CYSTALIA
audition

Un problème d’audition ? Avoir la puce à l’oreille…

10 mars 2017
Les oreilles vieillissent… comme les yeux ou le reste ! S’il n’est pas concevable de se priver de lunettes, impossible non plus de faire l’impasse sur les aides auditives.

 

De même que l’on perd en acuité visuelle en prenant de l’âge (la définition d’une presbytie), il est tout à fait naturel de moins bien entendre aussi. Et d’autant plus précocement que l’on a chahuté ses oreilles autrefois, en écoutant de la musique à hauts décibels par exemple. 80 % des plus de 80 ans sont presbyacousiques. Or seulement un tiers des personnes malentendantes portent effectivement des aides auditives.

 À lire aussi : Prenez soin de vos oreilles !

 

Bien diagnostiquer une perte auditive

Chiffre

Chiffre

Au moins un tiers des plus de 60 ans ont des problèmes de malaudition, les femmes ayant, à âge égal, une oreille plus « jeune » de dix ans environ.
Sans doute parce que, comme pour tout handicap, on s’y habitue, et on s’adapte, en évitant les occasions de communication. À la clé, une plus grande solitude, moins d’échanges et ainsi un cerveau moins stimulé, qui désapprend, avec une impossibilité de se souvenir d’histoires un peu longues, des mots qui viennent moins facilement. Et, à terme, une accélération d’une éventuelle maladie neurodégénérative type Alzheimer. Gare, le risque de démence est doublé en cas de déficit modéré, quintuplé pour une perte auditive sévère. Les chutes sont aussi plus nombreuses, comme les épisodes dépressifs ou les occasions d’hospitalisation…

 À lire aussi : J’ai les oreilles qui sifflent

 

Des aides esthétiques pour pallier une dédicience auditive

Ces conséquences d’une malaudition sont parfaitement évitables puisque, une fois le diagnostic porté, il existe une solution simple pour combler le déficit auditif : des « aides auditives », aujourd’hui d’excellente qualité et quasi invisibles, à l’image d’écouteurs de baladeurs. Numérisation aidant, elles sont maintenant de plus en plus petites, performantes (sans sifflements ou bruit de fond) et esthétiques (avec une palette infinie de modèles, couleurs et volumes). Disponibles à un prix moyen de 1500€ par oreille (y compris les différents réglages), elles sont remboursées sur une base Sécurité sociale de 200€ et doivent être renouvelées après 4 ans d’utilisation quotidienne.

Témoignage : J’ai réintégré la famille grâce à mon sonotone

Témoignage : J’ai réintégré la famille grâce à mon sonotone

Ce sont mes petits-enfants, que j’invite régulièrement au restaurant, qui m’ont averti… sans trop de précautions oratoires : Grand-Père, tu deviens sourd, tu devrais brancher ton sonotone ! et autres paroles affectueuses (!), mais justes… J’ai été longtemps arrêté par le prix des appareils et le fait que des amis avaient tenté l’expérience, puis renoncé, les prothèses dormant dans leur tiroir de table de nuit, parce que, semble-t-il, inefficaces et crachotantes. On me disait pourtant que ce n’était qu’un problème de réglage et que l’audioprothésiste était formé et payé pour cela.

Je n’ai rien fait pour mon audition vieillissante jusqu’à ce jour d’anniversaire où je suis resté toute une soirée, un sourire plaqué sur le visage, imperméable à toutes les conversations. Et ils en ont des choses à dire, mes petits-enfants ! Depuis, je me suis offert des aides auditives et j’ai l’impression d’avoir réintégré la famille.

Jean-Louis, 75 ans

 

Mesurer sa perte d’audtion avant la surdité

Parce que mieux vaut savoir où en sont ses oreilles et ainsi protéger sa relation aux autres et son cerveau…

• Soyez à votre écoute

Premier signe d’alerte, l’isolement ! Dans le bruit, au restaurant ou en famille, on devient sourd à une conversation et obligé de faire répéter, et l’on répond à côté. Ce sont en effet les sons aigus qui « partent » les premiers, et en particulier les consonnes qui donnent la compréhension. Une situation équivalente à celle que l’on peut vivre à l’Opéra où les voyelles sont forcées à l’extrême : sans livret, on est perdu !

