AIL NOIR
Une première colo, ça se prépare

Une première colo, ça se prépare

23 juin 2016
Pour la première fois, la prunelle de vos yeux part sans vous en vacances. Comment préparer au mieux le départ ?? Bien gérer la séparation ? Découvrez nos conseils pour que tout se passe bien pour lui… et pour vous !

 

Cet hiver, quand vous avez décidé d’envoyer votre enfant en colonies de vacances, vous avez pensé aux copains, aux veillées au coin du feu, aux balades en forêt… Sauf qu’à mesure que le départ se rapproche, vous avez plutôt tendance à focaliser sur tout ce qui pourrait mal tourner pendant que votre progéniture est au loin. Ne culpabilisez pas : 44 % des parents des 5-15 ans se déclarent inquiets lorsque leurs enfants partent en vacances sans eux.

Quant à votre loulou, même s’il a fait des pieds et des mains pour partir en stage de voile ou d’équitation, il commence peut-être à appréhender la longue séparation avec ses parents, ses copains et son univers quotidien.

 

1 – S’informer avant son départ

La plupart des organismes de séjours (les plus sérieux tout du moins) organisent des réunions d’information. C’est l’occasion de rencontrer l’équipe d’encadrement, les autres parents, et de repartir avec les numéros d’urgence pour joindre le centre. Les animateurs y exposent leur projet pédagogique et l’état d’esprit qu’ils souhaitent insuffler au séjour : vous pourrez ainsi en discuter avec votre enfant.

 

2 – Discuter de la vie en communauté

Selon votre organisation familiale et son tempérament, votre enfant est plus ou moins bien préparé à affronter les plaisirs et contraintes de la vie en groupe. Demandez aux animateurs comment seront rythmées ses journées : plages de liberté, repas, horaires des douches, du coucher… ces informations seront utiles pour que votre enfant assimile les règles avant son départ. Si vous êtes parent d’un ado, renseignez-vous sur l’attitude de l’organisme de séjour vis-à-vis des trois grands sujets qui agitent l’adolescence : l’alcool, la cigarette… et le sexe. Si vous trouvez leur approche plus laxiste ou plus rigide que la vôtre, discutez-en avec votre ado afin de le préparer à ces changements.

 

3 – Faire taire vos angoisses

Invitez votre enfant à exprimer toutes ses inquiétudes et questions concernant son séjour : vos réponses et conseils ne les feront pas disparaître mais l’aideront à mieux les gérer. En revanche, gardez pour vous vos propres peurs. Evitez ainsi de lui parler pour la première fois de pédophilie avant son départ : ce sujet devrait être abordé tout au long de l’année avec lui. Ne l’assommez pas de conseils de sécurité, rappelez-lui plutôt que les règles sont les mêmes qu’à la maison : ne pas parler à des inconnus, ne pas s’éloigner seul du centre, ne pas circuler la nuit… Enfin, sous prétexte de le rassurer, ne lui parlez surtout pas de ce qui se passerait s’il vous arrivait quelque chose pendant son absence, cela ne ferait que l’inquiéter inutilement.

 

4 – Présenter son séjour sous un angle favorable

Vous êtes préoccupé à l’idée de le laisser partir ? Vous redoutez de l’envoyer au bagne ? Prenez rendez-vous avec le directeur du séjour et bombardez-le de questions sur la sécurité, l’autonomie des petits, la nourriture… bref, tout ce qui pourrait vous empêcher de dormir la nuit. En aucun cas, ne faites part à votre enfant de vos inquiétudes, cela le mettrait dans de très mauvaises dispositions pour son voyage. Il appréhende les découvertes qui l’attendent ? Présentez-lui son séjour comme un jeu d’aventures amusant, parlez-lui des moniteurs sympa, des nouveaux amis qu’il va rencontrer…

 

5 – S’assurer qu’il part en forme

La vie en communauté et l’assimilation de nouvelles règles vont lui demander une grande énergie : évitez de le mettre dans le bus de départ dès le début des vacances scolaires pour lui laisser le temps de recharger ses batteries à la maison. Il profitera d’autant mieux de son séjour et des nombreuses activités qui l’attendent.

 

6 – Communiquer pendant son séjour

Afin de ne pas être submergés par les appels de parents inquiets, les colonies de vacances mettent en place des systèmes pour vous donner des nouvelles de vos chers petits. Messageries vocales, créneaux horaires où les appels sont autorisés, bulletin quotidien envoyé par mail… vous ne resterez pas sans nouvelles. Adaptez-vous au désir de votre enfant : peut-être vous demandera-t-il de ne pas l’appeler, c’est aussi sa manière d’affirmer son autonomie. Avant le départ, renseignez-vous sur l’utilisation des téléphones portables pour les ados, et les heures auxquelles ils ont le droit de les allumer. Vous pouvez bien sûr écrire à votre enfant et lui donner des nouvelles de la maison, sans pour autant l’inonder de courriers et de photos qui le ramèneraient à son quotidien avec vous et pourraient provoquer un coup de spleen. Une ou deux lettres par semaine sont largement suffisantes.

 

7 – De l’art de bien se retrouver

Après une semaine ou quinze jours passés loin de vous, vous trouverez sûrement votre enfant différent, peut-être un peu fermé, en tout cas assez évasif sur son séjour. Ne le prenez pas pour vous : c’est une réaction très naturelle après l’expérience intense qu’il vient de vivre. Alors que vous sautez de joie en le voyant assis à la table familiale, lui se renferme sur ses souvenirs avec le groupe et va chercher à prolonger le contact avec ses camarades. Cette phase peut durer de quelques jours à quelques semaines, cela fait partie du voyage. Respectez son rythme : votre enfant sortira grandi de tout ceci, et vous… plus rassuré pour la prochaine fois !

 

* Sondage exclusif CSA pour “Sélection du Reader’s Digest”, juin 2001.

 

Vive les nouvelles technologies !

Vive les nouvelles technologies !

Soyez un parent à la page en proposant à l’organisme de séjour de créer un blog interactif racontant le séjour des enfants.
Le site ondonnedesnouvelles.com leur permet de créer un journal de bord en ligne avec photos et compte rendu de chaque journée. Les parents peuvent aussi laisser leurs commentaires (attention, ils sont publics, évitez donc de coller la honte à votre ado de 12 ans en l’appelant « mon gros Crapouillou d’amour »). C’est sympa, c’est facile à utiliser grâce à l’application mobile, et en plus c’est gratuit. What else ? comme dirait l’autre.

 

 

Clémentine Garnier

Le choix de la rédac

Adieu imperfections !

Dermatologie

Adieu imperfections !

La gamme Eucérin

ARKOPHARMA

Compléments alimentaires

Parce qu’une peau préparée est une peau mieux protégée

Nourrissez votre peau de l’intérieur…

Comment se débarrasser des pellicules

Dermatologie

Comment se débarrasser des pellicules

Pour avoir un cuir chevelu en bonne santé

On mange quoi ce soir ? Spécial kids

Les bons aliments

White Box Icon