Advertisement Banner
POINT G

Les mystères du point G

11 mai 2017
Il n’en aura bientôt plus pour vous : localisation, stimulation, on fait le tour de cette question essentielle au plaisir féminin. Chaud devant !

 

Le point G n’est pas un mythe, quoiqu’en disent certains esprits chagrins qui n’ont pas encore eu le bonheur de le découvrir (ou pris le temps de l’éveiller). Son existence a été pressentie dès 1950 par un sexologue allemand, le Dr Grafenberg, qui lui a léguée son initiale, et a été révélée au grand public dans les années 80 par l’ouvrage The G-Spot and other recent discorveries about Human Sexuality publié par des scientifiques américains. Pourquoi provoque-t-il des sensations aussi intenses ? Comment le trouver et atteindre le nirvana ? Il suffit de demander.

 

À-t-on vraiment un point G ?

La réponse est oui, nous avons toutes cette chance. Chez certaines, le point G, telle une belle au bois dormant, attend d’être réveillé par des caresses habiles. D’autres l’ont découvertes à force d’explorations en solo et / ou en duo.

À quoi ressemble-t-il alors ? C’est une zone située sur la paroi antérieure du vagin (côté ventre, donc, pour celles qui n’ont pas le sens de l’orientation), à environ 4 cm de l’entrée. Inutile d’y aller avec votre double-décimètre, on a dit « environ » : chaque femme a une morphologie différente. En tâtonnant du bout des doigts, vous devriez sentir une zone légèrement plus rugueuse que le reste des parois vaginales : vous y êtes.

 À lire aussi : L’art délicat de la masturbation féminine

 

Point G stimulé égale orgasme garanti ?

Eh bien non, sinon ce serait trop facile. Si le clitoris est mature dès le plus jeune âge, le point G, lui, a besoin d’un véritable entraînement avant de nous faire grimper au septième ciel. Les sexologues suggèrent de s’exercer à le caresser seule, pour trouver le juste équilibre entre pression et frottement capable de provoquer l’excitation et nous conduire au plaisir. Quand on dit « seule », cela n’exclut pas nos copains les sextoys, bien entendu, qui s’avèrent être une aide précieuse pour réveiller le point G. On pense notamment au pratique « rabbit » avec ses deux doigts qui stimulent en simultané l’intérieur du vagin et le clitoris.

 À lire aussi : Utiliser des sextoys en couple

 

Les meilleures positions pour stimuler le point G

Le point G étant situé sur la paroi antérieure du vagin, les positions favorisant un contact prononcé entre l’outil de Monsieur et l’intérieur de Madame sont à privilégier. On pense bien sûr à la levrette, à l’andromaque (c’est vous qui avez le dessus), et pour les jours où vous avez une petite flemme, un bon vieux missionnaire version jambes en l’air posées sur les épaules de votre partenaire. Si ce dernier a envie de vous mettre en condition avant le coït, guidez ses doigts dans votre vagin jusqu’au fameux point G que vous aurez appris à reconnaître au préalable, et laissez-le ensuite découvrir les effets de ses caresses plus ou moins appuyées.

Vous voici désormais informée du trésor que vous possédez entre les jambes : n’attendez plus pour découvrir ses étonnantes possibilités !

 À lire aussi : Découvrir le sexe tantrique

 

Câline Gabard

Sur le même sujet

Fellation réussie

5 conseils pour épater votre homme au lit

Pour réussir à tous les coups !

SLOW LIFE

Et si on essayait la slow life ?

Prendre le temps, profiter de la vie… on en rêve !

DEMENAGEMENT

Comment surmonter l’angoisse du déménagement ?

Pourquoi tant de stress ? Comment le limiter ?

VAGINISME

Le vaginisme : ni un mythe ni une légende

Explications et remèdes sur une pathologie bien réelle.

Produits & Livres

HORMETA

Maxi produits de beauté en format mini

En voyage, ne renoncez plus à vos rituels de beauté !

Les sels de bain, c’est le pied

Les sels de bain, c’est le pied

Mettez-vous les doigts de pieds en éventail.

OENOBIOL AUTOBRONZANT

Bronzer sans s’exposer, on dit oui

Bonne auto-bronzette !

slim design

La chasse aux capitons est ouverte

Le nouveau soin Slim Design Nuit d’Elancyl prend le problème à bras le gras !