Gare aux cheveux dans les chaussettes de Bébé

Gare aux cheveux dans les chaussettes de Bébé

14 juillet 2016
Le syndrome du tourniquet, ou «cheveu étrangleur », bien que rare, peut s’avérer très dangereux pour les bébés s’il n’est pas diagnostiqué rapidement.

 

La médiatisation via Internet du cas de la petite Molly en début d’année 2016, a fait découvrir à beaucoup de familles les risques du syndrome du tourniquet, aussi appelé syndrome du cheveu étrangleur. On vous arrête tout de suite, rien à voir avec un problème survenu dans un vrai tourniquet au square. Ses parents ont posté sur Facebook une photo de l’orteil droit de leur bébé, présentant un œdème impressionnant, et comme cisaillé en son milieu. Inquiets à cause des pleurs incessants de leur fille, les parents avaient fini par se rendre compte qu’un cheveu s’était enroulé autour de son doigt de pied et avait créé un effet de striction, coupant le retour veineux et entraînant un œdème qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques.

 

Naissance d’un syndrome du tourniquet

Il touche principalement les bébés entre 5 et 7 mois : même s’il reste rare, mieux vaut être averti de ses causes et effets possibles pour le détecter à temps. Comment tout cela démarre-t-il ? Il suffit d’un cheveu oublié dans une chaussette ou un pyjama de bébé, qui s’enroule autour de son orteil au niveau du pli inter-phalangien, et, au gré de ses mouvements, va tourner sur lui-même et s’enfoncer dans la peau. Plus rarement, cela peut se produire avec un fil de chaussette.

 

Evolution et détection du syndrome du tourniquet

Une fois le cheveu (ou le fil) en place, il continue à s’enrouler sournoisement, et finit par provoquer un effet de strangulation. Le retour veineux est alors coupé, entraînant une inflammation et un œdème qui peut aller jusqu’à la nécrose voire l’amputation dans les cas les plus graves. Vous frémissez, et c’est bien normal… Comment le détecter à temps ? Si un bébé subit une poussée de fièvre inexpliquée et pleure sans raison, il est essentiel de contrôler chacun de ses doigts et orteils – et même le pénis pour les petits garçons –, afin de s’assurer qu’aucune extrémité n’est anormalement gonflée. Si vous constatez une anomalie, tentez d’ôter le cheveu à l’aide d’une pince à épiler, comme l’a fait la maman de la petite Molly, et courez chez le médecin si vous n’y parvenez pas.

 

Comment prévenir le syndrome du cheveu étrangleur

En plus de cette surveillance attentive au quotidien, inspectez avant de les ranger l’intérieur des petites chaussettes de votre bébé : lors du lavage en machine, l’un de vos cheveux peut s’y glisser sans mauvaise intention de départ, et s’y transformer en dangereux criminel. Faites de même avec ses pyjamas et ses chaussons, s’il les porte souvent pieds nus.  Lorsque vous donnez un bain à votre enfant, un contrôle attentif permet en général d’identifier la présence d’un cheveu avant que la situation n’empire. Si votre bébé pleure de manière inexpliquée, déshabillez-le entièrement et assurez-vous que rien ne comprime ses extrémités.

Vous voici maintenant informé de l’existence de ce syndrome : comme chacun le sait, un parent averti en vaut deux !

 

Clémentine Garnier

Le choix de la rédac

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais