THALASSEO THERMES
Maintien à domicile des personnes âgées

Maintien à domicile des personnes âgées : l’aide précieuse du pharmacien

06 décembre 2016
Quand on est âgé, handicapé ou malade, mieux vaut, à chaque fois que c’est possible, se faire soigner et aider à la maison… Le pharmacien joue un rôle essentiel dans le maintien à domicile, appelé aussi MAD.

 

Les plus de 60 ans souhaitent à 90 % vivre à leur domicile le plus longtemps possible. Ce chiffre extrait de la mission « Vivre chez soi » du secrétariat d’État de la famille, de l’enfance, des personnes âgées et de l’autonomie, n’a rien d’étonnant… Mais les Français vivent de plus en plus vieux (85,4 ans en moyenne pour les femmes, 79,2 pour les hommes) et les seniors sont de plus en plus nombreux. Le maintien à domicile (MAD) est donc amené à se développer.

Le maintien à domicile en plein essor

Le MAD, c’est l’ensemble des services, des traitements et des actes médicaux dispensés aux patients dans leur environnement. Ses avantages : il prolonge l’indépendance et limite hospitalisations et hébergements en maison de retraite, aussi coûteux pour la Sécurité sociale que difficiles à vivre par la personne et sa famille.

Il s’est progressivement organisé depuis les années 1970, notamment grâce à la création de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA). Le MAD n’est donc pas nouveau mais, c’est heureux, en plein essor. Aujourd’hui, il s’adresse non seulement aux seniors même très vieux mais aussi aux personnes de tous âges (enfants compris) handicapées ou atteintes de maladies chroniques.

Rester chez soi quand même

Conscient de son intérêt, le ministère de la Santé a conçu une loi relative à « l’adaptation de la société au vieillissement » qui entrera en vigueur le 1er janvier 2016. Objectif : accompagner l’autonomie des personnes âgées et mieux répondre à l’un de leurs vœux les plus chers, vivre chez soi.

Différents professionnels de santé, dont les médecins traitants, les infirmières, les kinés, ainsi que les prestataires de services et les aides-ménagères, participent au MAD, mais les pharmaciens y jouent un rôle central.

 À lire aussi : Personnes âgées : quelles aides pour le maintien à domicile ?

 

Le maintien à domicile, pour qui ?

Pour l’entourage, s’occuper d’une personne dépendante à cause de l’âge ou d’une maladie grave ou chronique, c’est difficile. Mais possible quand le MAD est bien organisé.

 

Selon les estimations, 45,3 millions de Français aident régulièrement au moins un de leurs proches âgé de plus de 60 ans vivant à domicile. Et c’est sans compter les autres personnes plus ou moins dépendantes, temporairement ou au long cours. Dans 50 % des cas, les aidants sont les conjoints… ; deux fois sur trois, des femmes. Même quand cette aide est fournie de bon gré et affectueusement, la charge est lourde, difficile et fatigante.

Une alternative à l’hôpital et à l’EHPAD

Le MAD peut éviter une hospitalisation ou un « placement » en EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) et en institut spécialisé. Outre son intérêt économique – surtout pour la Sécurité sociale – et médical (les infections nosocomiales sont toujours à craindre), il a une influence positive sur le moral et l’état physique des malades. Entourés de leurs proches, ils « dépriment » moins, sont davantage motivés, mangent mieux et récupèrent plus rapidement après une hospitalisation.

Tout le monde peut être concerné, à un moment ou un autre de sa vie :

  • Les seniors en perte d’autonomie à cause de problèmes de santé qui se surajoutent (arthrose, ostéoporose, insuffisance cardiaque ou respiratoire, complications du diabète, DMLA…) sont les plus nombreux à en bénéficier.
  • Les personnes souffrant d’un handicap moteur, dû à une maladie, un accident vasculaire cérébral (AVC) ou un accident physique suivent. En raison de leurs difficultés à se déplacer, à marcher, à se laver, à s’habiller, à se coucher…
  • Les personnes atteintes d’une maladie neurologique ou mentale : Alzheimer, Parkinson évolué, troubles psychiques…
  • Les malades (de l’enfant à la personne âgée) obligés de suivre un traitement ou de recevoir des soins quotidiens sans qu’une hospitalisation soit nécessaire : après une opération, pour un cancer, une maladie chronique comme un diabète insulinodépendant, une mucoviscidose…
  • Les enfants et les adultes immobilisés à cause d’une grosse fracture.
  • Des femmes dont la grossesse ou le post-partum est difficile et qui ont besoin de soins et d’aides.

