Advertisement Banner
JEUNE

Le jeûne intermittent, idéal pour purifier son organisme

04 janvier 2018
Que vous soyez coutumier des excès ou pas, le jeûne intermittent permet de nettoyer le foie, purifier et détoxiner l’organisme en profondeur. Comment vous y mettre ? On vous explique les bienfaits et les clés d’un jeûne intermittent réussi.

 

Jeûne intermittent, mais qu’est-ce que c’est que ce concept étrange ? Peut-on jeûner sans jeûner ? Oui, et non. Le principe du jeûne intermittent est simple : permettre à l’organisme de profiter des bienfaits du jeûne, en instaurant de longues tranches horaires où l’on ne mange rien afin de laisser notre système digestif se purger et l’organisme se décrasser. Pourquoi ça fait du bien ? Comment faire concrètement ? Vous allez voir, c’est assez simple et surtout, tout bénef.

 

Les bienfaits du jeûne pour détoxiner

Avis à ceux qui pensent que le jeûne est une toquade dans l’air du temps, sachez qu’Hippocrate (460-375 av. J.-C.) himself* aurait déclaré « il faut […] soigner ses petits maux par le jeûne plutôt qu’en ayant recours aux médicaments ». À l’époque déjà, on avait compris que jeûner a de multiples effets positifs sur l’organisme. Manger à intervalles rapprochés fatigue le corps, qui consacre une énergie importante à la digestion des aliments. Le repos imposé au système digestif lui permet de se reposer et se régénérer, et restaure l’équilibre général du corps, favorisant ainsi l’auto-guérison. Le foie en profite pour se purger en profondeur et éliminer toutes les toxines qui l’encrassent. Le jeûne enclenche aussi des mécanismes d’autophagie, c’est-à-dire de « cannibalisme cellulaire », en détruisant en priorité les cellules défectueuses, malades ou vieillissantes pour continuer à produire l’énergie nécessaire au fonctionnement du corps. Le japonais Yoshinori Ohsumi a d’ailleurs reçu en 2016 le prix Nobel de médecine pour ses travaux sur le sujet, car l’explication des mécanismes de l’autophagie ouvre de phénoménales perspectives dans la prévention des maladies dégénératives (Alzheimer, Parkinson et autres…), du diabète de type 2, et dans le ralentissement du vieillissement de l’organisme.

 À lire aussi : 10 règles d’or pour rester jeune plus longtemps

 

Le principe du jeûne intermittent

On pense souvent que jeûner implique de ne pas manger pendant plusieurs jours, mais ce genre de cure n’est pas facile à combiner avec une vie professionnelle, familiale et sociale et nécessite d’être encadrée pour ne pas dépasser la limite des privations que le corps peut supporter sans souffrir.

Le jeûne intermittent consiste tout simplement à jeûner un peu chaque jour, en espaçant de 15 heures deux de ses repas. Par exemple, si vous dînez à 20h, vous ne mangerez plus rien avant midi le lendemain. Si vous êtes un inconditionnel du petit déjeuner que vous prenez à 8h, vous attendrez 23h pour prendre votre deuxième repas (pas hyper pratique, on vous l’accorde). Vous pouvez réduire à 12 heures cette amplitude, mais pas moins, sinon vous perdrez les effets bénéfiques. La plupart des adeptes du jeûne intermittent préfèrent éliminer le petit déjeuner, dont la disparition impacte moins leur vie sociale et professionnelle que le dîner ou déjeuner.

 

Comment démarrer son jeûne intermittent ?

Pour réussir votre jeûne intermittent, choisissez les horaires qui correspondent le mieux à vos contraintes personnelles. Ensuite, consacrez un jour par semaine à ce jeûne, et attendez de vous sentir bien avant de passer progressivement à deux, puis trois, puis quatre… Jusqu’à réussir, idéalement, à transformer vos habitudes alimentaires en faisant du jeûne intermittent votre routine quotidienne. Si en semaine c’est vraiment compliqué, utilisez les week-ends ou vacances pour jeûner. Ne vous laissez pas décourager par les gargouillis de votre ventre : il ne vous réclame pas de nourriture, il est tout simplement en train de profiter du vide pour passer l’aspirateur et ça fait un peu de bruit.

 

Faut-il modifier son alimentation quand on pratique un jeûne intermittent ?

Veillez à boire beaucoup d’eau (pure ou en infusion) afin d’éviter la déshydratation, mais pas de laits, de jus de fruits ou autres boissons sucrées. Évitez les aliments trop gras lorsque vous brisez le jeûne, histoire de ne pas surcharger d’emblée votre système digestif. Attention, ce n’est pas parce que vous supprimez les tartines au petit déjeuner que vous pourrez manger davantage de frites. Conservez – ou instaurez – une alimentation équilibrée sur l’ensemble de la journée, qui vous apporte suffisamment de nutriments essentiels dans les repas qui vous restent, en respectant les proportions de lipides / glucides / protéines recommandées par les nutritionnistes.

 

Ce qui change grâce au jeûne intermittent

Vous serez surpris de constater les nombreux effets visibles du jeûne intermittent. Une fois votre rythme de croisière trouvé, la sensation de faim disparaît dans la période horaire que vous vous êtes fixé. Vous perdez un peu de poids (pas 10 kilos, ne rêvez pas), vous sentez plus en forme, moins fatigué, la peau est plus nette, les cheveux plus brillants… en résumé, vous avez tout à y gagner à essayer !

 À lire aussi : Les régimes les plus stupides de l’année

 

*lui-même

Clémentine Garnier

Le choix de la rédac

Faire la cuisine avec ses enfants : la bonne idée (et le bon livre qui va avec)

Les bons aliments

White Box Icon
7 plantes + 2 bourgeons = détox

Compléments alimentaires

7 plantes + 2 bourgeons = détox

Nettoyage intérieur !

Des salades qui nous font du bien

Les bons aliments

Variations sur les salades

Un livre de recettes exceptionnel

70 recettes aussi gonflées en antioxydants que savoureuses

Les bons aliments

70 recettes aussi gonflées en antioxydants que savoureuses

On vous livre ici 2 recettes parfaites !