Homéopathie et insomnie

Homéopathie et insomnie, une belle alliance ?

26 octobre 2017
Certaines souches d’homéopathie apportent des réponses contre les troubles du sommeil, notamment en apaisant l’anxiété. Lesquelles vous correspondent ? Réponses avec le Dr Jacques Pieri.

 

Difficultés à s’endormir, réveils aux petites heures du matin, sommeil agité… 62% des Français rencontrent un trouble du sommeil1, ce qui provoque somnolence, irritabilité et difficultés de concentration le lendemain. « L’homéopathie apporte des réponses intéressantes, explique le Dr Jacques Pieri, médecin homéopathe à Paris (9e), en traitement de fond comme en traitement des symptômes ». Pas d’accoutumance, pas d’effets secondaires : et si on tenait la clé de nuits paisibles ?

 

Définir le profil homéopathique de la personne insomniaque

Comme dans toute démarche homéopathique, il convient de définir le type sensible de la personne. « En effet, quelle que soit son type d’insomnie, elle est la décompensation de son identité et de son terrain homéopathique », précise le Dr Pieri. Pour des traitements de fonds, il faut prendre en compte le comportement de la personne, son caractère et ses antécédents pour la soigner de façon efficace : ce profil homéopathique sert de base ensuite, que ce soit pour soigner l’eczéma, la constipation ou les troubles du sommeil. « On sera plutôt sur des dilutions 7 ou 9 CH pour traiter les problèmes de sommeil, qui sont de l’ordre de l’esprit ».

 À lire aussi : L’homéopathie est-elle vraiment efficace ?

 

Du café contre l’agitation du soir

« Les difficultés d’endormissement sont fréquentes chez les personnes en hyperidéation, dont l’esprit est très excité le soir. L’homéopathie repose sur le fait d’administrer une substance toxique qui, à dose infime, provoque l’effet inverse de celui qu’elle aurait à haute dose. Le café apporte donc de l’apaisement à ces grands agités qui n’arrivent pas à s’arrêter », explique Jacques Pieri. Ainsi, 5 granules de Coffea Cruda avant le coucher calmeront la profusion d’idées que vous ne parvenez pas à endiguer.

 

L’arsenic en homéopathie contre l’anxiété

L’anxiété constitue un terreau idéal pour l’insomnie. « Pour les grands anxieux, l’arsenic sera un très bon remède contre l’anxiété du soir qui empêche de s’endormir », sourit le Dr Pieri. Trois granules d’Arsenicum Album 9CH avant le coucher soulageront l’agitation qui en découle. Signalons au passage qu’Arsenicum Album est indiqué pour soigner les trois A : Agitation, Anxiété, Asthénie, mais il est recommandé de prendre un avis médical au préalable.

Trouble du sommeil provoqué par la tristesse ou l’émotivité

« Pour les personnes qui éprouvent des sentiments de grande tristesse teintée d’anxiété, au moment du coucher, je recommande Ambra Grisea ». La posologie ? Trois granules au coucher en 7CH, voire même en 5CH si on a eu une mauvaise nouvelle dans la journée. « On peut aussi être amené à prescrire du Rhodondendron chrysanthum comme remède à la grande émotivité » ajoute le Dr Pieri. Ce médicament en général envisagé pour traiter des douleurs et névralgies aggravées par une atmosphère électrique régule l’émotivité et favorise ainsi l’endormissement.

 À lire aussi : Retrouver le sommeil grâce aux huiles essentielles

 

Traitement des réveils et sursauts nocturnes, syndrome des jambes sans repos

« Pour les gens qui ont des sursauts nocturnes ou des crampes, ou même le syndrome des jambes sans repos, je préconise la ciguë ». Cituta Virosa, préparée à partir de la racine fraîche de la ciguë vireuse, traite les spasmes et les convulsions. « En fonction des profils homéopathiques, le zinc (Zincum Metallicum) s’avère aussi efficace, tout comme le cuivre (Cuprum Metallicum) contre les crampes. Quant aux habitués des réveils nocturnes, je conseille le Fagopyrum Esculentum, un remède qui agit sur la deuxième partie de la nuit ».

 À lire aussi : DOSSIER – Que faire en cas de manque de sommeil ?

 

Pas de miracle de l’homéopathie sur l’insomnie

Mais le Dr Pieri avertit : « L’homéopathie seule ne peut pas tout, il faut prendre en compte le patient dans sa globalité, et faire le point sur ses habitudes et son hygiène de vie. Faire du sport régulièrement, proscrire les écrans après le dîner chez les enfants et les adolescents, se coucher à heure fixe, dîner léger… sont autant de bonnes habitudes à prendre ou reprendre pour faciliter l’endormissement. »

Combien de temps doit durer le traitement homéopathique ? « Selon la nature des troubles du sommeil et le profil des patients, il est possible de cumuler deux voire trois souches sans problème. On part sur un traitement de fond de trois mois, et si cela ne marche pas au bout d’un mois, on réajuste. Après ces trois mois, le patient utilise l’homéopathie uniquement lorsque les troubles réapparaissent.

Un dormeur averti en vaut deux : si vous vous reconnaissez dans ces différents symptômes, prenez rendez-vous avec un homéopathe pour établir votre profil homéopathique qui vous prescrira le traitement le plus adapté à votre cas.

Merci au Dr Jacques Pieri, médecin homéopathe (Paris 9e) pour son éclairage.

  1. Enquête réalisée par BVA pour l’INPES en 2008 sur 1004 adultes de 25 à 45 ans représentatifs de la population française.
Clémentine Garnier

Le choix de la rédac

Pour une peau hydratée et protégée !

Visage

Pour une peau hydratée et protégée !

Il devient indispensable !

Pour une rentrée dynamique et sereine

Compléments alimentaires

Pour une rentrée dynamique et sereine

Les compléments alimentaires vous accompagnent

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire