CHAUSSURES MEPHISTO
Gâteaux de mère en fille

Gâteaux de mère en fille

30 avril 2020

Cuisiner à 4 mains (ou plus…) ne se réduit pas à la passation d’un savoir d’une génération à la suivante. C’est la construction d’une histoire – familiale mais ouverte sur le monde.

 

De la joie de transmettre

Nous avons tous en tête cette vision de la mère et de la fille, complices, réunies dans la cuisine autour des ingrédients d’un plat. Dans les générations précédentes, cette situation était courante. Les femmes se devaient de tenir les fourneaux en main, et donc la transmission du savoir était quasi obligatoire – à moins d’avoir les moyens d’appointer une cuisinière en titre. Elles avaient le temps de faire le marché et de cuisiner, elles pouvaient ainsi s’investir dans la passation du savoir-faire et des fruits de l’expérience. Mais les choses ont bien changé. Les femmes ont beaucoup moins de temps à consacrer à la préparation des repas – il a été divisé par deux en 50 ans. Le savoir-faire personnel a laissé place au savoir-faire industriel. En ville, les adolescent(e)s n’ont qu’un clic à produire pour être servi(e)s à domicile en pizzas, burgers et autres fast-foods. Et les smartphones sont très chronophages…

 À lire aussi : Tisanes : 3 modes de préparation

 

 

Affaires de gènes et de plaisir

Heureusement, il y a de l’espoir. Notons tout d’abord que l’intérêt pour la cuisine est presque une affaire de gènes. En effet, certains enfants manifestent très tôt l’envie et le plaisir de partager de bons moments avec maman ou papa en préparant de savoureux gâteaux (mais pas que…). Gageons qu’ils deviendront des cordons-bleus ! Par ailleurs, cuisiner n’est plus un secret de casseroles jalousement gardé par la reine mère : recette et astuces se partagent désormais sur les sites internet et les réseaux sociaux – c’est une autre forme de transmission.

 À lire aussi : Produits de la ruche, on en fait son miel

 

 

Tous chefs !

Enfin, la cuisine n’est plus une pièce réservée au sexe féminin… Les hommes l’investissent au quotidien sans se réclamer de Brillat-Savarin ou d’Escoffier… Il est d’ailleurs amusant de constater que certains chefs actuels témoignent de leur attachement à leur grand-mère qui leur aurait transmis le goût de la cuisine avec ses bonnes odeurs qui restent à jamais en mémoire…

Redécouvrons donc le plaisir des belles recettes traditionnelles et prenons le droit de les revisiter. Moins de gras, moins de sel, moins de sauces, moins de mijotés… Plus de légumes et de légumineuses (nouvelles ou non), plus d’épices et d’inspirations exotiques. En quelque sorte, sublimer l’ancien par la fraîcheur de la nouveauté.

 À lire aussi : Mets de l’huile (d’olive) !

 

 

Découvrez nos recettes :

 

Extrait de...

Extrait de...

 

LA CUISINE MÈRE FILLE

Par Sandrine Giacobetti, Jeanne B., éd. Larousse, coll. « Beaux livres Larousse Pratique », 192 p., 19,95 €.

 

 

Laurence Plumey, Médecin nutritionniste

Le choix de la rédac

Vitalité pour tous !

Compléments alimentaires

Vitalité pour tous !

Pour une famille tonique

À bas les allergies !

Allergies

À bas les allergies !

À base d’eau de mer 100% naturelle et enrichis en manganèse

Eau déo

Corps

Eau déo

Certifiés bio

Le bijou anti moustiques

Autres

Le bijou anti moustiques

On peut le porter quand on veut et où on veut.