Pensez à demander conseil à votre pharmacien !

Le pharmacien peut jouer un grand rôle pour organiser le maintien à domicile, informer les familles sur les différents moyens et solutions possibles et les soutenir. La loi HPST (hôpital, patients, santé et territoires) a d’ailleurs attribué au pharmacien le rôle de coordinateur de soins. Pourtant, les Français ne savent pas souvent qu’il est capable de répondre à ces besoins. Et 70 % ignorent même qu’il est possible de trouver du matériel médical dans les officines ou, à défaut, de le commander. Ils ignorent aussi qu’il peut l’apporter à domicile et expliquer le fonctionnement des dispositifs médicaux.

Conseils et suivi

Le pharmacien est bien placé pour faciliter la vie des familles et du malade. C’est le médecin traitant qui prescrit le maintien à domicile quand il le juge adapté au patient et qui rédige les ordonnances de location ou de vente de matériel et bien sûr de médicaments. Il peut aussi faire des visites. Du moins en province car dans les grandes villes c’est rare… Ce qui rend le pharmacien d’autant plus indispensable. Dans tous les cas, le pharmacien et son équipe constituent un maillon essentiel dans la chaîne de prise en charge des malades à domicile. Laquelle peut comprendre, outre le médecin, l’infirmière, le kiné et l’aide-ménagère. Le pharmacien connaît du reste tous les autres professionnels de santé et peut les contacter directement au moindre problème.

Autre atout, les proches du malade peuvent joindre le pharmacien facilement, sans rendez-vous, et se faire conseiller, pour le choix d’un lit médicalisé ou d’un déambulateur par exemple. Si nécessaire, l’officinal peut se rendre au domicile pour que le matériel prescrit soit bien adapté à la situation ou aux contraintes du logement et suggérer éventuellement des changements dans l’ordonnance. En posant des questions régulièrement, il peut également vérifier que tout va bien : appareils bien installés et fonctionnant bien, traitements correctement pris, soins assurés et même prestations ménagères de qualité. Tout est important.

 À lire également : Comment prévenir les escarres ?

 

Maintien à domicile : prévenir les catastrophes

Dans la grande majorité des cas, il connaît la personne et ses proches. Il est ainsi à même de détecter rapidement une détérioration de l’état de santé ou un problème d’organisation et de réagir pour éviter la catastrophe : chute, dénutrition, escarres… Avec, à la clé, une hospitalisation ou une réhospitalisation. Il peut aussi repérer des problèmes rendant le maintien à domicile dangereux – environnement précaire, négligences ou violences de l’entourage, par exemple – et avertir médecin et assistante sociale.

 

Réponses d'expert : la logistique compense la distance

Réponses d'expert : la logistique compense la distance

Pour livrer les médicaments et le petit matériel de maintien à domicile dont la personne a besoin en urgence et que ses proches ne peuvent venir chercher à la pharmacie, je fais appel à une société de portage. Quand j’étais en province, je les livrais moi-même à domicile, ou bien j’en chargeais quelqu’un de mon équipe. Comme c’est trop compliqué sinon impossible en Île-de-France, j’ai trouvé ce système en remplacement car je tiens à assurer ce service. C’est capital pour les personnes dépendantes qui vivent chez elles et j’estime que cela fait partie des missions du pharmacien.
Corinne Dubreuil, Pharmacien à Versailles (78)

 

