NOUVEAUX REGIMES

Les nouveaux régimes

05 mai 2017
Après la vague des régimes « sans » (sel, lactose, gluten…), de nouveaux modes alimentaires bousculent nos habitudes. Leurs bienfaits et leurs inconvénients.

 

Selon une enquête réalisée par Harris Interactive du 12 au 21 octobre 2016, la population française confirme la force de son amour pour la cuisine et l’importance de l’équilibre alimentaire. Cette recherche d’équilibre, et sous l’influence des diverses crises ou scandales alimentaires, mène quelque 15% de Français à suivre (ou à adapter) un des nombreux régimes en vogue. Le point sur trois des plus récents.

 

Mission ventre plat avec le régime sans FODMAPS

La diète sans FODMAP, un acronyme pouvant se traduire par oligo-, di-, monosaccharides et polyols fermentescibles, limite logiquement les aliments en contenant. Car ces glucides (ou sucres) sont, chez certaines personnes, difficiles à digérer. Lorsque les glucides non digérés atteignent le côlon, les bactéries qui y sont normalement présentes les font fermenter, ce qui provoque des manifestations désagréables (ballonnements, gaz, douleurs). Il a été prouvé que le régime sans FODMAP soulage les symptômes du syndrome de l’intestin irritable dans 75% des cas. Le problème, c’est qu’on les trouve dans une très longue liste d’aliments (légumes, céréales, légumineuses, fruits, champignons, produits laitiers, confiseries light, chewing-gums…). Et comme les FODMAP ont aussi leurs bons côtés (et que leur éviction est contraignante), mieux vaut en parler avec un professionnel de santé pour savoir si cette diète peut vous convenir.

 À lire aussi : Tout savoir sur le régime cétogène

 

Tout cru pour le régime crudivore

Dans le régime crudivore ou « raw food », on ne mange que de la nourriture crue ou peu chauffée (à moins de 40 ºC) et de préférence d’origine biologique. L’objectif est de ne manger que des produits à l’état naturel et le moins transformés possible : fruits et légumes en tête, légumineuses, oléagineux, viande, œufs… On préserve ainsi les sels minéraux, les vitamines et les enzymes. Les transformations « naturelles » sont permises : oui aux graines germées et aux aliments (légumes, céréales, laitages) fermentés.

Les bons points : plus de vitamines ou autres nutriments, moins de graisses. Mais… la cuisson semble indispensable à certains aliments. Prenons un œuf, la référence en matière de protéines. Cru, ses protéines ne sont digérées qu’à 50 % ; cuit, elles sont assimilées à plus de 90 %. Et ne manger que des aliments crus peut causer des troubles digestifs (brûlures, reflux) et expose en outre aux intoxications alimentaires, certaines bactéries n’étant détruites que par la cuisson.

En conclusion, un régime déconseillé aux personnes âgées ou immunodéprimées, aux femmes enceintes et aux enfants.

 À lire aussi : Tout savoir sur la Raw food

 

Le véganisme : un mode de vie

Plus qu’un régime, le végan(isme) est un mode de vie. Il proscrit non seulement la consommation mais aussi l’utilisation des produits issus du monde animal (cosmétiques, vêtements…), et ce pour le bénéfice des humains, des animaux et de l’environnement. Ce mode d’alimentation exclut viandes, poissons, crustacés, coquillages, œufs, miel et tous les produits laitiers. Pour rassasier le corps, on recourt aux céréales, légumineuses, graines, légumes et fruits.

Côté bienfaits : pas de cholestérol ni de graisses saturées, des apports satisfaisants en antioxydants, en fibres, en vitamines.

Les points négatifs : la vitamine B12 peut faire défaut et le risque de carence en calcium et en fer est réel. Certes, ils sont présents dans les aliments « végan » mais en quantité moindre dans les produits laitiers (pour le calcium) et la viande (fer et B12). Et leur assimilation serait moins efficace. L’apport en acides aminés essentiels pose aussi problème car ils ne sont pas tous présents dans les végétaux (excepté le soja et le quinoa).

Ce régime est donc proscrit chez les femmes enceintes, les enfants et les personnes souffrant d’anémie ou d’ostéoporose. Et les véganistes doivent apprendre l’art de compenser (eaux calciques, supplémentation en B12)… voire se mettre au régime flexitarien !

 À lire aussi : Recettes de crêpes végétaliennes à la châtaigne

 

Christine Piat

Le choix de la rédac

Laissez les extraits de plantes bio entrer chez vous

Compléments alimentaires

Laissez les extraits de plantes bio entrer chez vous

Pour renforcer le système immunitaire.

En toute clarté

Visage

En toute clarté

À vous le teint frais et lumineux !

Vous pouvez enfin respirer !

Petits maux

Vous pouvez enfin respirer !

À vous de choisir

Les règles abondantes et douloureuses

Gynécologie

Les règles abondantes et douloureuses

Faciliter le dialogue entre patientes et gynécologues