Insuffisance veineuse

Non aux varices, oui aux jolies jambes !

04 juillet 2016
C’est d’un pas léger qu’on souhaite aborder l’été. Pas question de laisser des jambes lourdes freiner notre élan.

 

Station debout ou assise prolongée, séance de shopping, port de talons hauts, longs voyages, grossesse, chaleur estivale… Quand la circulation sanguine est mise à rude épreuve, ne serait-ce qu’une demi-journée, cela se sent et cela se voit. Les mollets se gorgent d’eau, les chevilles et les doigts de pieds doublent de volume, la peau picote… Toute la fatigue de l’univers semble avoir choisi nos gambettes comme seul point d’ancrage.

 

Eau et toxines nous rendent chagrines

Le syndrome des « jambes lourdes » touche 15 millions de Français… dont 70 % de femmes, tous âges confondus. Plus ou moins accentué selon notre héritage génétique ou une éventuelle surcharge pondérale, ce trouble-fête est aggravé par la sédentarité. Car l’immobilité temporaire des jambes peut perturber le retour veineux et provoquer une stagnation du sang dans les membres inférieurs. Ce ralentissement du flux sanguin s’accompagne d’une baisse d’activité du système lymphatique. Mal oxygénés, moins bien drainés, les tissus se chargent d’eau et de toxines.

À lire aussi : Insuffisance veineuse : autodiagnostic en quelques clics

De varicosités en varices, la déclinaison fatale

Ces premières manifestations d’insuffisance veineuse sont transitoires. Marcher d’un bon pas pendant une trentaine de minutes, s’allonger en surélevant ses jambes à l’aide d’un coussin ou d’accorder une bonne nuit de sommeil, cela suffit pour que tout rentre dans l’ordre. En apparence. Car, sachez-le, les femmes sujettes au syndrome « jambes lourdes » risquent de bientôt voir apparaître varicosités puis varices, un œdème permanent des pieds, des chevilles et des mollets. Sans compter les réactions cutanées, type eczéma ou, pire, une plaie persistante. Inutile d’attendre ce point de non-retour pour agir !

Travaillez votre veine en réactivant votre circulation sanguine

On ne peut pas « guérir » une insuffisance veineuse mais on peut en revanche fortement ralentir son évolution. Vous pouvez atténuer la sensation de jambes lourdes et améliorer la circulation à l’aide de produits ou de compléments alimentaires veinotoniques (ou phlébotoniques). Et faire en sorte que les premiers stigmates ne s’aggravent pas en adoptant les bons réflexes. Évitez l’exposition directe à une source de chaleur (soleil en été, chauffage par le sol en hiver) ou le port de vêtements trop serrés – l’une dilate les veines, l’autre les comprime. Et inscrivez obligatoirement une activité physique à votre quotidien. En toute saison !

 À lire aussi : Jambes lourdes ? Libérez-vous !

 

Des mollets bien au frais

Des mollets bien au frais

  • Si la chaleur dilate les veines, le froid, lui, a un effet vasoconstricteur. Plus vous mettrez vos jambes au frais, mieux vous vous porterez. Pensez à vaporiser sur vos mollets de l’eau thermale et à placer vos jambes cinq minutes devant un ventilateur.
  • L’alimentation peut aussi œuvrer contre la rétention d’eau. Évitez les épices, le thé, le café, le vin blanc et le champagne (d’autant plus quand vous prenez l’avion, pression et altitude agissant aussi sur les veines). Réduisez la consommation de graisses cuites et de sucres rapides. Préférez les fruits et les légumes, riches en vitamines A, C et E qui tonifient les veines.

 

 

 

On bouge et on masse pour rebooster la circulation sanguine

Dans votre trousse beauté, ayez de quoi vous assurer tout au long de l’été les jambes dont vous rêvez pour, chaque matin, vous lever du bon pied !

 

Pour circuler dans notre organisme, le sang dispose de trois réseaux. Les veines le mènent des organes au cœur. Les artères œuvrent dans le sens inverse. Et les capillaires lui permettent d’acheminer l’oxygène et les nutriments dans les tissus. Il suffit que l’un de ces canaux présente des fragilités au niveau de ses parois pour que le retour veineux soit perturbé et provoque la sensation de jambes lourdes.