Témoignage : Aider aussi les proches

Témoignage : Aider aussi les proches

Jeanne, 72 ans

« Mon mari a eu un cancer et a dû subir une grosse intervention chirurgicale. Après son hospitalisation, il a pu rentrer à la maison comme il le souhaitait, mais il était tout de même fatigué et devait prendre une chimiothérapie orale lourde. Je suis solide, je pensais que je pouvais tout faire moi-même (penser aux médicaments, aider à la toilette et à l’habillage, etc.) et que c’était mieux pour lui… Mon pharmacien s’est vite aperçu que je n’y arrivais pas. Il m’a expliqué que cette situation allait durer et que je m’épuisais, au risque de tomber malade. Cette mise en garde a été un déclic et j’ai accepté de me faire aider. Il a appelé mon médecin traitant et a participé à la mise en place des différentes aides. C’était toujours dur mais, grâce à lui, j’ai tenu le coup.

 

Pour équiper votre domicile, demandez conseil à votre pharmacien

L’éventail du matériel de MAD, disponible sur place en pharmacie, est plus étendu qu’on ne croit. Du plus simple au plus perfectionné.

 

Contrairement aux médicaments, le matériel de MAD n’appartient pas au monopole des pharmaciens. D’où l’existence de sociétés privées non pharmaceutiques capables de présenter toutes sortes de matériels médicaux, sur de grandes surfaces. Celles-ci ont l’avantage de pouvoir faire de la publicité, ce qui n’est pas le cas des professionnels de santé comme les pharmaciens. Par facilité, les hôpitaux ont aussi souvent tendance à orienter directement les patients qui rentrent chez eux vers ces sociétés. Résultat, la population ignore souvent que les pharmacies de ville peuvent fournir du matériel médical et ne bénéficie ainsi pas du conseil et de l’aide du pharmacien.

Local d’expo et catalogue

Certaines pharmacies disposent d’un espace de vente et de conseil ou de salles d’exposition séparées, mais toutes n’ont pas un local suffisant et adapté à l’accueil des personnes handicapées. Dans ce cas, le pharmacien peut mettre en vitrine un ou deux appareils de MAD ou bien des accessoires miniatures évoquant ce type de service et aider les familles à choisir sur catalogues ou écrans plats. Il lui suffit ensuite de passer commande et de livrer ou de faire livrer au domicile.

De l’urinal au lit médicalisé

L’éventail du matériel de MAD disponible en pharmacie est complet :

  • pour se déplacer : cannes anglaises, avec poignée anatomique ou en T, tétrapodes, béquilles axillaires, déambulateurs ou rollateurs, fauteuils roulants, manuels ou électriques, orthèses ;
  • pour s’asseoir et se coucher : siège coquille, de repos, releveur, lit médicalisé avec barrières, télécommande et potence, matelas à mémoire de forme, coussin et talonnières anti-escarres ;
  • pour l’autonomie et le confort : piluliers, barres d’appui, pinces de préhension (pour ramasser les objets au sol), table de lit roulante à hauteur variable, veilleuse automatique (pour se lever la nuit), lampe basse vision, téléalarme ;
  • pour la salle de bains : marchepied d’accès (pour enjamber la baignoire), siège de douche, tapis anti-glisse, protège-plâtre ;
  • pour les sanitaires et l’incontinence : rehausse-WC, cadre de toilettes avec accoudoirs, urinal (hommes et femmes), étuis péniens raccordés à une poche accrochée au lit, protections et changes complets, garde-robe (chaise percée) appelée aussi « montauban ».

 

 

Conseils de Pharmacien

Conseils de Pharmacien

Au cas par cas
Les besoins d’une personne âgée, handicapée ou malade diffèrent beaucoup selon l’âge, le logement, l’entourage, etc. Et les aides doivent être adaptées à ces paramètres. Expliquez le plus précisément possible à votre pharmacien les difficultés que rencontre la personne (monter dans la baignoire, préparer les médicaments, appeler à l’aide en cas de chute ou de malaise…) pour trouver ensemble les solutions qui conviennent.

 

Et l’HAD ?

Et l’HAD ?

