Au printemps, on vermifuge les chevaux

Au printemps, on vermifuge les chevaux

26 avril 2021
Tous les chevaux, même ceux qui restent au box, sont susceptibles d’héberger des parasites digestifs. Les vermifuger est donc indispensable pour les garder en bonne santé.

 

Il est peu utile de vermifuger les chevaux adultes en hiver car les parasites sont au repos, qu’ils soient à l’extérieur ou déjà installés chez l’animal. Ils sont difficiles à atteindre dans l’organisme du cheval car les larves s’enkystent dans la muqueuse intestinale. En revanche, dès le printemps, elles se réveillent et redémarrent leur cycle de développement. Il en est de même pour les parasites présents dans l’environnement qui ont survécu à l’hiver. En avril-mai, une vermifugation s’impose donc !

 À lire aussi : La santé des sabots

 

Cibler les vers ronds

Les parasites digestifs sont habituellement classés en deux catégories : les vers ronds et les vers plats. Au printemps, les « ennemis à abattre » sont surtout des vers ronds, les petits strongles (aussi appelés cyathostomes). Quand ils sont présents en grand nombre, ces parasites peuvent provoquer des troubles graves chez les chevaux : diarrhées, coliques, amaigrissement… Les poulains âgés de moins de 3 ans sont particulièrement sensibles.

Bien choisir le vermifuge

Les produits actifs sur les parasites digestifs, appelés anthelminthiques, ne sont pas tous actifs contre les strongles. Ainsi, un vermifuge contenant du praziquantel sera inefficace car il n’agit que sur les ténias. Contre les petits strongles, les professionnels recommandent généralement d’utiliser des anthelminthiques de la famille des benzimidazoles, parmi lesquels le mébendazole, l’albendazole, le fenbendazole. Les benzimidazoles sont globalement efficaces sur les petits strongles adultes mais des cas de résistance sont de plus en plus souvent décrits. Il est donc préférable d’utiliser en alternance des produits contenant des molécules différentes. Le vétérinaire saura vous conseiller le produit et le protocole de traitement adaptés en fonction des résultats de l’analyse des crottins ou de signes cliniques spécifiques. Par exemple, il peut prescrire un traitement de cinq jours consécutifs s’il juge nécessaire d’agir sur les larves de strongles.

 À lire aussi : Jamais sans ma trousse de secours

 

Précautions

Pour limiter le risque de contamination des chevaux par les strongles, suivez ces conseils :

• Évaluez le poids du cheval avant de le vermifuger afin d’utiliser la dose adéquate. Un sous-dosage facilite l’apparition de parasites résistants aux vermifuges.
• Évitez de changer le cheval de pré juste après la vermifugation sous peine de contaminer le second pré.
• Ramassez les crottins régulièrement dans les paddocks.

Le choix de la rédac

Du baume au corps

Corps

Du baume au corps

Riche en plantes médicinales bio

Chacun ses goûts !

Les bons aliments

Chacun ses goûts !

A vous de choisir !

Les chats aussi nous soignent

Chat

Les chats aussi nous soignent

Une encyclopédie dédiée aux petits félins et à leurs pouvoirs

Solutions d’hiver

Petits maux

Solutions d’hiver

Azéol pour lutter contre les maux de la sphère ORL