MEDTRONIC PARLONS DIABÈTE
Laury Thilleman : « L’océan est inscrit dans ma ligne de vie ! »

Laury Thilleman : « L’océan est inscrit dans ma ligne de vie ! »

05 juillet 2018
Aujourd’hui journaliste-animatrice et égérie de marques, l’ex-Miss France 2011, Laury Thilleman, regroupe dans un livre ses conseils pour être au top. Une lecture qui va illuminer votre été !

 

Qu’est-ce qui vous a incitée à écrire Au Top ! ?

Je suis en quête perpétuelle – de me faire du bien et de toujours tendre vers le mieux… Mieux bouger, mieux me nourrir, mieux me soigner et améliorer sans cesse mes pensées positives dans le but d’en récolter tous les bénéfices pour être « au top ». Si ça marche pour moi, je ne vois pas pourquoi cela ne marcherait pas pour les autres. C’est pourquoi j’ai eu envie de regrouper tous ces conseils pratiques dans un livre afin d’accompagner dans leur quête du mieux-être celles et ceux qui vont le lire. Au Top ! s’appuie également sur des paroles d’experts pour vous aider à adopter l’attitude qui vous fera du bien tout au long de l’année.

Vous êtes donc prévoyante au niveau de votre santé ?

Je prends soin de moi au quotidien afin d’éviter de tomber malade. Mieux vaut prévenir que guérir… Je privilégie les solutions naturelles qui se mêlent à mes habitudes alimentaires et sportives. La phytothérapie, l’homéopathie ou encore l’aromathérapie sont des fils conducteurs. Ces soutiens naturels aident mon corps à se renforcer selon ses faiblesses au fil des saisons, en cas de surmenage ou d’émotions fortes. Prendre régulièrement soin de son corps, c’est finalement se retrouver face à soi-même, en apprenant à mieux se connaître.

Quels sont vos soins préférés ?

Dès le début de l’hiver et pendant toute sa durée, je fais une cure de gelée royale pour booster les défenses immunitaires. Au printemps et en période de grippe, je prends des bourgeons de cassis pour renforcer l’organisme face aux infections virales et bactériennes. Avant l’été, c’est plutôt le jus de bouleau pour éliminer les toxines et drainer le corps. Pendant les intersaisons, je renforce ma flore intestinale à l’aide d’une cure de probiotiques. Et toute l’année, je prends de la spiruline, cette micro-algue qui augmente les performances sportives et diminue la fatigue.

Avez-vous une hygiène alimentaire précise ?

Je ne mange pas de viande quand je ne sais pas d’où elle provient ; je ne suis pas végétarienne mais je sais raisonner sa consommation. Je privilégie les produits de saison et je prends soin de les cuisiner sainement. Je fais attention à ne pas manger trop sucré, trop gras ou trop salé. Le soir, je mange des plats à base de féculents, pour apporter les nutriments et l’énergie nécessaires à mon corps car je fais beaucoup de sport et j’ai besoin de recharger mes batteries. Et puis, je bois beaucoup d’eau, et régulièrement. S’hydrater, cela permet de drainer et c’est idéal pour la récupération si l’on est sportif.

Le sport occupe une place indéniable dans votre vie…

J’envisage le sport comme un exutoire, une récréation, une manière de faire le vide, de me réoxygéner, me booster et d’être encore plus performante. Et je crois que nous influons sur la personne que nous sommes en fonction des sports que nous pratiquons ! Se cantonner au même sport revient à n’utiliser qu’une partie de ses capacités. Varier les activités sportives nous amène à stimuler de nouvelles parties du cerveau. C’est la raison pour laquelle j’aime alterner les plaisirs en fonction de mon humeur, mes besoins, mes objectifs, mon environnement : running, yoga, boxe, crossfit, surf… Encore faut-il savoir ce qui nous fait du bien à l’instant T. Et s’interroger sur ses besoins et se forger des objectifs. Si vous avez besoin de vous recentrer ou de déstresser, allez vers le yoga. Vous désirez être plus combative ? préférez la boxe. Vous cherchez à atteindre des objectifs précis et aller de l’avant ? essayez le running. Vous ressentez un besoin de folie ou de fraîcheur ? optez pour la zumba aquatique. Tout dépend de l’effet que vous voulez obtenir sur votre moral !

