THALASSEO THERMES
Hélène de Fougerolles : « Être végétarienne est un combat personnel »

Hélène de Fougerolles : « Être végétarienne est un combat personnel »

03 juin 2016

 

Actrice solaire, Hélène de Fougerolles sait aussi se fondre dans des rôles dramatiques. Pour les illuminer de son côté pétillant tel du champagne. Entretien avec une belle personne, attentive au règne animal, Homo sapiens compris…

Vous attendiez-vous à ce que le Secret d’Élise connaisse un tel succès ?

Nous avions conscience que cette série événement diffusée sur TF1 était de très bonne qualité, mais on ne sait jamais comment les choses vont se passer. Le résultat a été au-delà de nos espérances : près de 7 millions de téléspectateurs nous ont suivis ! Le thème n’est pourtant pas facile puisqu’il tourne autour de la mort d’une petite fille. J’y interprète une mère de famille pleine de vie même si, à la fin, elle passe des moments difficiles. C’était un rôle qui mêlait beaucoup de genres et qui, du coup, a été passionnant.

 

Vous avez plus de cinquante films à votre actif. Lesquels conseilleriez-vous à quelqu’un qui vous connaîtrait peu ?

Pour me découvrir, il y a le film qui m’a révélée : Que la lumière soit !, d’Arthur Joffé. Ensuite, il y a ceux qui m’ont touchée comme Sommeil blanc, de Jean-Paul Guyon, où j’interprète une jeune femme qui a perdu un enfant. En tant que comédienne dramatique, j’avais des choses à montrer. J’ai aussi une image de comédienne rigolote et pétillante, et cette pluralité me plaît. Le téléfilm les Liens du cœur de Régis Musset, que je viens de tourner pour France 3, narre aussi une perte. À la suite du décès de son mari, mon personnage se retrouve dans une histoire compliquée. C’est un très beau rôle, mais je pleure pendant une heure et demie ! Sinon, j’ai eu beaucoup de plaisir au théâtre avec Occupe-toi d’Amélie, une pièce de Georges Feydeau que j’ai jouée sur scène pendant deux ans et qui a connu un grand succès.

 

Vous êtes la marraine du festival le Printemps des Arts. En quoi cela consiste ?

Je connaissais déjà Juliette Moltes qui organise ce festival et qui dirige aussi une école de théâtre. J’avais fait deux master class avec elle. J’ai trouvé que Juliette était très pédagogue et très douce, avec cependant une réelle exigence. Pour sa 3e édition, le festival le Printemps des Arts propose à l’Auguste Théâtre, à Paris, six créations relevant de trois catégories. La Dame au linceul, Mascarades, Comment poussent les ailes ? ainsi que la Petite Fille vêtue de rose illustrent le théâtre. Barbe bleue relève du spectacle musical et Black Bird du « seul en scène ». Durant le festival, je vais assister à toutes les représentations et donner mon avis. À la fin, je rencontrerai les comédiens et tâcherai de les aider à mettre leur travail en lumière.

 

Surveillez-vous de près votre santé ?

Je pense que l’on peut dire que je suis prévoyante. Je ne regarde pas à la dépense chez le pharmacien, surtout en homéopathie et phytothérapie. Je ne suis pas une grande fidèle en cosmétique car j’aime bien essayer les nouveautés. Mais je suis quand même fan de certains produits comme lEau de Beauté de Caudalie ou la crème Merveillance de Nuxe.

 

Et concernant la nutrition ?

C’est très lié à la santé, et je me nourris d’une manière sensée. J’ai été élevée par une maman très portée sur la diététique. Je suis végétarienne depuis quatre ans maintenant et je n’ai pas eu de maladie depuis, même pas une gastro ou une angine. Entre ce qu’on inflige aux animaux – l’affaire des abattoirs d’Alès m’a impressionnée et vraiment dérangée – et ce qu’on leur fait prendre – tous ces antibiotiques « préventifs » qu’on leur administre… Je me sens mieux sans viande ! Je mange encore un peu de poisson, mais jamais provenant d’élevages intensifs. Être végétarienne est un combat personnel. C’est ma conviction et ma façon de penser, mais je ne veux pas imposer quoi que ce soit aux autres.