À lire aussi : Jambes lourdes et douleureuses : ne les prenez pas à la légère !

 

Tonifier ses vaisseaux sanguins

Partant de là, pour éviter que les tissus des vaisseaux sanguins perdent leur tonicité et que ces derniers se dilatent, on misera sur les pouvoirs des produits veinotoniques. Certains recourent à des plantes telles que la vigne rouge, le marronnier d’Inde ou l’hamamélis. Reconnus pour augmenter la tonicité des parois veineuses, ces trésors de la phytothérapie sont disponibles en pharmacie sous forme de gélules, d’ampoules, de poudres ou de tisanes. Attention, ils doivent être pris en cure de 3 mois maximum.

Soulager les jambes lourdes avec du frais

Quand on a l’impression d’avoir une enclume chevillée à chaque pied, on a très vite envie de s’en débarrasser ! Voilà pourquoi la réponse immédiate à la sensation de jambes lourdes repose sur les gels fraîcheur. Il suffit en effet d’appliquer leurs textures dans le sens du retour veineux, c’est-à-dire des orteils jusqu’au creux poplité (l’intérieur du genou), pour que l’effet glacé et vasoconstricteur de la menthe ou du camphre soulage. Instantanément, certes, mais provisoirement aussi. Les gels défatiguent sur le moment mais leurs actifs ne pénètrent pas dans les vaisseaux sanguins. Ils ne les traitent donc pas.

Maintenir la (bonne) pression avec les (bons) bas de contention

Certaines les regardent encore d’un mauvais œil car, côté glamour, les bas de contention ont longtemps péché. Un argument qui ne tient plus. L’esthétique de ces dispositifs est de plus en plus travaillée et il n’y a pas mieux pour soulager les jambes lourdes. Leur maillage est étudié pour être confortable, exercer une pression contrôlée sur le membre douloureux et favoriser la remontée du flux sanguin. À l’image de mains expertes qui malaxent un mollet engourdi de fatigue pour le soulager, les bas agissent sur la jambe comme des milliers de doigts microscopiques. Sous réserve bien sûr d’être parfaitement adaptés au stade de votre maladie veineuse (c’est le médecin qui le détermine), à votre morphologie et correctement enfilés. Et dans ce domaine vous pouvez compter sur le savoir-faire et les conseils de votre pharmacien. Autre atout : les dispositifs de compression dûment prescrits font l’objet d’une prise en charge (partielle) par l’Assurance maladie. Ceux dits de confort n’en bénéficient pas mais sont très utiles en prévention (voyages en avion par exemple).

 

 

Conseils de pharmacien : Mauvaise circulation sanguine : En complément, des compléments !

Conseils de pharmacien : Mauvaise circulation sanguine : En complément, des compléments !

Contre le syndrome des jambes lourdes, les officines proposent des remèdes dont l’efficacité n’est pas à mettre en doute. Cependant, qu’il s’agisse de cures de phytothérapie, de soins fraîcheurs, de bas ou de collants de contention, ces panacées perdent en partie leurs pouvoirs si, en parallèle, vous n’éliminez pas de votre quotidien les facteurs aggravants. Commencez par éviter le contact prolongé avec des sources de chaleur : exposition solaire, bain trop chaud… Pour les séances de shopping, préférez vos baskets plutôt que vos jolies chaussures à talons hauts. Optez pour une activité sportive douce (comme la marche, la natation ou le vélo par exemple) qui ne malmène pas la voûte plantaire. Enfin, oubliez les ascenseurs au profit des escaliers : rien de tel pour faire travailler les mollets !

 

Véronique Aïache

Le choix de la rédac

Du baume au corps

Corps

Du baume au corps

Riche en plantes médicinales bio

Chacun ses goûts !

Les bons aliments

Chacun ses goûts !

A vous de choisir !

Les chats aussi nous soignent

Chat

Les chats aussi nous soignent

Une encyclopédie dédiée aux petits félins et à leurs pouvoirs

Solutions d’hiver

Petits maux

Solutions d’hiver

Azéol pour lutter contre les maux de la sphère ORL