« J’ai des ballonnements après les repas : que faire ? », Benjamin, 51 ans

« J’ai des ballonnements après les repas : que faire ? », Benjamin, 51 ans

18 mars 2022
La surproduction de gaz dans le côlon est due à un trop plein d’ingestion d’air et à la fermentation naturelle de l’intestin. Certaines mesures hygiéno-diététiques peuvent soulager.

 

Les ballonnements, ou météorisme abdominal, se définissent par une sensation de gonflement de l’abdomen par accumulation de gaz dans le tube digestif. Ils s’accompagnent d’un besoin d’éructer (rots) ou d’émettre des gaz (flatulences) qui soulagent, mais peuvent provoquer des spasmes plus ou moins gênants et douloureux. Les ballonnements de l’estomac (aérogastrie) sont fréquemment dus à une ingestion exagérée d’air (aérophagie), surtout lors des repas. L’aérocolie est causée par une surproduction de gaz dans le côlon. En effet, les bactéries que contiennent l’intestin décomposent les restes alimentaires (des fibres, principalement) pour qu’ils puissent être assimilés ; pour ce faire, elles utilisent la fermentation, qui produit des gaz. Toutefois, chez une personne souffrant de colopathie fonctionnelle, les parois intestinales sont très sensibles et l’accumulation de gaz est plus souvent provoquée par un excès de sensibilité (syndrome de l’intestin irritable ou SII) qu’à une fermentation. Pour réduire les flatulences, on a recours à des pansements intestinaux à base d’argile naturelle et de silicone (siméticone) ou au charbon actif, molécule de référence qui absorbe non seulement les gaz intestinaux mais aussi les bactéries qui les produisent. Les antispasmodiques calment la douleur et les crampes abdominales engendrées par les gaz accumulés.

 À lire aussi : Nutrition : Equilibrer son microbiote

 

Dégonfler en douceur

Lorsque les ballonnements sont bénins et transitoires, il est possible de les soulager en adoptant des mesures hygiéno-diététiques. Sont à exclure les aliments fermentescibles, en particulier les brassicacées (chou, brocoli, chou-fleur…), les oignons, les poireaux, les légumes racines (betteraves, radis), les légumineuses (haricots blancs, lentilles…). Autres denrées incriminées : la charcuterie, les fromages fermentés, les crudités, les produits laitiers… On évite également les boissons gazeuses (bière, soda, eau minérale) et les fruits (jus de fruits compris) qui contiennent du fructose ou du sorbitol (pomme, poire, cerise, raisin, fruits secs), sucres responsables de flatulences intestinales. Parallèlement, il faut limiter la consommation d’alcool et le tabac qui majorent les symptômes irritatifs ; ne pas faire de repas trop copieux en avalant de grosses bouchées ; prendre le temps de manger dans le calme et mâcher lentement en évitant d’absorber de l’air. Même si leur mastication déstresse, les chewing-gums sont fortement déconseillés. Les ballonnements ayant aussi pour origine des infections intestinales, il est important de maintenir ou de rétablir l’équilibre du microbiote intestinal en consommant des prébiotiques et/ou des probiotiques.

 À lire aussi : Traiter l’aérophagie

 

Le choix de la rédac

Du baume au corps

Corps

Du baume au corps

Riche en plantes médicinales bio

Chacun ses goûts !

Les bons aliments

Chacun ses goûts !

A vous de choisir !

Les chats aussi nous soignent

Chat

Les chats aussi nous soignent

Une encyclopédie dédiée aux petits félins et à leurs pouvoirs

Solutions d’hiver

Petits maux

Solutions d’hiver

Azéol pour lutter contre les maux de la sphère ORL