 

Pratiquez-vous un sport particulier ?

Je prends des cours de garuda deux ou trois fois par semaine avec ma copine Sonia Rolland. Une discipline géniale, très peu connue, qui mélange danse et Pilates. J’ai également un coach sportif personnel que je retrouve deux fois par semaine pendant une heure et demie. Enfin, mais c’est moins sportif, en tant que Bretonne, je suis une adepte de la thalasso. Je suis allée récemment au Relais thalasso-château des Tourelles à Pornichet. C’est un cocon où l’on peut conjuguer les soins typiques de thalasso et les plaisirs d’un spa.

 

Votre célèbre grain de beauté à la commissure des lèvres semble avoir disparu ?

Oui ! Suite à un mauvais coup de raquette de Michaël Youn sur un tournage, j’ai dû faire appel à la chirurgie esthétique. Et j’en ai profité pour enlever ce grain de beauté qui était presque une marque de fabrique. Mais une marque que je ne pouvais plus supporter : j’avais l’impression d’avoir une verrue sur le visage.

 

Le temps qui passe vous inquiète-t-il ?

Je suis très heureuse et beaucoup plus épanouie aujourd’hui que lorsque j’avais 20 ans. Quant au temps qui passe et ses conséquences sur le physique, je les supporte bien. J’ai, je crois, la chance de n’être pas trop abîmée. Pour être sincère, je redoute tout de même le moment où les signes du temps risquent d’apparaître. Pour l’instant, je fais de l’acupuncture du visage. C’est une amie comédienne qui me l’a fait connaître. Mais j’ai conservé le numéro du chirurgien esthétique au cas où il faudrait travailler plus en profondeur !

 

Êtes-vous sensible à l’écologie ?

C’est comme pour le végétarisme : j’y suis sensible, mais je fais attention à ne pas devenir intégriste, avec moi comme avec les autres. À Paris, je circule à vélo, c’est bon pour mes mollets. Et j’évite de me laver les mains ou les dents en laissant couler l’eau. Ce ne sont que de petits gestes, mais si tout le monde s’y met… Si nous sommes allés assez loin dans la dégradation de notre planète, je reste positive et optimiste. Ma fille Shana a 13 ans, et je vois bien que les jeunes ont un comportement différent du nôtre. Cela va évoluer dans le bon sens !

 

Quels sont vos projets ?

Je vais tourner un autre téléfilm pour France 3 avec Olivier Sitruk. J’y jouerai une femme flic. Et j’ai écrit avec Laurent Tirard le scénario d’un film dans lequel j’aurai le rôle principal et dont le thème est la maternité. Ce sujet me tient à cœur. Mais il n’y a pas que le cinéma, le théâtre ou la télé dans ma vie ! En ce moment, je pratique l’hypnothérapie. Cela m’intéresse de développer une autre passion à côté de mon métier. Je suis en stage intensif depuis janvier. L’hypnothérapie permet de se réconcilier avec soi et avec les autres. Une perspective agréable, non ?

 

À savoir

À savoir

Hélène de Fougerolles sera la marraine de la 3e édition du festival le Printemps des Arts, du 20 au 26 juin 2016, à l’Auguste Théâtre à Paris. Plus d’infos sur www.printempsdesarts-paris.com.
À voir

À voir

LES LIENS DU CŒUR Un téléfilm de Régis Musset avec Hélène de Fougerolles, Bernard Yerlès et Marie-Christine Adam. Prochainement sur France 3.
Propos recueillis par Didier Galibert

Le choix de la rédac

Les règles abondantes et douloureuses

Gynécologie

Les règles abondantes et douloureuses

Faciliter le dialogue entre patientes et gynécologues

Le jour et la nuit

Stress

Le jour et la nuit

Une journée sereine et une nuit reposante

Un petit coup de mou ? On a les solutions.

Autres

Un petit coup de mou ? On a les solutions.

Deux options s’offrent à vous !

Un autre regard sur Alzheimer

Maladies neurologiques

Un autre regard sur Alzheimer

Aider et accompagner les malades