• Hein ?*

C’est le nom du dispositif de dépistage des troubles de l’audition, par téléphone, conçu par l’Association France Presbyacousie. Un test fiable et simple. Il s’agit d’identifier 27 séries de 3 chiffres, au téléphone (fixe uniquement, pour une réception plus sûre), en quelques minutes, pour juger du niveau de compréhension de la parole dans le bruit. Les candidats au dépistage valident les chiffres reconnus à l’aide du clavier de téléphone. Un outil ultrasimple qui permet d’engager le dialogue avec son médecin et, s’il le faut, de se faire appareiller.

* 0 892 790 791 (0,40€ la minute), www.presbyacousie.fr

• L’audiogramme

En cas de presbyacousie, c’est l’oreille interne (sa partie la plus profonde, après l’oreille externe qui correspond grossièrement au conduit auditif et l’oreille moyenne au tympan) qui est atteinte. C’est donc elle que l’ORL teste. Plus précisément : les cellules de la cochlée – un « limaçon » qui amplifie, analyse et aiguille les vibrations vers les fibres nerveuses qui lui sont connectées, puis transforme le son en un message nerveux intelligible par le cerveau. Son vieillissement est à l’origine d’une surdité que l’on dit de perception. Celle donc des presbyacousiques.

L’examen est simple, rapide et indolore : la personne testée est placée, casquée, dans une cabine insonorisée et doit indiquer les sons qu’elle perçoit. Les tests auditifs portent sur la perception de sons musicaux et de listes de mots.

Il s’agit d’évaluer les performances de chacune des oreilles, de quantifier la perte auditive, en décibels. Pour une perte moyenne de 20 à 40 dB (perte des bruits faibles, des aigus et de certains éléments phonétiques), la surdité est qualifiée de légère ; lorsque la perte est de 40 à 70 dB (seule la parole forte est perçue et une aide auditive est nécessaire), elle est étiquetée « moyenne » ; « sévère », quand la perte atteint 70 à 90 dB.

 À lire aussi : Dossier – Oui à l’ouïe, oui à la vie !

 

Réponses d'expert : dépister une surdité à la naissance

Réponses d'expert : dépister une surdité à la naissance

audition expertDr MARC KOSKAS
Pédiatre à Saint-Maur-des-Fossés

Le dépistage d’une surdité est maintenant systématiquement proposé aux parents, à la maternité, dans les deux jours après la naissance. Elle était autrefois découverte vers 18 mois, ce qui empêchait l’apprentissage normal du langage oral… Or, un enfant sur 1000 naît sourd. Lors de ce test, indolore, des « oto-émissions acoustiques », il s’agit de vérifier que l’oreille est capable de répondre à une stimulation sonore en faisant un léger écho. L’examen prend une à deux minutes par oreille et le résultat, immédiat. Il n’est toutefois pas fiable à 100 % et l’audition sera à nouveau évaluée lors des examens habituels, réguliers, qui suivront, à 4, puis 8 mois.

Si l’oreille n’émet pas de sons, ce peut être en raison d’un problème technique, mais si un nouveau test n’est pas concluant, un ORL prend le relais pour un examen plus spécialisé et performant (les potentiels évoqués automatisés). L’examen de dépistage est d’autant plus indiqué en cas d’histoire familiale de malaudition, de souffrance du bébé à la naissance, de petit poids de naissance ou d’infection contractée pendant la grossesse (rubéole, toxoplasmose, etc.).

 

À lire

À lire

la vie en sourdineLA VIE EN SOURDINE de David Lodge, aux éditions Rivages.

Un roman, manifestement autobiographique, à l’humour grinçant, très britannique, sur la presbyacousie… qui affecte un professeur émérite de linguistique, le terrain préféré de l’auteur, universitaire.

Dr Brigitte Blond

Le choix de la rédac

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais

L’huile de coco : l’huile végétale multi usage de l’été

Corps