L’incontinence urinaire d’effort

L’incontinence urinaire d’effort

26 mars 2021
« J’ai des petites fuites urinaires. Que puis-je faire ? », Françoise, 57 ans.

 

Trois millions de femmes seraient concernées par des fuites urinaires. La plus fréquente est l’incontinence urinaire d’effort, liée à une faiblesse des muscles du périnée et du sphincter urinaire qui, normalement, maintiennent la vessie fermée. La perte d’urine peut survenir en toussant, en riant, en éternuant, en faisant un effort physique… Ces troubles sont fréquents à la ménopause, du fait de la carence hormonale.

 À lire aussi : Solutions naturelles contre les bouffées de chaleur

 

Renforcer le périnée

De nombreuses solutions existent. En premier lieu, cette forme d’incontinence se traite par des séances de kinésithérapie pour une rééducation du périnée par biofeedback ou électro-stimulation. Si les résultats sont insuffisants, une chirurgie pourra être envisagée. L’intervention consiste à poser une petite bandelette sous l’urètre de façon à former un petit hamac (TVT Tension Free Vaginal Tape).

 À lire aussi : Préménopause : bien passer le cap

 

Parfois, le recours à ces techniques n’est pas souhaité par les patientes ou n’est pas possible. Dans ce cas, les protections spécifiques pour fuites urinaires sont très utiles. Il existe différents modèles (serviettes ou culottes protectrices) et tailles qui permettent d’absorber l’urine, d’éviter les problèmes d’humidité et de lutter contre les odeurs désagréables. Efficaces et discrètes, elles permettent de s’adonner librement à toutes ses activités.

En ce qui concerne l’hygiène de vie, ne pas oublier de lutter contre la constipation chronique (en augmentant l’apport quotidien en fibres) et le surpoids qui contribuent à entretenir l’incontinence urinaire d’effort.

Christine Fallet

Le choix de la rédac

Pour tous les corps

Maladies chroniques

Fines douches

Corps

Fines douches

Pour toute la famille

100 % naturelle

Corps

100 % naturelle

Des actions multiples

Le long silence

Femmes enceintes

Le long silence

« On ne dit rien avant la première échographie »