L’agressivité chez le chat

L’agressivité chez le chat

11 mars 2022
Un chat peut être agressif pour plusieurs raisons : par jeu, par peur, parce qu’il a mal, parce qu’il n’a pas reçu la bonne éducation de sa mère ou de son maître, etc., mais rien n’est irréversible.

 

Après la malpropreté, les conduites agressives vis-à-vis de membres de la famille constituent le deuxième motif de consultation vétérinaire dans le champ des troubles du comportement des chats. Il est pertinent de mettre en place des stratégies de prévention, à définir en fonction de l’âge du chat. Un adulte peut devenir agressif sous des caresses maladroites parce qu’il souffre d’arthrose, un chaton parce qu’il manque d’éducation… D’ailleurs, avant toute adoption, n’oubliez pas que la race de l’animal compte : des comportements agressifs sont ainsi plus souvent rapportés dans les races asiatiques (siamois, abyssin, burmese…). Plus incongru, la robe du chat pourrait avoir une influence sur son caractère ! On observerait, paraît-il, plus de comportements agressifs chez les chats « écaille de tortue » (tricolore) ou noir et blanc. Cela reste cependant à confirmer et les contre-exemples doivent être nombreux…

 À lire aussi : Ne pas déranger un chat qui dort

 

 

Prévenir l’agressivité dès le plus jeune âge

Un chaton ne naît pas agressif et pour éviter qu’il le devienne, on s’assure qu’il a passé suffisamment de temps avec sa génitrice, qu’il a déjà croisé des humains et on lui donne une éducation claire.

Suffisamment âgé

Les premières semaines de vie d’un chaton sont essentielles à son éducation. C’est avec sa mère qu’il apprend à « ne pas aller trop loin », à ne pas mordre ni griffer, en jouant par exemple. Les chatons orphelins ou séparés trop tôt (avant 8 à 10 semaines) de leur mère et de leur fratrie ont fréquemment des difficultés à contrôler leurs comportements agressifs envers les humains.

 À lire aussi : Accueillir un deuxième chat : quelles précautions ?

 

Déjà socialisé

La socialisation à l’espèce humaine est une étape clef du développement du chaton. Si, au début de sa vie, il n’a pas eu de contacts suffisants avec des personnes variées, il lui sera sans doute difficile d’apprendre les règles de la vie en société car toute nouvelle personne lui fera peur. Avant d’adopter un chaton, assurez-vous donc qu’il est né dans un élevage ou chez un particulier où il a été bien socialisé et manipulé tous les jours.

Bien éduqué

Même très jeune, un chaton ne doit ni mordre ni griffer en jouant. S’il le fait, ne criez pas et n’ayez pas de réaction brutale qui pourrait l’effrayer ; dites-lui simplement « non » fermement et stoppez le jeu aussitôt. Même si vous trouvez cela drôle, n’acceptez pas que le chaton mordille vos mains ou vos pieds, et incitez-le plutôt à canaliser son énergie sur les jouets mis à sa disposition.

Ne punissez jamais un chaton en criant ou en le tapant avec la main, vous risqueriez d’encourager ses tendances agressives.

 À lire aussi : Chats : les bénéfices de la stérilisation

 

 

Respecter le caractère du chat

Laisser tranquille un chat qui se repose est une règle de base.

Ne pas déranger

Le félin n’aime pas qu’un intrus, même si c’est son propriétaire, pénètre dans son espace personnel. En s’approchant pour le caresser alors qu’il dort dans son panier ou sur son coussin préféré, vous risquez de provoquer une réaction défensive.

Ne perturbez pas non plus votre chat pendant qu’il mange ou qu’il observe quelque chose par la fenêtre ou dans le jardin. Attendez plutôt qu’il prenne l’initiative. S’il a envie de câlins, il sait se faire très clairement comprendre !

Cajoler en toute délicatesse

Faites toujours preuve de douceur quand vous caressez votre chat ; gardez le frottement énergique du pelage pour le chien ! Les préférences tactiles varient selon les individus mais des caresses trop appuyées ou trop rapides stressent la plupart des chats, qui considèrent qu’on leur manque de respect ! Et sachez vous arrêter : lorsqu’ils sont caressés longtemps, certains sujets atteignent un seuil d’excitation qui déclenche l’agression.

Enfin, les chats apprécient peu d’être caressés à l’arrière du corps et dans la région de la queue, en particulier les plus âgés qui souffrent souvent d’arthrose au niveau de l’arrière-train.

Dévier son attention

De nombreux propriétaires décrivent de véritables séquences d’agression « préméditées » chez leur chat. L’animal a alors un comportement de prédation : il reste un moment immobile à l’affût, le corps ramassé, puis il bondit sur la cheville ou la main de quelqu’un qui passe à sa portée pour la mordre violemment. Ce type de comportement est parfois observé chez des chats qui acceptent mal d’être « mis au régime » pour perdre du poids.

Quelles que soient les circonstances, si ce genre d’agression se répète, il est nécessaire de consulter un vétérinaire comportementaliste qui vous aidera à « déconditionner » votre chat. Et en urgence lorsque les attaques sont violentes ou que l’animal vit au contact de personnes vulnérables, comme des enfants ou des personnes âgées.

Lancer une balle ou utiliser un pistolet à eau ou à air comprimé pour dévier l’attention du chat que l’on voit à l’affût font partie des mesures couramment préconisées pour faire face à de tels actes. Quand l’animal cumule d’autres troubles du comportement, un traitement médical avec un médicament psychotrope peut s’avérer utile pour limiter le développement de l’agressivité et faciliter la mise en place de la thérapie comportementale.

Le choix de la rédac

Du baume au corps

Corps

Du baume au corps

Riche en plantes médicinales bio

Chacun ses goûts !

Les bons aliments

Chacun ses goûts !

A vous de choisir !

Les chats aussi nous soignent

Animaux

Les chats aussi nous soignent

Une encyclopédie dédiée aux petits félins et à leurs pouvoirs

Solutions d’hiver

Petits maux

Solutions d’hiver

Azéol pour lutter contre les maux de la sphère ORL