La démodécie canine

La démodécie canine

18 mars 2022
Maladie cutanée évoluant à la faveur d’une faiblesse du système immunitaire, la démodécie canine touche surtout les chiots.

 

Cette maladie traduit une infestation parasitaire par des Demodex. Ces acariens, invisibles à l’œil nu, vivent dans le pelage et se nourrissent du sébum produit par la peau. Il a souvent été affirmé que la plupart des chiens hébergent des Demodex sans pour autant développer une démodécie mais la probabilité de trouver des Demodex sur des chiens adultes en bonne santé ne serait en réalité que de 5 %. 

Les signes de l’affection

Les chiots s’infestent au contact de leur mère, qui peut être porteuse de parasites sans présenter de symptômes. En élevage canin, certaines chiennes étaient connues pour avoir engendré des lignées de chiots démodéciques. Leur élimination de la reproduction a ainsi fait diminuer l’incidence de la démodécie.

Au début, la démodécie entraîne des pertes de poils et une inflammation de la peau mais les chiens atteints n’ont pas tendance à se gratter, sauf si les lésions s’infectent. Comme les Demodex sont peu mobiles, la maladie progresse lentement ; la plupart du temps, les lésions restent localisées au menton, aux babines et au pourtour des yeux, d’où l’expression des « lunettes démodéciques ». Des lésions peuvent cependant apparaître sur le poitrail, l’abdomen et l’extrémité des membres.

Les lésions localisées guérissent le plus souvent spontanément en quelques semaines mais il arrive qu’elles se multiplient et s’étendent à l’ensemble du corps. Cette évolution traduit généralement un problème immunitaire. Il est indispensable de traiter les lésions cutanées le plus tôt possible pour éviter qu’elles ne s’infectent et que l’état général du chien ne se dégrade.

Pas de contamination de l’environnement

Pas de contamination de l’environnement

Lorsqu’un chien est traité pour démodécie, il n’est pas nécessaire de traiter son environnement ni les animaux qui vivent avec lui. Les Demodex ne résistent en effet pas dans le milieu extérieur et la transmission entre chiens a lieu au cours des deux ou trois premiers jours de vie des chiots, par contact direct avec la mère pendant les tétées. Des acariens ont ainsi été retrouvés dans des follicules pileux de chiots dès leur 16e heure de vie ! Des chiots de la même portée peuvent également se transmettre le parasite par promiscuité.

 

Les chiots plus touchés

L’immaturité du système immunitaire des chiots facilite le développement des Demodex : environ 80 % des cas de démodécie canine sont observés chez des chiens de moins de 2 ans et l’âge moyen des chiens souffrant de démodécie généralisée est de 6 mois. La démodécie devient rare après l’âge de 3 ans et la plupart des chiots ayant souffert de démodécie juvénile ne présentent pas de récidives à l’âge adulte.

La transmission des Demodex peut éventuellement avoir lieu par contact direct entre des chiens plus âgés mais la plupart ont assez de défenses naturelles pour limiter le développement de ces acariens. La démodécie canine est donc considérée comme une maladie très peu contagieuse chez les chiens adultes.

 À lire aussi : Vermifuger son chien : indispensable !

 

Différents facteurs de risque

Le risque est multiplié par deux dans les races à poil ras. Par ailleurs, environ 80 % des cas de démodécie canine sont observés chez des animaux de race pure mais, quelle que soit la race du chien, un état d’immunodéficience favorise la prolifération des Demodex.

Repérage des <em>Demodex</em>

Repérage des Demodex

Comme le parasite vit dans les couches profondes de l’épiderme, sa mise en évidence repose sur la réalisation de raclages cutanés, ensuite observés au microscope par le vétérinaire. Seul un grand nombre de parasites confirme le diagnostic de démodécie. Ces raclages seront répétés au cours du traitement et après celui-ci. La guérison n’est considérée comme avérée que quand le chien est toujours indemne un an après l’arrêt des médicaments.

 

Certaines races plus que d’autres

Les races les plus couramment citées comme prédisposées à la démodécie canine sont : l’american staffordshire terrier, les bouledogues anglais et français, le bull terrier, le boston terrier, le boxer, le carlin, le dogue allemand, le pinscher nain, le shar-peï, le teckel… Au sein des races à risque, la démodécie est surtout observée dans certaines familles de chiens, ce qui rend très probable l’hypothèse d’une déficience immunitaire héréditaire transmise au sein de la lignée.

