Maladie rénale : une alimentation sous contrôle

Maladie rénale : une alimentation sous contrôle

27 février 2021
Responsable de 15 % des décès environ, ce type d’affection représente la première cause de mortalité féline. Adapter l’alimentation à l’âge du chat permet de ralentir la progression des maladies rénales.

 

Si l’espérance de vie d’un chat est de 14 ans en moyenne, votre animal peut vivre beaucoup plus longtemps si vous êtes très attentif à sa santé et remarquez vite des signes anormaux. Quand ils sont malades, les chats, contrairement aux chiens, tendent à masquer leurs symptômes et à se faire oublier. À vous de rester vigilant ! Bien pris en charge et nourris avec une alimentation adaptée, de nombreux chats atteints de maladie rénale conversent une excellente qualité de vie pendant plusieurs années.

Des bilans de santé réguliers

Un bilan vétérinaire annuel, voire bisannuel, permet de dépister très tôt la présence d’anomalies chez les chats âgés. Les traitements médical et nutritionnel ont alors plus de chances d’être efficaces et d’empêcher que l’état de santé du chat s’aggrave. Entre 15 et 30 % des animaux de plus de 9 ans et entre 30 et 50 % de ceux ayant plus de 15 ans présentent une maladie rénale. Un chat diagnostiqué précocement peut encore vivre au moins trois ans s’il bénéficie d’un régime alimentaire spécial alors que le délai sera raccourci à seulement un an si des symptômes sont déjà apparus.

 À lire aussi : Bien nourrir un chat après la stérilisation

 

Âge et pathologies

Âge et pathologies

La maladie rénale chronique est l’affection la plus souvent observée chez les chats de plus de 10 ans. Viennent ensuite, par ordre décroissant de fréquence, l’hypertension, l’hyperthyroïdie, les infections urinaires et le diabète sucré. Ces maladies accélèrent l’apparition de troubles du vieillissement, comme la démence sénile (ou dysfonctionnement cognitif du chat âgé). Une alimentation riche en antioxydants et en oméga 3 et 6 en diminue les effets.

 

Des pesées fréquentes

Peser son chat régulièrement est une habitude à prendre, qui sera très utile tout au long de sa vie. Chez un chat qui vieillit, il est quasi normal d’observer une légère perte de poids car son système digestif perd de son efficacité avec l’âge. Il est donc important de veiller à ce que votre animal mange suffisamment pour couvrir ses besoins énergétiques. S’il a tendance à bouder son alimentation habituelle, n’hésitez pas à en parler à votre vétérinaire ; il existe des aliments spécifiquement conçus pour les chats seniors dont l’appétence est étudiée pour réveiller leur appétit, même celui des plus blasés d’entre eux. Associer des aliments humides et secs quotidiennement peut aussi être une bonne solution pour encourager l’animal à manger… Si votre chat a perdu plus de 10 % de son poids en six à douze mois, c’est inquiétant. L’amaigrissement peut en effet être le signe qu’une maladie rénale progresse.

 À lire aussi : Calculs urinaires : que faire ?

 

Moins de phosphore…

Quand l’insuffisance perturbe la filtration des reins, le phosphore s’accumule dans le sang et risque d’accélérer le développement de la maladie. La première mesure diététique utile à prendre pour un chat qui montre des signes de faiblesse rénale est donc de diminuer le taux de phosphore dans son alimentation pour soulager les reins. Ce changement de régime se fait facilement en donnant à l’animal un aliment spécifique pour chats insuffisants rénaux. Des analyses de sang permettront d’en suivre l’efficacité : si le taux de phosphore reste trop élevé, il sera toujours possible de donner au chat un médicament qui limite l’absorption du phosphore dans l’intestin – c’est ce qu’on appelle un « chélateur du phosphore ». Agir sur le phosphore dès le début de l’évolution de la maladie rénale permet d’augmenter l’espérance de vie du chat tout en atténuant les éventuels symptômes.

 À lire aussi : Des légumes au menu !

 

Calculs urinaires

Calculs urinaires

Avec l’âge, la nature des calculs qui peuvent se former dans l’urine change. Chez les chats âgés, on trouve par exemple plus de calculs d’oxalate de calcium que chez les jeunes. Pour tenter de prévenir la formation de ces calculs, il faut encourager l’animal à boire beaucoup et ne pas distribuer un aliment acidifié.

 

… et de protéines

À partir d’un certain stade de dégradation du fonctionnement rénal, de nombreuses substances issues de la digestion des protéines ne sont plus éliminées normalement dans l’urine et deviennent toxiques pour le chat. C’est le cas de l’urée qui, lorsqu’elle est présente en quantité excessive dans le sang, est responsable d’une crise d’urémie. L’animal ne mange plus, sans doute parce qu’il se sent nauséeux, ce qui lui coupe l’appétit. Des vomissements et des troubles nerveux peuvent aussi apparaître à ce stade. Si le chat n’est pas pris en charge très rapidement, l’urémie peut être fatale. Pour éviter d’en arriver là, il est nécessaire de réduire le taux de protéines dans l’alimentation afin de ne pas trop altérer son bien-être. La qualité des protéines devra bien sûr être excellente pour compenser la réduction quantitative. Le vétérinaire vous conseillera sur le type d’aliment à choisir en fonction de la gravité de l’insuffisance rénale. En effet, le taux de protéines ne doit pas être trop bas d’emblée car le chat doit en consommer assez ; sinon, il puisera directement dans ses muscles ce dont il a besoin. Vous le verrez alors « fondre » à toute vitesse, ce qui n’est évidemment pas souhaitable.

Le choix de la rédac

Du baume au corps

Corps

Du baume au corps

Riche en plantes médicinales bio

Chacun ses goûts !

Les bons aliments

Chacun ses goûts !

A vous de choisir !

Les chats aussi nous soignent

Chat

Les chats aussi nous soignent

Une encyclopédie dédiée aux petits félins et à leurs pouvoirs

Solutions d’hiver

Petits maux

Solutions d’hiver

Azéol pour lutter contre les maux de la sphère ORL