Marc Lavoine : « Je n’ai pas la prétention d’être adulte »

Marc Lavoine : « Je n’ai pas la prétention d’être adulte »

16 mai 2022
Qu’il soit chanteur, acteur, romancier ou coach dans The Voice, l’interprète des Yeux Révolver marque les esprits par son authenticité, sa profondeur et sa bienveillance. Adulte Jamais, titre de son dernier album, mais poète toujours, voilà un homme que l’on rêve tous de connaître.

 

Vous retrouvez l’équipe de The Voice pour la troisième fois. Il parait pourtant que vous aviez quelques réserves à vous lancer dans l’aventure ?

Marc Lavoine : Je n’ai jamais été réticent à l’idée d’être coach mais il est vrai que j’ai décliné plusieurs fois l’invitation pour des questions de calendrier. C’est toujours difficile de s’investir complètement et en même temps dans des projets différents. Je voulais pouvoir faire éclore mon roman [NDLR : L’homme qui ment], travailler sur ma comédie musicale [NDLR : Les Souliers rouges], tourner des films… C’était important pour moi d’accomplir ces choses-là avant de m’engager dans The Voice. Je remercie la production d’avoir été patiente. Honnêtement, c’est une des expériences artistiques les plus fortes que j’ai pu vivre.

L’aspect humain a l’air aussi très intense. On vous a vu à plusieurs reprises être ému aux larmes…

Les artistes qui viennent dans The Voice nous livrent des petits bouts de leur vie et cela me touche énormément. Quand Louise Combier, par exemple, a chanté « Ton héritage » de Benjamin Biolay, j’ai pleuré. Mais que je regarde les sculptures de Jean-Michel Othoniel, des montagnes ou la mer, j’ai aussi les larmes aux yeux. Les moments que l’on consacre à écouter ou à observer nourrissent l’imaginaire, permettent de s’abandonner. Grâce à eux, on arrive à décrocher du sérieux qui nous tient tous les jours et nous oblige à faire bonne figure même quand on va mal.

Comment les talents que vous coachez profitent-ils de votre expérience artistique ? Que leur transmettez-vous ?

Pour moi, les vrais maîtres sont ceux qui ne donnent jamais de leçon. Je veux dire par là qu’un conseil est moins enrichissant qu’un vécu. Pour donner un sens aux mots, il faut se mettre en situation. C’est comme ça que j’essaye d’avancer avec mes équipes. Je ne suis pas là pour leur vendre du rêve. La seule promesse que je peux leur faire est de leur dire la vérité.

Adulte Jamais, votre quatorzième album sorti en janvier, est-il un hymne à la vérité ?

La société aujourd’hui compte des gens convaincus de détenir la vérité sous prétexte d’avoir de l’expérience. Résultat, ils se donnent le droit de nous dire ce qu’il faut faire. Comme si on ne savait pas se débrouiller tout seul ! Je crois qu’il faut faire preuve de modestie à l’égard de la vie et écouter les enfants. Parfois, en constatant simplement une situation, ils sont capables de nous donner des solutions auxquelles nous n’aurions pas pensé. Regarder le monde à hauteur d’enfant permet de mieux le comprendre.

Bientôt en live

Bientôt en live

Se régaler des douze titres de l’album Adulte Jamais, c’est bien, mais retrouver leur interprète sur scène, c’est encore mieux ! Pour le plus grand bonheur de ses fans, Marc Lavoine démarrera cet automne une tournée de 14 concerts dans toute la France. À vos clics, prêts… réservez !

https://www.concert-auguri.fr/marclavoine

 

C’est ce que vous faites dans votre vie de tous les jours ?

Le regard d’enfant que j’ai moi est une forme de naïveté. On peut me traiter de naïf mais je préfère ça à être traité de cynique. Je préfère être ouvert et attentif aux autres que méprisant. Je préfère poser une question plutôt que d’être sûr d’avoir la réponse. Ce serait bien trop prétentieux et je n’ai pas la prétention d’être adulte. Et surtout, ça me fait peur ! Quand on voit comment va le monde alors qu’il est dirigé par des adultes, franchement, je ne suis pas ébloui.