Un cran au-dessus, l’HAD (hospitalisation à domicile) est une forme d’hospitalisation sans l’hébergement. La personne, gravement malade, reçoit à son domicile (ou dans un établissement d’hébergement public ou privé) des soins lourds qui nécessitent – pour une durée courte ou longue – l’intervention d’une structure hospitalière : chimiothérapie, plaies complexes, soins palliatifs, rééducation neurologique, pédiatrie post-chirurgie, etc.

 

Le rôle des prestataires de santé

Des intervenants extérieurs spécialisés livrent sur demande du matériel ou mettent en place et contrôlent des appareillages complexes.

 

Face à certaines situations ou pathologies, les services privés ou municipaux d’aide à la personne, les aides médicales disponibles en pharmacie, le passage des infirmières et des kinés ne suffisent pas toujours à rendre le maintien à domicile possible en toute sécurité. L’intervention de prestataires de santé est même souvent indispensable.

Techniques à domicile

Exemples de techniques nécessitant une formation pointue et des locaux de stockage ou de désinfection dont ne disposent pas souvent les pharmaciens :

  • L’oxygénothérapie. Administration d’air enrichi en oxygène (par bouteilles d’oxygène gazeux, réservoir d’oxygène liquide, concentrateur d’oxygène portable). Pour les insuffisants respiratoires graves, notamment les patients souffrant de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).
  • La PPC (pression positive continue). Petite machine à turbine placée au chevet, reliée à un masque par un tuyau qui envoie de l’air. Pour les apnées du sommeil (arrêts respiratoires nocturnes).
  • La perfusion continue dopaminergique. Pompe qui compense en continu un déficit en dopamine pour éviter les mouvements involontaires et les blocages de mouvements. Pour les personnes souffrant d’une maladie de Parkinson.
  • La nutrition entérale. Technique qui consiste à apporter les nutriments dans le tube digestif par l’intermédiaire d’une sonde pour lutter contre la dénutrition. Pour les personnes traitées pour un cancer par radiothérapie et chimiothérapie.
  • La téléassistance médicalisée. Dispositifs (pendentif, montre, mobile…) permettant d’alerter directement un téléassistant qui, selon les cas, conseille ou contacte immédiatement un proche, un médecin, des secours. Pour les personnes fragilisées par l’âge ou une maladie qui vivent seules.

 

 

Les prestataires

Les prestataires

  • Prestataires nationaux ou régionaux de vente et location de matériel santé et de prise en charge médico-technique : Orkyn’, D Medica, Pharmat, Astera (ex-Oxypharm), MAD Ouest, Alcura (ex-Locapharm)…
  • Fabricants spécialisés : Coloplast, Convatec, B.Braun (poches de stomie, sondes urinaires, soins des plaies), Medtronic (pompe à insuline), Gibaud (ceintures de soutien lombaire, orthèses, orthopédie, compression), Sigvaris Ganzoni et Innothéra (compression), Lohmann & Rauscher (bandages, traitement des plaies)…
  • Téléassistance : Astelia, Datacet, Legrand, Serenica…
  • Services à la personne (toilette, repas, travaux ménagers, courses, transport, accompagnement…) : Adhap…
  • Par l’intermédiaire de mutuelles et d’assurances : Malakoff Médéric, Harmonie Mutuelle, AG2R La Mondiale, Swiss Life, Macif…

 

En savoir plus

En savoir plus

www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr
Mis en place en juin par le ministère de la Santé, ce site a pour but de simplifier les démarches des personnes âgées et de leurs proches confrontés à des situations de perte d’autonomie. Infos sur les solutions existantes et les aides financières possibles. Avec une plateforme téléphonique d’information : 0820 10 39 39 (0,15 € la minute).

 

Evelyne Gogien

Le choix de la rédac

Les règles abondantes et douloureuses

Gynécologie

Les règles abondantes et douloureuses

Faciliter le dialogue entre patientes et gynécologues

Le jour et la nuit

Stress

Le jour et la nuit

Une journée sereine et une nuit reposante

Un petit coup de mou ? On a les solutions.

Autres

Un petit coup de mou ? On a les solutions.

Deux options s’offrent à vous !

Un autre regard sur Alzheimer

Maladies neurologiques

Un autre regard sur Alzheimer

Aider et accompagner les malades