La démodécie est fréquemment associée à un syndrome séborrhéique (production excessive de séborrhée rendant la peau « grasse ») qui favorise la multiplication des Demodex.

Des médicaments à double tranchant

La réceptivité à la démodécie va souvent de pair avec d’autres problèmes cutanés. Chez les chiens souffrant d’allergies, le risque de démodécie serait ainsi multiplié au moins par 6 (par 4 chez les chiots et par 10 chez les chiens adultes). Le traitement de ces affections nécessite cependant dans bien des cas l’administration de médicaments anti-inflammatoires puissants, les corticoïdes, et il est possible que ceux-ci favorisent le développement de la démodécie. Des études ont d’ailleurs montré que presque 60 % des chiens qui expriment des signes de démodécie avaient reçu un traitement immunosuppresseur.

 À lire aussi : Quand et comment nettoyer les yeux de son chien ?

 

Des maladies qui affaiblissent

Toutes les affections qui entraînent des perturbations du système immunitaire facilitent la multiplication des Demodex et environ 40 % des chiens démodéciques souffrent d’une autre maladie qui perturbe l’efficacité de leur système immunitaire : hypothyroïdie, maladie à médiation auto-immune, cancers… D’autres maladies parasitaires, telles que la leishmaniose ou la coccidiose, pourraient aussi faciliter le développement de la démodécie.

Les chercheurs n’ont cependant pas encore tranché une question importante : la présence des Demodex chez les chiens souffrant d’autres maladies est-elle une cause ou une conséquence ? Si le parasite profite d’un état passager d’immunodépression pour se développer, il est aussi possible qu’il ait lui-même la capacité d’induire une immunosuppression, favorisant l’émergence d’autres affections… Aussi, lorsqu’une démodécie est diagnostiquée chez un chien adulte, le vétérinaire proposera-t-il des examens approfondis pour dépister d’autres maladies éventuelles. Pour guérir la démodécie, le traitement de ces affections sous-jacentes est indispensable.

Le rôle du stress

Il est bien connu que le stress, quelle que soit son origine, provoque une immunodépression. Dans un nombre non négligeable de cas de démodécie canine, l’apparition des premiers symptômes a été précédée d’un épisode potentiellement stressant pour le chien : anesthésie, intervention chirurgicale, traumatisme, mise-bas… Chez les chiens porteurs de Demodex, un stress pourrait donc être responsable de « l’explosion » de la maladie. Ce risque pousse parfois les vétérinaires à reporter une intervention dite de convenance, surtout dans les races à risque. La stérilisation ne sera par exemple réalisée que lorsque le système immunitaire du chien sera devenu mature.

 À lire aussi : Traiter la constipation chez le chien

 

Un traitement long

Autrefois, le traitement de la démodécie était très contraignant car il reposait sur l’application de produits acaricides sur la peau du chien pendant plusieurs mois. Ces médicaments présentaient en outre des risques de toxicité, pour le chien comme pour la personne effectuant le traitement. Heureusement, de nouveaux médicaments sont apparus, qui facilitent grandement la prise en charge des chiens démodéciques. Le traitement peut maintenant être administré par voie orale et il s’appuie sur des molécules qui persistent longtemps dans l’organisme. S’il est démarré dès l’apparition des premiers symptômes, il prévient le développement d’une forme généralisée de la maladie. Il faut cependant le mener sur une période de trois à six mois en réalisant régulièrement des contrôles vétérinaires pour s’assurer de la disparition des Demodex dans les follicules pileux.

 

Le choix de la rédac

Du baume au corps

Corps

Du baume au corps

Riche en plantes médicinales bio

Chacun ses goûts !

Les bons aliments

Chacun ses goûts !

A vous de choisir !

Les chats aussi nous soignent

Chat

Les chats aussi nous soignent

Une encyclopédie dédiée aux petits félins et à leurs pouvoirs

Solutions d’hiver

Petits maux

Solutions d’hiver

Azéol pour lutter contre les maux de la sphère ORL