Vous êtes inquiet du chemin que prend la société actuelle ?

Oui mais toutes proportions gardées. Si on écoutait tout ce qu’on nous raconte, la France brûlerait toute la journée. Or, elle ne brûle pas. Ce qui me rassure, c’est de savoir que la « maison France » est tenue par les femmes. Ce sont elles qui ont les clés. 70 % des personnes qui travaillent dans l’éducation et dans les hôpitaux sont des femmes. Aujourd’hui, la société créée par l’homme s’effrite ; si elle tient encore, c’est beaucoup grâce aux femmes. Je ne veux pas être mal compris en disant cela, mais je pense qu’il était temps qu’on entende leur voix.

Vous rendez là un bel hommage à la gent féminine !

Les femmes ont toujours eu un rôle capital dans ma vie d’homme et d’artiste. Elles ont été importantes dans ma construction. J’ai eu la chance d’être élevé par quatre femmes formidables. Quand j’étais jeune, j’avais les cheveux longs et on se moquait de moi en me traitant de fille. Je me suis vite rendu compte de ce que les femmes subissaient. Mais pourquoi ? Au nom de quoi cette méchanceté gratuite ?

Vos chansons parlent souvent d’amour, au contraire. De solitude aussi, de séparation, du temps qui passe, d’optimisme…

C’est vrai que je suis assez seul, mais un peu comme tout le monde j’ai envie de dire. Avec Adulte Jamais, j’ai voulu travailler dans ce sens, en abordant le plus simplement possible des sujets que nous avons tous en commun. Nous avons tous vécu des ruptures, des rencontres. Nous avons tous laissé passer des trains…

Quel regard portez-vous sur le temps qui passe ?

J’avoue que je crains un peu la mort mais je pense que cela fait partie, comme l’amour et la vie, des grandes questions de l’existence qui n’ont pas de réponse. Personne ne détient la définition de ces trois grands thèmes de l’existence, alors arrêtons d’essayer de la donner. Au contraire, tâchons de remplir cette existence de larmes, de sourires, d’échanges, d’émotions, de découvertes… Tâchons de nous mettre en vie tous les jours. C’est ce que j’essaye humblement de faire. Parfois je rate et parfois je réussis.

Si vous craignez la mort, vous faites attention à votre santé ?

J’ai fait très attention à ne pas attraper la Covid-19. Aussi bien pour moi que pour mon entourage. J’ai respecté les gestes barrières et je suis peu sorti. Ça ne m’a pas dérangé parce que j’ai toujours été casanier. Je suis tombé très malade quand j’étais petit et je suis resté angoissé à l’idée de la maladie. Je fais d’ailleurs des bilans de santé tous les six mois, je prends tous les jours des oméga, du magnésium, des probiotiques pour éviter les douleurs au ventre et l’anxiété. Mais je vous rassure, je ne suis pas hypocondriaque ! [Rires]

La voix royale

La voix royale

Tous les samedis soir sur TF1, fous rires, suspense, duels musicaux et émotions sont au programme de la dixième saison de The Voice. Marc Lavoine et ses acolytes Florent Pagny, Amel Bent, Vianney et Nolwenn Leroy confrontent leurs candidats d’exception, en lice pour décrocher le titre de la plus belle voix de l’année.

 

Propos recueillis par Véronique Aïache

Le choix de la rédac

Du baume au corps

Corps

Du baume au corps

Riche en plantes médicinales bio

Chacun ses goûts !

Les bons aliments

Chacun ses goûts !

A vous de choisir !

Les chats aussi nous soignent

Chat

Les chats aussi nous soignent

Une encyclopédie dédiée aux petits félins et à leurs pouvoirs

Solutions d’hiver

Petits maux

Solutions d’hiver

Azéol pour lutter contre les maux de la sphère ORL