Ouïe à l’hygiène

Ouïe à l’hygiène

24 juin 2022
Quand il s’agit de nettoyer ses petites oreilles, la consigne est simple : de l’eau ou du sérum physiologique assortis de beaucoup de délicatesse.

 

Le cérumen pâtit d’une sale réputation. Il faut reconnaître qu’à sa décharge, sa consistance cireuse et sa couleur jaune-marron ne sont pas très flatteuses pour l’intérieur des oreilles. Certes disgracieuse, cette substance naturelle est pourtant loin d’être l’indésirable que l’on croit. Au contraire. Produite en continu par des glandes situées dans la partie cartilagineuse du conduit auditif externe, appelées cérumineuses, cette cire a pour principale mission d’agglomérer les poussières, les cellules mortes, les bactéries ou autres agents pathogènes pour les empêcher de pénétrer dans l’oreille interne. Le cérumen chargé d’impuretés est ensuite repoussé vers l’orifice de l’oreille grâce à la mastication. Ce sont en effet les mouvements des mâchoires qui le font remonter à l’extérieur et donnent du fil à retordre à nos soucis de propreté.

 À lire aussi : Otite externe et otite moyenne aiguë

 

Défense d’entrer

Au nom de l’hygiène, le seul cérumen à enlever est celui qui a été expulsé naturellement du conduit auditif. Partant de là, les zones de l’oreille qu’il est possible de nettoyer sont le contour extérieur de l’orifice et le pavillon. Pas question de toucher à celui qui se trouve à l’intérieur, surtout à l’aide d’un coton-tige, même spécifique enfant. D’une part, jusqu’à l’âge de 7 ans, le conduit auditif d’un petit est plus court et étroit que celui d’un adulte ; un geste maladroit avec le bâtonnet peut facilement atteindre le tympan et le blesser. D’autre part, à défaut de se coller sur la ouate pour être extrait, le cérumen risque d’être poussé vers le fond du canal, là où il n’a plus aucune chance de sortir spontanément.

 À lire aussi : Nez, oreilles, yeux : ne pas les oublier !

 

Sortez les mouchoirs

Si le passage d’un gant de toilette humide fait généralement l’affaire pour retirer les dépôts de cérumen collés sur le pavillon, il est possible aussi d’enrouler un demi-mouchoir en papier sur son auriculaire, de l’imbiber avec du sérum physiologique ou avec un peu de lotion nettoyante pour enfant, et de passer délicatement son doigt en partant de la conque – la partie en forme de coquillage où débute le conduit – pour remonter au petit repli qui borde le pavillon. Un petit rituel propreté à renouveler une fois ou deux au maximum par semaine.

 À lire aussi : Amygdales, végétations et bistouri

 

En prévention des bouchons

Adulte ou enfant, il arrive que les glandes cérumineuses soient plus productives que nécessaire. Victime de son petit gabarit, le conduit auditif d’un pitchoun peut donc contenir plus de cérumen qu’il n’est capable d’expulser. Pour éviter que ce trop-plein de cire finisse par former un bouchon, il existe en pharmacie des solutions auriculaires spécifiques. Selon la quantité et la fréquence indiquées par le pédiatre, il suffit de pulvériser le spray dans chaque oreille, puis de pencher la tête du petit d’un côté et de l’autre pour que le liquide s’écoule. Ne reste plus qu’à essuyer ce qui a coulé avec un mouchoir en papier.

 

Véronique Aïache

Le choix de la rédac

Du baume au corps

Corps

Du baume au corps

Riche en plantes médicinales bio

Chacun ses goûts !

Les bons aliments

Chacun ses goûts !

A vous de choisir !

Les chats aussi nous soignent

Chat

Les chats aussi nous soignent

Une encyclopédie dédiée aux petits félins et à leurs pouvoirs

Solutions d’hiver

Petits maux

Solutions d’hiver

Azéol pour lutter contre les maux de la sphère ORL