AIL NOIR
Les kilos : un gros mot ?

Les kilos : un gros mot ?

06 mars 2016
Aux Etats-Unis, puis au Canada, des initiatives ont été lancées pour sensibiliser les gens, les jeunes surtout, à l’omniprésence des remarques faites sur le poids et aux dommages que cela cause. Et la France dans tout ça ?

L’obsession du poids : des conséquences en cascade

Obsession de la minceur et régimes en tous genres ont plusieurs conséquences :
1 / Une mauvaise image de soi (entretenue par soi-même en premier lieu)  qui peut mener à une dépression ; 2 / Une prise de poids due notamment à l’effet yoyo que provoquent les régimes draconiens ; 3 / Des carences plus ou moins graves selon que l’on s’inflige un régime plus ou moins drastique ; 4 / Des troubles du comportement alimentaire qui peuvent s’installer. Anorexie et boulimie sont les plus répandus et connus, mais existent aussi l’hyperphagie, l’orthorexie ou encore la néophobie alimentaire.
Ces quatre points sont intrinsèquement liés et le point de départ est l’image de soi. Une image dévalorisée par les autres, mais plus souvent encore par soi-même.

 

Aux Etats Unis et au Canada, des initiatives intéressantes

La « FAT TALK FREE WEEK » – la semaine où on ne parle pas de poids aux USA –, et son homologue québécois « LE POIDS : SANS COMMENTAIRES ! »
La dévalorisation de soi, c’est ce qui est à l’origine de la « FAT TALK FREE WEEK » aux Etats-Unis, soit, la semaine où on ne fait pas de « fat talk », ce mauvais pli qui consiste à mal parler du corps et du sien en particulier au travers de petites phrases (auto) assassines. Exemples : « J’ai l’air grosse là-dedans », « rien ne me va tout me boudine », « je ne supporte mes bras flasques », etc.
Le but est donc de sensibiliser la population à l’omniprésence et aux conséquences négatives des commentaires sur le poids. Très inspirée de la « FAT TALK FREE WEEK », les Québécois ont lancé en 2012 (soit 4 ans après) la semaine « LE POIDS : SANS COMMENTAIRE ! » avec une baseline on ne peut plus claire… et pertinente : « Ne pas parler de poids pendant une semaine… Parce qu’on a bien mieux à se dire ! ».

 

Et en France, on fait quoi du poids ?

La réponse est : sensiblement comme nos camarades outre-Atlantique. On parle de notre poids – mais souvent en mal –, on le mesure – parfois trop –, on le commente – sans s’épargner. Nos magazines regorgent de conseils pour mincir, maigrir, et perdre du poids ; les sites Internet ne s’en privent pas ; et 600 000 jeunes en France sont concernés par les troubles du comportement alimentaire…

Ce que l’on ne fait pas de la même façon qu’eux en revanche, c’est de faire de ce problème une cause. C’est aborder simplement un problème comme celui-ci, sans pour autant sombrer dans l’oratorio sinistre. Peut-être est-il tant de changer ?

Juliette Legros

Le choix de la rédac

ARKOPHARMA

Compléments alimentaires

Parce qu’une peau préparée est une peau mieux protégée

Nourrissez votre peau de l’intérieur…

Comment se débarrasser des pellicules

Dermatologie

Comment se débarrasser des pellicules

Pour avoir un cuir chevelu en bonne santé

On mange quoi ce soir ? Spécial kids

Les bons aliments

White Box Icon
7 plantes + 2 bourgeons = détox

Compléments alimentaires

7 plantes + 2 bourgeons = détox

Nettoyage intérieur !