Quand la peau se dépigmente

Quand la peau se dépigmente

03 juin 2022
Indolore et sans danger, le vitiligo se manifeste par des taches blanches sur l’épiderme. Quelle solution apporter à un enfant touché par cette maladie auto-immune ?

 

C’est à la mélanine que la peau doit sa couleur. Produit par les cellules appelées mélanocytes, ce pigment ne se contente pas de teinter l’épiderme ; il sert aussi à le protéger des ultraviolets. S’il est fabriqué en plus grande quantité lors des bains de soleil, confère le bronzage, il arrive aussi qu’il disparaisse des radars cutanés. Le système immunitaire peut en effet se tirer une balle dans le pied sans prévenir et détruire par endroits les mélanocytes. Là où il dysfonctionne s’affichent sur la peau des zones totalement dépigmentées. C’est ce que l’on appelle le vitiligo. Si les facteurs déclenchants de cette dermatose demeurent à ce jour dans le flou médical, on sait cependant que la génétique ou l’environnement n’y sont pour rien. On sait également qu’elle débute la plupart du temps entre 10 et 20 ans à la suite d’un choc émotionnel, qu’elle n’est ni grave ni douloureuse et qu’elle ne bénéficie d’aucun traitement miracle.

 À lire aussi : Mycoses cutanées, les détecter pour les soigner

 

Vitiligo vs tache de naissance

Inutile de paniquer à la vue d’une légère auréole dépigmentée sur le corps d’un nouveau-né ! Ce petit défaut de fabrication s’est formé in utero et ne s’étendra jamais plus. En revanche, si une longue tache blanche apparaît en quelques semaines ou mois sur le flanc, le bras ou la jambe de l’enfant, il s’agit sans doute d’un vitiligo segmentaire. Peu courante, propre aux petits et aux adolescents, et localisée d’un seul côté du corps, la maladie cesse mystérieusement d’évoluer dans la majorité des cas.

 À lire aussi : Enfants – Cinq réflexes contre l’eczéma

 

Gare au soleil

Même si cette dermatose n’est pas dangereuse en elle-même, il ne faut pas oublier que les zones dépigmentées n’ont plus aucune protection face aux ultraviolets. S’il n’est pas question de priver le petit des plaisirs de la plage, il est impératif de tout mettre en œuvre pour éviter un coup de soleil sur la tache. Les vêtements couvrants sont aussi bienvenus que les crèmes solaires SPF 50. Par ailleurs, une exposition modérée et protégée permet parfois d’obtenir une légère recoloration. Une option intéressante quand on sait que les recours thérapeutiques sont limités chez les enfants. Les crèmes repigmentantes à base de dermocorticoïdes et dédiées au traitement du vitiligo sont en effet réservées à l’adulte.

 À lire aussi : Soigner les bleus de mon enfant

 

Bon pour son moral

Le terrain émotionnel pouvant être fragile chez un enfant, il incombera aux parents de l’aider à assumer sa différence esthétique. La première chose à faire pour lui épargner des craintes inutiles et des complexes invalidants est de ne pas faire de son vitiligo un sujet tabou. Ou, à l’inverse, un thème obsessionnel et récurrent dans les discussions familiales. Il faut savoir répondre avec des mots simples aux questions qu’il se pose, lui dire qu’il n’est pas le seul dans ce cas et, au-delà de tout, lui faire comprendre que sa santé n’est pas menacée, contrairement à ce qu’il pourrait facilement penser.

 

Véronique Aïache

Le choix de la rédac

Du baume au corps

Corps

Du baume au corps

Riche en plantes médicinales bio

Chacun ses goûts !

Les bons aliments

Chacun ses goûts !

A vous de choisir !

Les chats aussi nous soignent

Chat

Les chats aussi nous soignent

Une encyclopédie dédiée aux petits félins et à leurs pouvoirs

Solutions d’hiver

Petits maux

Solutions d’hiver

Azéol pour lutter contre les maux de la sphère ORL