Changer de vie : à petits pas ou le grand saut ?

Changer de vie : à petits pas ou le grand saut ?

31 janvier 2019
Changer de vie, se reconvertir, faire le grand saut : avant de vous lancer, vous êtes-vous posé toutes les bonnes questions ? Est-il préférable d’avancer à petit pas, de faire le grand saut ? Comment savoir ce qui vous plait véritablement ?

 

Il y a des jours où l’on enverrait bien aux orties ce boulot qui nous ennuie, ces amis qui nous envahissent, cet appart trop petit ou ce jardin trop grand, des jours où le ras-le-bol nous submerge. Des jours où l’on trouve notre vie trop étriquée, pas assez folle, où l’on se souvient qu’enfant nous voulions être pompier, explorateur ou astronaute. Nous sommes en prise avec une époque où la vie n’est plus du tout un long fleuve tranquille : divorces, carrières délinéarisées, mobilité professionnelle font entrevoir de nouveaux horizons que l’on ne s’autorisait pas avant. Souvent l’envie de bougeotte ne dure qu’un temps, parfois l’envie d’ailleurs s’installe durablement. Comment faire face à cette remise en question ? Par où commencer afin de réussir son virage, qu’il soit à 45° ou à 180° ?

 À lire aussi : Lâcher prise, mode d’emploi

 

L’âge du bilan

L’approche de la quarantaine suscite de nombreuses interrogations. A mi-parcours, on se demande ce qu’on a accompli, ce qu’on pense avoir raté, on fait la liste des rêves qu’on a abandonnés en chemin. Avant de se délester de son travail / son conjoint / sa maison, il est indispensable de se poser les bonnes questions. Qu’est-ce qui motive votre envie de tout plaquer ? Est-ce vous qui avez changé ? Qu’est-ce qui ne vous satisfait plus dans cet équilibre que vous avez construit ? L’honnêteté et la lucidité avec laquelle vous répondrez à ces questions sont des alliées dans votre réflexion.

Peut-être que vous n’avez pas besoin d’une reconversion, mais juste d’un changement de patron ? Peut-être qu’avant de quitter une grande ville pour la Papouasie, une étape intermédiaire en province ou banlieue pourrait répondre à votre besoin d’oxygène ?

Vous l’avez compris : l’idée est de réfléchir avant de se précipiter, analyser ses motivations et ne pas se raconter d’histoire. Une saine lecture à cette étape : Il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions, où Virgile Martin (éditions Jouvence, 2012, broché, 4.95€) démontre que changer de point de vue, c’est déjà le début d’un changement de vie.

 

Les pièges à éviter pour tout plaquer sans se planter

Tout plaquer, pourquoi pas, se planter, ce serait dommage. Ne confondez pas perte de motivation dans votre job et perte d’intérêt pour votre secteur d’activité : un simple changement d’employeur répondrait peut-être à vos frustrations. Vous êtes tenté par des horizons lointains, ou une reconversion radicale qui vous fera repartir à zéro. Imaginez-vous avec plus de temps et moins d’argent : êtes-vous vraiment prêt à renoncer à votre confort de vie ? A faire face à la précarité qui va souvent de pair avec la liberté ?

Il est essentiel, avant de faire le saut vers l’inconnu, de bien connaître ses limites et priorités afin de ne pas avoir de regrets ensuite, quoiqu’en dise notre flamboyant ami Oscar Wilde « Better remorse than regrets1 » (« Mieux vaut vivre avec des remords que des regrets »).

 À lire aussi : Où est passée votre motivation professionnelle ?

 

Comment choisir sa nouvelle vie ?

Vous vous tâtez avant de sauter le pas, et vous demandez vers quels horizons vous dirigez ? Si une passion peut être un bon moteur pour entamer le grand virage, nous ne sommes pas tous dévorés par un feu sacré qui nous montre la voie. Commencez par faire une liste de tous les métiers que vous auriez aimé faire, sans tenir compte de vos compétences ni études. Lâchez-vous, personne ne saura que vous avez rêvé un jour d’être championne de pole-dance ou maraîcher.

Continuez en listant vos talents. On ne parle pas de vos compétences, mais bien de vos talents, c’est-à-dire ces qualités qui vous sont innées. Sens de l’organisation, appétence pour le calcul mental, adresse de vos mains… nous en avons tous, à vous d’identifier les vôtres. Si vous séchez, demandez à vos proches de vous en envoyer deux ou trois par mails, vous serez agréablement surpris de ce qui ressortira de cet échange.

Une fois ces préliminaires engagés, vous commencerez à y voir plus clair sur ce que vous « pourriez » faire. Penchez-vous ensuite sur les aspects pratiques et matériels. Disposez-vous d’un droit individuel à la formation ? De la possibilité de vous faire aider par des proches ? D’une cagnotte personnelle assez conséquente pour faire face les premiers temps ?

Une autre méthode consiste à trouver son « ikigaï ». Kézaco ? Une méthode philosophique japonaise qui vous pousse vers le bonheur ou au moins vers ce que l’on peut appeler votre « mission de vie ». Celle-ci se trouverait à la croisée de plusieurs chemins : ce que vous aimez faire, ce dont le monde a besoin, ce pour quoi vous pouvez être payé et ce pour quoi vous êtes doué. Des réponses qui mènent vers une joie de vivre mêlée à une raison d’être. Plus prosaïquement, cette méthode peut s’avérer fort utile pour prendre des décisions en harmonie avec ses envies profondes.

S’inspirer des bons exemples de reconversion

Nourrissez votre réflexion tout au long de ces étapes en dialoguant avec des gens qui ont fait le grand saut, et enrichissez-vous de leurs expériences, erreurs, réussites. Si vous hésitez entre plusieurs idées de changement de vie, plongez-vous dans ces lectures éclairantes.

Dans Mange, Prie, Aime (2009, Livre de Poche) Elizabeth Gilbert a séduit des millions de lecteurs avec le récit de ses pérégrinations à travers le monde, bien loin de son quotidien de femme à qui tout semblait sourire.

Un petit pas peut changer votre vie : La voie du kaizen de Robert Maurer (2007, Livre de Poche). Le kaizen est une méthode simple qui consiste à se fixer des objectifs modestes et progressifs, à se concentrer sur de petits efforts plutôt que de s’engager dans de grands travaux, qui nous aident à dépasser nos résistances, à avancer à petits pas pour des bonds de géants.

Trouver son ikigaï de Christie Vanbremeersch (First éditions, 2018) vous guide dans la recherche de votre ikagaï, le bonheur à la japonaise, un art que cultivent les Japonais, ou encore un état qui permet de trouver du sens à la vie et éprouver un grand bonheur de pouvoir faire quelque chose qui a du sens à ses yeux.

1- « Mieux vaut vivre avec des remords que des regrets », Le Portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde.

 

Clémentine Garnier

Le choix de la rédac

Un p’tit cahier pour mettre les enfants au vert

Enfants

Un p’tit cahier pour mettre les enfants au vert

Découvrez tous les bienfaits de la nature…

Des bouchons d’oreille qui font des merveilles

Maladies ORL

Le yoga, cet atout santé
Bien-être

Yoga / qi gong / watsu

Des aisselles fraiches sans sels

Corps

Des aisselles fraiches sans sels

Efficacité et douceur

ALFLOREX