CANNEBERGE

La canneberge

10 mars 2017
Les baies de cette plante, grâce à ses vertus antioxydantes et son goût acidulé, occupent une place grandissante en médecine comme en nutrition.

 

Le fruit, le jus ou l’extrait

Les fruits de la canneberge sont de petites baies de couleur rouge foncé qui se consomment fraîches de septembre à décembre, ou séchées. Les autres produits à base de canneberge se présentent en jus, cocktails ou sous forme d’extrait sec ou de poudre de baie, en sachets ou en capsules.

 

Une protection antioxydante

La canneberge regorge de vitamine C et contient plusieurs flavonoïdes antioxydants dont les anthocyanines, les flavonols et les proanthocyanines (PAC). Son activité antioxydante est supérieure à celles de nombreux fruits. Elle protège contre diverses maladies liées au stress oxydatif.

 À lire aussi : Les antioxydants, nos alliés pour longtemps !

 

Un effet bénéfique sur le tractus urinaire

La plante aide à lutter contre les bactéries et les germes responsables des infections urinaires, notamment Escherichia coli. Grâce à la canneberge, les bactéries ne peuvent pas adhérer aux parois des voies urinaires et seraient donc rapidement éliminées avec la miction. Son efficacité reste encore à prouver scientifiquement dans le cas de cystites déclarées. Toutefois, elle pourrait soulager les femmes souffrant d’infections à répétition. Les médecins la proposent souvent en association avec un traitement antibiotique.

 À lire aussi :Comment traiter les infections urinaires

 

Des qualités nutritives et gustatives

Les baies fraîches ont un goût amer-acidulé. Elles sont plutôt utilisées pour les desserts, les sauces, les pâtisseries, certains plats cuisinés. Les baies séchées se dégustent mélangées dans les yaourts ou les céréales. On peut aussi les croquer pour stimuler l’énergie ou le système immunitaire. Le jus reste l’une des préparations les plus consommées sous forme de concentrés plus ou moins dilués avec de l’eau et du sucre.

 À lire aussi : La canneberge, une baie aux multiples vertus

 

Risques et mise en garde

La prise simultanée de canneberge et d’anticoagulants peut entraîner un risque d’hémorragie, la plante pouvant potentialiser l’effet du médicament. L’ingestion d’une trop grande quantité de jus peut provoquer des effets indésirables tels que maux de ventre, diarrhées, ballonnements et crampes. En raison de sa richesse en acide oxalique, elle est déconseillée aux personnes prédisposées aux calculs urinaires.

 

Un dosage précis

Parmi les vertus qu’on prête à la canneberge, seule l’action des PAC sur l’adhésion d’Escherichia coli aux parois urinaires est démontrée. Pour être efficaces, les produits doivent apporter au moins 36 mg par jour de PAC selon le seuil fixé par l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé).

Christine Nicolet

Le choix de la rédac

Laissez les extraits de plantes bio entrer chez vous

Compléments alimentaires

Laissez les extraits de plantes bio entrer chez vous

Pour renforcer le système immunitaire.

En toute clarté

Visage

En toute clarté

À vous le teint frais et lumineux !

Vous pouvez enfin respirer !

Petits maux

Vous pouvez enfin respirer !

À vous de choisir

Les règles abondantes et douloureuses

Gynécologie

Les règles abondantes et douloureuses

Faciliter le dialogue entre patientes et gynécologues