MA PEAU EST UNE PRISON
Levons le voile sur les femmes fontaines

Levons le voile sur les femmes fontaines

14 juillet 2016
L’éjaculation féminine, un sujet toujours tabou, et pourtant synonyme de plaisir intense. Découvrez l’origine et les causes de ce phénomène plus si mystérieux.

 

L’expression « femme fontaine » fascine et intrigue. Que désigne ce terme très imagé ? Une femme qui, lors de l’orgasme, expulse une importante quantité de liquide ̶ jusqu’à 15 centilitres, soit l’équivalent d’une tasse de thé. Ce liquide est inodore, incolore et ne tache pas. 10 à 40% des femmes auraient déjà occasionnellement ou régulièrement expérimenté cette expulsion de liquide lors de la stimulation sexuelle, mais ces chiffres sont très difficiles à confirmer. Ce sujet reste peu abordé dans les conversations de tous les jours (et on se demande bien pourquoi), on a donc décidé de lever le voile sur un phénomène tout à fait naturel.

 

De l’origine de ce mystérieux liquide

 De nombreuses hypothèses se sont succédé au fil des âges pour expliquer ce jet de liquide au moment de l’orgasme. Hippocrate pensait ainsi que ce fluide servait à la procréation en s’unissant à celui de l’homme. Le Dr Cabello Santa Maria a mené au XXe siècle des expérimentations qui ont permis de mettre en évidence les secrétions des glandes de Skene, aussi appelées prostate féminine, qui entrent dans la composition de la lubrification vaginale. On parle parfois d’éjaculation féminine : cette prostate féminine secrète en effet un peu de liquide blanchâtre, mais en quantité trop faible pour expliquer les jets parfois constatés chez les femmes fontaines. Il s’agit en fait de deux mécanismes différents qui se déclenchent tous deux au moment de l’orgasme. En 2015, une étude française a utilisé des échographies et des dosages hormonaux qui ont montré que les femmes à la vessie vide la remplissaient lors de la stimulation sexuelle, et que leur vessie était vide après l’émission de liquide, qui est donc… de l’urine, ou a minima un ultra filtra du plasma secrété par les reins. Pas hyper glamour, mais au moins nous sommes fixés, même si on connaît encore mal la physiologie rénale pendant le rapport sexuel.

 

Le plaisir joue-t-il un rôle dans l’émission de liquide ?

La réponse est oui : la stimulation sexuelle est nécessaire. Et d’après la très grande majorité des femmes qui l’ont expérimenté, le phénomène améliore la sensation de plaisir. En revanche, le volume de liquide n’est pas proportionnel au plaisir, mais plutôt au remplissage de la vessie. Toujours pas glam, mais que diable, c’est Dame Nature qui nous a faites ainsi. On peut apprendre à contrôler en partie le phénomène, tout bêtement en allant uriner avant un rapport pour vider sa vessie ou inversement, selon l’effet recherché.

 

Naît-on femme fontaine ou peut-on le devenir ?

Il arrive que certaines expérimentent une fois cette sensation, puis plus jamais. Certaines le découvrent dès le premier rapport sexuel, d’autres après 10 ans de sexualité. Il n’existe donc pas un type de femme fontaine, mais plutôt des femme-fontaine plus ou moins régulières. Rien n’interdit de penser que ce soit à la portée de chacune d’atteindre ce stade de plaisir. Celles qui en ont fait une part intégrante de leur sexualité déclarent que c’est très lié à la confiance qu’elles ont en leur partenaire, et la montée de l’excitation : femme fontaine, une question d’abandon avant tout ? Le Dr Salama, auteur du livre Femme Fontaine et éjaculation féminine : mythes, controverses et réalité explique que lorsqu’une femme réussit à neutraliser dans son cerveau la zone du qu’en dira-t-on et de la morale, celle qui a enregistré depuis l’enfance que l’on ne doit pas faire pipi n’importe quand ni n’importe où, elle peut alors expulser des jets très puissants au moment de l’orgasme. D’autres femmes ont, elles, besoin d’une stimulation de leur point G qui entraîne un relâchement total au moment de l’orgasme… et le vidage de la vessie.

 

Comment vit-on sa sexualité de femme fontaine ?

De nombreuses femmes témoignent de la gêne ressentie la première qu’elles ont émis du liquide au moment de l’orgasme. Elles ont eu le sentiment de perdre le contrôle, de manifester une hypersexualité qui les a dépassées. Et qui peut surprendre leurs partenaires masculins… Il serait néanmoins dommage de chercher à bloquer le phénomène, au risque de bloquer tout le processus du plaisir. Les femmes qui s’affranchissent du tabou sur ce sujet et acceptent leur côté femme fontaine, sans pour autant chercher à le développer, déclarent dans la très grande majorité y trouver un plaisir décuplé, et leur partenaire aussi : après tout, les femmes fontaine manifestent ainsi très clairement qu’elles apprécient leur manière de faire l’amour.

Envie d'en savoir plus ?

Envie d'en savoir plus ?

NL39_COUV LIVRES

  •  FEMMES FONTAINES ET ÉJACULATION FÉMININE : MYTHES, CONTROVERSES ET RÉALITÉS
    Dr Salama, Pierre Desveaux et Sylvie Nordheim, les Editions du Cherche-Midi, disponible en édition numérique.
  • L’EFFET SOURCE
    L’auteur a rencontré de nombreuses femmes fontaine et recueilli leurs témoignages. Un éclairage sensible et différent sur un pan de la sexualité féminine.
    Jacques Salomé, 2011 – Les Editions de L’Homme, broché, 192 pages – 19 €.

 

Câline Gabard

Le choix de la rédac

La gourmandise pour tous !

Desserts

La gourmandise pour tous !

Sans sucre raffiné

Opération protection

Corps

Opération protection

La solution vient du Nord !

Fitevan, une nouvelle appli fitness

Gym / fitness / danse / pilates

Fitevan, une nouvelle appli fitness

Dans le métro, au bureau ou dans votre salon !

Respirez, tout ira bien !

Huiles essentielles

Respirez, tout ira bien !

Six nouvelles expériences olfactives

OLIOSEPTIL