

Moins difficile qu’il n’y paraît

Se faire une montagne d’un grain de sable… Eh oui, l’idée qu’on se fait de la tâche à accomplir prend des allures démesurées et invite à procrastiner. En fait, on y projette de la contrainte, du déplaisir, de l’ennui, de l’incapacité à gravir cette montagne, car le sommet apparaît bien plus loin qu’il ne l’est réellement. Pour s’en rendre compte, il suffit d’escalader progressivement. En marchant quelques mètres par jour, l’effort semble moins gigantesque.

 

Je suis ma liste à la lettre

Remettre au lendemain ce que l’on pourrait faire le jour même découle souvent du fait qu’on ne sait pas par où commencer. Ce qui est urgent, ce qui ne l’est pas, ce qui est rébarbatif, répétitif, pas important, peu motivant… Certes, le bénéfice, voire le plaisir, qu’on en tire n’est pas forcément immédiat, mais la non-exécution des obligations du quotidien peut être grave de conséquences à moyen et long terme. Pour éviter de se retrouver systématiquement au pied du mur, il faut apprendre à se fixer des échéances claires et à lister en 4 catégories les tâches à exécuter.

Important et urgent

Par exemple, remplir et envoyer la déclaration d’impôt avant l’échéance, terminer un dossier pour une réunion, confirmer un rendez-vous important…

Important et pas urgent

Par exemple, se (re)mettre au sport, prendre rendez-vous chez le dentiste pour un contrôle, ranger ses papiers administratifs…

Pas important mais urgent

Par exemple, faire la lessive de la semaine acheter des nouveaux chaussons de danse à sa fille, se faire livrer les courses avant le week-end, réserver une table dans un restaurant…

Pas important et pas urgent

Par exemple, regarder le dernier DVD acheté, aller prendre un verre avec un(e) ami(e), sortir ses vêtements de saison

 

Quand procrastination rime avec dépression

Il arrive cependant que ces fameuses listes bardées de bonnes résolutions ne changent rien à la motivation. L’avis d’un spécialiste est alors utile pour savoir d’abord si la procrastination chronique ou permanente fait partie d’un cortège de symptômes liés à une forme d’anxiété plus généralisée ou une tendance à la dépression. Et surtout pour trouver une solution en s’aidant d’une psychothérapie comportementale.

À lire

À lire

Comment tout ne pas remettre au lendemain, Dr Bruno Koeltz, éd. Odile Jacob, 17 €. Psychiatre comportementaliste, l’auteur décrypte les clés de la procrastination.

Aujourd’hui, j’arrête de tout remettre à demain, Patrick Ras, éd. Jouvence, 4,95 €. Motivation, organisation et personnalité sont passées en revue dans ce guide pratique pour arrêter de procrastiner.

Véronique Aïache

Le choix de la rédac

Le jour et la nuit

Stress

Le jour et la nuit

Une journée sereine et une nuit reposante

Un petit coup de mou ? On a les solutions.

Autres

Un petit coup de mou ? On a les solutions.

Deux options s’offrent à vous !

Un autre regard sur Alzheimer

Maladies neurologiques

Un autre regard sur Alzheimer

Aider et accompagner les malades

Avis aux cheveux et ongles fatigués

Cheveux

Avis aux cheveux et ongles fatigués

Une petite dose de nutriments essentiels…