L’accident ischémique transitoire… et sérieux

L’accident ischémique transitoire… et sérieux

06 mai 2022
À l’image d’une douleur d’angine de poitrine qui annonce l’infarctus pour le muscle cardiaque, l’accident ischémique transitoire (AIT) est un syndrome de menace pour le cerveau… On s’en occupe donc très vite.

 

Le risque de faire un accident vasculaire cérébral (AVC), au déclin d’un AIT, est élevé, de 5 % dans les deux jours, de 10 % à trois mois… La moitié des récidives se produisent dans les 48 heures. À l’inverse, si cet AIT est pris en charge comme il convient, c’est-à-dire en urgence et idéalement en milieu spécialisé (« unité neurovasculaire »), le risque de survenue d’un authentique AVC est drastiquement abaissé.

 À lire aussi : Les maladies cardiovasculaires

 

Le reconnaître

L’AIT est défini comme un déficit neurologique de moins d’une heure, avec une imagerie (IRM) qui ne retrouve pas de signes d’infarctus cérébral. Ce déficit neurologique, quel qu’il soit (moteur, sensitif, vertiges, troubles de la parole ou visuels transitoires), est caractérisé par son début brutal (ce qui le différencie d’autres raisons de déficit), en moins de 2 minutes habituellement. Il disparaît le plus souvent en moins de 10 minutes. Au-delà, l’imagerie cérébrale objective la trace d’une lésion et la régression de l’ischémie cérébrale (quand une partie du cerveau n’est plus irriguée).

C’est donc sur l’interrogatoire uniquement que le médecin bâtit un diagnostic d’AIT : une perte de vision d’un œil, des difficultés à s’exprimer, un déficit moteur ou sensitif de la face ou d’un membre, d’un seul côté, sont autant de signes évocateurs. Un vertige, des troubles de la déglutition, etc., sont d’autres symptômes possibles.

 À lire aussi : Reconnaître les symptômes d’un AVC

 

(Ré)agir

Tout accident de ce type doit donc être exploré rapidement. Raison pour laquelle, si l’on suspecte un AIT, on doit appeler le 15 (et pas son médecin, le délai de prise en charge en serait allongé) pour entrer dans une filière adaptée aussi précocement que possible. Un bilan vasculaire et cardiaque est alors réalisé pour en identifier les causes et prévenir de prochains accidents. Le risque d’infarctus après ce premier accident transitoire est ensuite évalué pour décider de la suite des opérations et d’un éventuel retour au domicile.

À l’origine des AIT, les vaisseaux du cou (l’une et/ou l’autre des carotides) obstrués par de l’athérome, progressivement comme pour les artères nourricières du cœur, les coronaires, jusqu’à ce que le flux sanguin soit nettement insuffisant. Ou un embole (caillot), en provenance d’un cœur dont le rythme est perturbé, qui vient boucher brutalement une artère cérébrale.

 À lire aussi : Quand s’inquiéter d’une poussée de tension artérielle ?

 

Retour au domicile

Le traitement est fonction de l’étiologie de l’AIT : de l’aspirine le plus souvent et, en cas de troubles du rythme cardiaque, un anticoagulant oral. Par ailleurs, tous les facteurs de risque cardio-vasculaires (pression artérielle, cholestérol, diabète) doivent être pris en compte. En complément non négociable : une reprise de l’activité physique, ainsi qu’un arrêt du tabac et de l’alcool.

Dr Brigitte Blond

Le choix de la rédac

Du baume au corps

Corps

Du baume au corps

Riche en plantes médicinales bio

Chacun ses goûts !

Les bons aliments

Chacun ses goûts !

A vous de choisir !

Les chats aussi nous soignent

Chat

Les chats aussi nous soignent

Une encyclopédie dédiée aux petits félins et à leurs pouvoirs

Solutions d’hiver

Petits maux

Solutions d’hiver

Azéol pour lutter contre les maux de la sphère ORL