MEDTRONIC PARLONS DIABÈTE
La grossesse en 10 maux

La grossesse en 10 maux

06 octobre 2016
Devenir mère est un merveilleux parcours, jalonnée de désagréments beaucoup moins excitants. Découvrez ce qui attend les femmes enceintes du 1er au 3ème trimestre de grossesse, et comment y remédier.

 

« Si j’avais su, j’aurais pas venue… » C’est ce que beaucoup de futures mamans ont envie de dire lorsqu’elles découvrent les « petits » désagréments accompagnant l’évolution de leur grossesse. Car non, on ne nous dit pas tout ! Et parce que ça fait du bien d’en parler, Mesdames, sachez que vous n’êtes pas seule à subir ces maux pas glamour pour deux sous, mais heureusement pas bien graves, et qu’il existe des solutions pour soulager la plupart d’entre eux.

 

Silence, ça pousse

 Enfin, ça essaie de pousser… Le taux de progestérone grimpe en flèche, ce qui a pour effet de ralentir le travail des muscles… mais aussi celui de nos intestins, entraînant de la constipation. Bien souvent, le petit bidon dont s’enorgueillissent les futures mamans les premières semaines est composé en grande majorité de selles attendant d’être évacuées, mais chut, laissons-les rêver. Comment y remédier ? En buvant beaucoup (votre bouteille d’Hépar deviendra votre meilleure amie), en mangeant des pruneaux et des poireaux à gogo, et des aliments riches en fibres. Si vous allez à la selle moins de deux fois par semaine, parlez-en à votre médecin afin d’aider la nature grâce à un traitement adapté à votre état.

 À lire aussi : Constipation : prise en charge et précautions

 

Le vent nous portera…

Ou plutôt les vents ! La susmentionnée constipation provoque très souvent du météorisme intestinal, autrement dit des gaz, flatulences et ballonnements parfois douloureux. Pour ne pas vous transformer en coussin péteur, il existe des solutions : votre pharmacien pourra vous conseiller des compléments alimentaires à base de charbon, capable d’absorber les gaz. Limitez également les aliments provoquant des flatulences, notamment ceux de la famille des choux.

 

Derrière en crise

À partir du 6e mois de grossesse, l’utérus comprime de plus en plus les veines de l’abdomen et met le bazar dans la circulation sanguine. Combinée à la constipation précédemment évoquée, le phénomène provoque chez environ 1/3 des futures mamans l’apparition d’hémorroïdes. Aïe, c’est le cas de le dire. Rassurez-vous, il existe des traitements aussi pour cela !

 

Bonjour les nausées

Durant tout le premier trimestre, les nausées matinales rendent difficiles les réveils des futures mamans, et ponctuent ensuite leurs journées avec plus ou moins de force. Elles sont provoquées par les changements hormonaux, et souvent accentuées par la faim. S’il est difficile de les éviter complètement, certaines astuces peuvent limiter la gêne. Ayez toujours un petit biscuit sec à grignoter sur votre table de nuit au réveil, buvez un verre d’eau citronnée avant le petit déjeuner, fractionnez vos repas et rapprochez vos prises de nourriture pour ne pas ressentir de faim. Le gingembre est aussi réputé soulager les nausées.

 À lire aussi : Grossesse : soigner les nausées et vomissements

 

Bas les masques 

Les futures mamans, particulièrement les femmes brunes à la peau mate, peuvent voir apparaître en cours de grossesse une hyperpigmentation de la peau sur le nez, le front et les joues, parfois au-dessus de la bouche, qu’on appelle « masque de grossesse », dû à l’exposition au soleil. Ce masque disparaît normalement après la grossesse… ou pas, dans certains cas. Toutes les femmes n’y sont pas forcément sujettes, c’est la loterie : dans le doute, évitez de vous exposer au soleil pendant toute la durée de votre grossesse, portez un chapeau à larges bords dès qu’il fait beau et tartinez-vous sans compter d’une crème intégrant un indice de protection SPF 50.

 

Le pipi, c’est maintenant

Lorsqu’on a quelques connaissances de bases en anatomie, on sait qu’on sera amenée à uriner fréquemment pendant le 3e trimestre, le poids de l’utérus venant comprimer la vessie et obligeant à la vider plus souvent que d’habitude. Ce que l’on sait moins, c’est que les mictions fréquentes commencent en réalité dès le 1er trimestre : l’hormone HCG (hormone chorionique gonadotrophique), secrétée en grandes quantités en début de grossesse, assouplit les tissus et relâche les muscles, y compris au niveau de l’urètre qui supporte alors moins longtemps la pression exercée par la vessie. Gare aux infections urinaires pendant la grossesse, susceptibles de provoquer un accouchement prématuré : aux premiers signes de brûlure à la miction, on vérifie.

 À lire aussi : Infection urinaire : symptômes et traitements

 

Jambes de plomb

 Les bouleversements hormonaux, le poids croissant de l’utérus et la prise de poids tout court perturbent le retour veineux, et entraîne souvent à partir du 5e mois de grossesse des sensations de jambes lourdes, voire l’apparition de varices. Comment y remédier ? Continuez à faire de l’exercice physique, à votre rythme, afin de stimuler le retour veineux. Evitez les vêtements serrés et les plats épicés, ne croisez pas les jambes, et faites-vous prescrire des bas de contention par votre médecin. Effectuez chaque soir des massages allant des pieds jusqu’en haut des cuisses pour relancer le drainage lymphatique. Pensez à boire beaucoup, et appliquez sur vos jambes des gels à base de camphre ou de menthol.

 

L’eau à la bouche

On en entend rarement parler, et pourtant l’hyper salivation, aussi appelée ptyalisme, affecte certaines femmes pendant la grossesse, particulièrement pendant le 1er trimestre. Elles sont ainsi contraintes de s’essuyer la bouche et de déglutir beaucoup plus fréquemment. Si vous en arrivez à baver sur vos dossiers en réunion, sachez que certains traitements homéopathiques peuvent améliorer la situation en calmant l’irritation du nerf responsable de la production de salive.

 

Se prendre une crampe

Fréquentes dans le dernier trimestre de grossesse, les crampes nocturnes sont une vraie plaie pour les futures mamans, dont le sommeil est déjà mis à rude épreuve par les mouvements de plus en plus marqués du bébé et les problèmes de circulation sanguine. Comment limiter leur apparition ? Consommez du magnésium en quantité suffisante (au moins 400 mg / jour), que vous trouverez dans des pruneaux, figues et autres dattes, qui permettent de surcroît de lutter contre la constipation.

 

Gare au retour de flamme

Compressé par l’utérus à partir du 3e trimestre de grossesse, l’estomac a du mal à assumer ses fonctions paisiblement. Les brûlures d’estomac deviennent alors fréquentes, surtout lorsque vous êtes en position allongée. Les granules homéopathiques Nux Vomica aident à soulager les spasmes de l’œsophage ; si les douleurs sont trop sévères et persistantes, votre médecin pourra vous prescrire un traitement médicamenteux.

Clémentine Garnier

Le choix de la rédac

En toute clarté

Visage

En toute clarté

À vous le teint frais et lumineux !

Vous pouvez enfin respirer !

Petits maux

Vous pouvez enfin respirer !

À vous de choisir

Les règles abondantes et douloureuses

Gynécologie

Les règles abondantes et douloureuses

Faciliter le dialogue entre patientes et gynécologues

Le jour et la nuit

Stress

Le jour et la nuit

Une journée sereine et une nuit reposante

ORLIMAN DOS