Vous semblez très concernée par l’écologie ?

L’écologie est avant tout une histoire d’éducation. À la maison, nous avons toujours fait le tri, donné nos bouchons en plastique à Handicap International, entretenu un grand bac à compost dans le jardin qui nous servait d’engrais… J’ai évidemment continué à appliquer cette philosophie lorsque je me suis mise à vivre seule et j’essaie de la partager le plus souvent possible sur les réseaux sociaux. Chaque geste compte. Tous les jours chacun de nous peut ramasser, sur terre ou dans la mer, des kilos de déchets. Cela ne prend que quelques secondes alors que, en les ignorant, ces détritus mettraient des centaines d’années à disparaître.

Vous parrainez plusieurs associations ?

J’aime mettre ma notoriété au service de nobles causes. Je suis marraine de Handi Surf, une association qui donne la chance aux enfants autistes – ou en situation de handicap – de profiter des joies du surf, et donc de s’ouvrir un peu plus à leur environnement et aux autres. Le contact avec l’océan leur apporte apaisement et décontraction. Il se passe toujours quelque chose de magique au cours des sessions, comme si toute l’énergie marine et solaire imprégnait ces enfants et les aidait à mieux vivre l’instant présent ! Ce sont des moments de partage intenses. En tant que marraine de l’Unicef, j’ai participé avec Camille Lacourt à la 11e Nuit de l’eau dont l’objectif était de récolter des fonds au profit des programmes d’accès à l’eau pour les enfants d’Haïti. Quintuple champion du monde, Camille a nagé avec les enfants ; et moi, je leur ai proposé une initiation aux gestes qui sauvent sur un mannequin. J’ai également participé au Marathon de Paris en courant pour Mécénat Chirurgie Cardiaque, association dont le but est d’opérer des enfants atteints de malformations cardiaques.

Vous avez un rapport très particulier avec l’océan ?

Étant bretonne, il était naturel et évident de m’évader sur l’océan. J’ai appris le surf vers 14 ou 15 ans sur la plage des Blancs Sablons [au Conquet] en compagnie de mes meilleurs amis. Dès que je retourne en Bretagne, tous les deux ou trois mois, je surfe, qu’il pleuve, vente ou neige ! L’océan m’apporte cette positivité et ce regain d’énergie qu’aucun autre milieu n’est capable de me procurer – une déconnexion totale, un retour à moi-même. Aujourd’hui, je ne peux plus vivre sans l’océan, c’est comme s’il était inscrit dans ma ligne de vie !

Savez-vous lâcher prise ?

J’ai appris à relativiser face aux obstacles de la vie même si, parfois, comme tout le monde, je me morfonds dans des pensées négatives ! Quand cela se produit, je cherche à prendre du recul sur la situation et à focaliser mon attention sur les choses valorisantes et positives que je suis déjà en train de concrétiser. Pour cela, j’essaie régulièrement de diriger mes pensées, non pas vers le manque, mais vers ce que j’ai déjà en moi. Je vais puiser ma propre force, ma joie intérieure, pour ne pas attendre des autres qu’ils me rendent heureuse. J’essaie de concrétiser cette philosophie au quotidien. Entretenir sa propre joie est une véritable ordonnance-bonheur !

À lire

À lire

Dans son second livre, Laury Thilleman regroupe des conseils pratiques pour vous accompagner dans votre quête du mieux-être. Un livre indispensable pour passer un bel été !

AU TOP ! (Tonic, Organic, Positive), 178 p., Tana éditions.

 

Propos recueillis par Didier Galibert

Le choix de la rédac

Laissez les extraits de plantes bio entrer chez vous

Compléments alimentaires

Laissez les extraits de plantes bio entrer chez vous

Pour renforcer le système immunitaire.

En toute clarté

Visage

En toute clarté

À vous le teint frais et lumineux !

Vous pouvez enfin respirer !

Petits maux

Vous pouvez enfin respirer !

À vous de choisir

Les règles abondantes et douloureuses

Gynécologie

Les règles abondantes et douloureuses

Faciliter le dialogue entre patientes et gynécologues