Mon enfant est-il asthmatique ?

Mon enfant est-il asthmatique ?

05 mai 2016
Respiration sifflante, toux irritante : les symptômes de l’asthme sont encore trop souvent mal identifiés, et le quotidien des petits malades s’en ressent. Une prise en charge précoce est essentielle pour leur permettre de bien vivre avec leur maladie.

 

L’asthme est la première maladie chronique de l’enfant, et touche 9% d’entre eux. La Journée Mondiale de l’Asthme, le 3 mai, vise à informer pour améliorer le dépistage précoce et la prise en charge de cette maladie, trop souvent non ou sous-diagnostiquée. De nombreux traitements efficaces existent, mais nos enfants ne bénéficient toujours pas d’une prise en charge adéquate.

 

Les symptômes de l’asthme

Chez l’enfant, l’asthme se manifeste le plus souvent par des épisodes de gêne respiratoire accompagnés de sifflements. Allergie, pollution, effort, rhume… peuvent être les déclencheurs d’une crise d’asthme. L’enfant a alors du mal à inspirer et surtout à expirer : une contraction des muscles et une inflammation à la surface des bronches provoquent un rétrécissement des voies respiratoires. La respiration s’accompagne de sifflements et le jeune malade décrit un sentiment d’oppression, l’air est bloqué à l’intérieur du thorax. Les bronches sont enflammées et leur muqueuse fabrique davantage de glaires. Une toux irritante accompagne parfois la crise. Les asthmes dits intermittents sont déclenchés par des conditions bien précises et restent occasionnels ; l’asthme peut aussi être persistant tout au long de l’année, avec des causes souvent multiples.

 

L’évolution de la maladie chez l’enfant

Si l’enfant est traité régulièrement dès l’apparition des premières crises, elles disparaissent quasi totalement au bout de quelques années : il profite pleinement de sa vie scolaire, sportive et familiale sans avoir besoin de prendre des traitements au quotidien. Un asthme bien soigné dans l’enfance réduit le risque de réapparition à l’âge adulte et la sévérité des crises. En revanche, le risque de crise ne disparaît jamais totalement, le terrain asthmatique demeure même si l’asthme semble en phase de sommeil. Un changement d’environnement pourra provoquer de nouvelles crises, mais un asthme bien contrôlé dans l’enfance le sera aussi à l’âge adulte.

 

Quels traitements pour l’asthme de l’enfant ?

Grâce aux progrès thérapeutiques des 20 dernières années, la quasi-totalité des enfants asthmatiques traités mènent une vie normale, avec des activités sportives aussi variées que leurs petits camarades. La condition ? Prendre régulièrement un traitement de fond anti-inflammatoire prescrit par le médecin. Il agit sur la durée, et doit être pris tous les jours même si l’enfant n’a pas de crise. Ce traitement repose le plus souvent sur la prise de corticoïdes pour traiter l’inflammation chronique des bronches, et sont en général administrés grâce à un inhalateur. En plus de réduire l’inflammation et d’améliorer le passage de l’air, les corticoïdes diminuent également la sensibilité des bronches aux agents irritants susceptibles de provoquer de nouvelles crises. L’amélioration est progressive, et ressentie au bout de plusieurs semaines : il faut persister ! L’évolution de l’asthme se contrôle grâce à des épreuves fonctionnelles respiratoires pour mesurer le souffle : c’est le médecin qui prescrit ces examens. Lors d’une crise importante, des bronchodilatateurs bêta-2 mimétiques peuvent être inhalés : ils agissent en quelques minutes pour relâcher les muscles qui entourent les bronches afin de soulager la respiration.

Clémentine Garnier

Le choix de la rédac

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais