MA PEAU EST UNE PRISON
Michel Cymes et Marina Carrère d’Encausse : « Aujourd’hui, les patients sont acteurs de leur maladie ! »

Michel Cymes et Marina Carrère d’Encausse : « Aujourd’hui, les patients sont acteurs de leur maladie ! »

06 mai 2015
Le duo cathodique le plus célèbre du paysage audiovisuel français ne sévit pas uniquement sur les ondes. À l’heure où chacun d’eux vient de publier un ouvrage, Marina Carrère d’Encausse et Michel Cymes se livrent en toute simplicité.

 

Le Magazine de la Santé a débuté en 1998. Pensiez-vous, lors de sa création, que vous alliez tenir aussi longtemps et que vous connaîtriez un tel succès ?

Marina Carrère d’Encausse. Au début, le producteur avait des doutes sur le fait que nous puissions tenir tous les jours, notamment au niveau du renouvellement des sujets concernant la santé.
Michel Cymes. En télévision, quand on commence un programme, on est d’abord très content que l’on nous mette à l’antenne !, et on espère ensuite que cela marche parce que la concurrence est féroce.

Parle-t-on encore de la santé de la même manière en 2015 ?

Marina. Ce qui a changé, c’est le fait que les patients sont impliqués dans leur maladie et dans leur prise en charge. C’est la démocratie sanitaire et l’arrivée des associations de patients.

Justement, n’est-ce pas parfois gênant que les patients soient mieux informés ?

Michel. En tant que praticien, j’adore quand les patients savent suffisamment de choses pour comprendre ce que je leur explique. En revanche, je déteste quand un patient vient avec un diagnostic et non avec des symptômes.
Marina. Aujourd’hui, les patients veulent participer avec le médecin aux décisions thérapeutiques et ils sont acteurs de leur maladie.

Votre prochaine émission Enquête de Santé a pour thème le mal de dos. Quelle est, selon vous, la meilleure prévention à adopter ?

Michel. Pour le mal de dos, comme dans beaucoup d’autres maladies, on a du mal à comprendre qu’il faut préparer tôt sa vieillesse. Le mal de dos est, pour une large partie, lié au vieillissement physiologique mais aussi à la sédentarité et au surpoids. Il faut donc être actif et éviter toute surcharge pondérale.
Marina. Le problème, c’est que, à 15 ans, les jeunes se soucient peu d’avoir mal au dos plus tard, à 50 ans ! Donc, c’est compliqué de les motiver.

Le pharmacien a son rôle à jouer ?

Marina. Les vrais pharmaciens de quartier, qui sont des pharmaciens de conseil, ont un véritable rôle à jouer. Moi, je suis fidèle à mon pharmacien ; il me connaît bien et c’est rassurant pour moi.

Quelles sont les avancées majeures de la médecine, ces dernières années ?

Michel. C’est la fibre optique car cela permet de faire des examens et d’aller à l’intérieur du corps sans endormir les gens. Dans ma spécialité, l’ORL, la fibre optique a révolutionné la médecine.
Marina. C’est l’imagerie en général. L’échographie, le scanner… On peut désormais voir ce qui se passe dans le cerveau.

Les Français sont méfiants vis-à-vis de l’efficacité des médicaments ; que diriez-vous pour les rassurer ?

Michel. Cette suspicion généralisée, c’est très français. Je ne pense pas que les gens se méfient des médicaments mais plutôt des laboratoires. Heureusement, devant ces dérives, il y a un garant qui est le médecin ou le pharmacien.

Quelles qualités appréciez-vous chez votre partenaire d’antenne ?

Marina. Sa fidélité, surtout ! Mais son humour également, sa célèbre carapace.
Michel. Marina est patiente… et endurante car elle me supporte depuis des années ! En plus, elle a une capacité de travail inimaginable, ce que j’admire.

Chacun de vous a trois enfants. Quelle mère et quel père êtes-vous ?

Marina. Moi, je suis une maman étouffante. Je leur ai expliqué pendant toute leur enfance qu’ils étaient les plus beaux et les plus intelligents. Je ne leur ai pas imposé quoi que ce soit, ils ont fait ce qu’ils ont voulu faire.
Michel. Moi, c’est exactement l’inverse de Marina. Je suis très strict et très angoissé dans mon rôle de père.

Vous venez tous deux d’écrire sur un sujet qui vous touche particulièrement. Que pensez-vous du livre de l’autre ?

Marina. C’est le premier livre personnel de Michel ; il s’y est vraiment impliqué. Le résultat est très intéressant pour ceux qui vont découvrir cette époque ignoble de la médecine – pendant laquelle les êtres humains servaient de cobayes. Et, en plus, c’est très émouvant.
Michel. J’ai lu le roman de Marina d’une seule traite. Elle a un talent évident. C’est un roman accessible à tous malgré une thématique difficile : une femme brûlée au Kurdistan irakien.

« Mon humour est la carapace qui me protège du monde extérieur », a déclaré Michel. Et vous, Marina, de quoi vous protégez-vous ?

Marina. De l’anxiété. Je vis avec cette mésestime que j’ai de moi. Je ne la montre pas et, heureusement, elle disparaît dans l’empathie et l’écoute des autres.

Vous parlez de prévention au quotidien. Êtes-vous angoissés par votre propre santé ?

Michel. J’ai une mémoire de poisson rouge et je trouve des subterfuges pour compenser ce handicap.
Marina. Moi, je suis cancérophobe. Mais j’ai une hygiène de vie très saine, donc cela me protège de certaines choses.

Entre vos émissions et la promotion de vos livres, vos journées sont bien remplies. À quoi occupez-vous vos loisirs ? Pratiquez-vous un sport?

Marina. Je lis beaucoup, je vois des amis, je vais au cinéma. J’adore voyager dès que mon emploi du temps le permet. Comme activité physique, je m’adonne à la barre au sol et au Pilates.
Michel. Je fais beaucoup d’activité physique et de sport pour oxygéner mon cerveau. Je pratique le cyclisme sur route. Et je suis passionné par la musique, le saxophone notamment ; ça me détend.

Quels sont vos projets actuels ?

Marina. Je suis déjà sur mon deuxième roman.
Michel. Je continue mes projets de télé avec Adriana Karembeu sur le corps humain. Il y a aussi un scénario en cours d’écriture pour une série télé dans laquelle je jouerais le rôle d’un médecin.

Au vu de votre notoriété, quelle est l’attitude des gens qui vous abordent dans la rue ?

Marina. Les gens viennent beaucoup me parler et me demander conseil. Mais je n’ai jamais eu, jusqu’à présent, une seule remarque agressive. Ils sont toujours bienveillants.
Michel. Ma notoriété est telle qu’on m’interpelle souvent dans la rue pour avoir un diagnostic !

À voir / À lire

À voir / À lire

  • À voir
    Le magazine de la santé
    Tous les jours de la semaine à 13 h 40 sur France 5.

    Enquête de santé
    Un mardi par mois à 20 h 35 sur France 5.
  • À lire
    HIPPOCRATE AUX ENFERS
    Dans ce livre, Michel Cymes revient sur les expérimentations exercées par les médecins nazis dans les camps de la mort lors de la Seconde Guerre mondiale.
    Éd. Stock, 18,50 €

    UNE FEMME BLESSÉE
    Dans ce roman, Marina Carrère d’Encausse nous conte l’histoire bouleversante de Fatimah, une Irakienne victime d’un crime d’honneur maquillé en accident domestique.
    Éd. Anne Carrière, 18 €
Propos recueillis par Didier Galibert

Le choix de la rédac

La gourmandise pour tous !

Desserts

La gourmandise pour tous !

Sans sucre raffiné

Opération protection

Corps

Opération protection

La solution vient du Nord !

Fitevan, une nouvelle appli fitness

Gym / fitness / danse / pilates

Fitevan, une nouvelle appli fitness

Dans le métro, au bureau ou dans votre salon !

Respirez, tout ira bien !

Huiles essentielles

Respirez, tout ira bien !

Six nouvelles expériences olfactives

OLIOSEPTIL