URTICAIRE

Formes et traitement de l’urticaire

25 mai 2017
« Existe-t-il différentes manifestations d’urticaires ? Comment prévenir les récidives ? » Amélie, 29 ans.

 

L’urticaire est une affection de la peau assez répandue. Une personne sur cinq aura une crise d’urticaire au cours de sa vie. Elle se traduit par la survenue de plaques rouges ou rosées de taille variable, ressemblant à des piqûres d’ortie. Elle apparaît le plus souvent sur les bras, les jambes ou le tronc. Les démangeaisons (prurit) sont intenses et fugaces. Il s’agit d’une urticaire aiguë. Une autre forme plus préoccupante est représentée par un œdème profond et douloureux (angio-œdème) touchant surtout le visage, les mains, les pieds. Si cet œdème touche le larynx (œdème de Quincke), le pronostic vital peut être engagé. C’est une urgence thérapeutique.

 

Les différences entre urticaire chronique et aiguë

L’urticaire aiguë est une réaction allergique quasi immédiate, qui évolue pendant quelques heures ou quelques jours. Elle disparaît le plus souvent spontanément sans laisser de cicatrices. Lorsque les symptômes durent au-delà de six semaines, sans facteur déclenchant connu, on parle d’urticaire chronique spontanée. Cette urticaire n’est pas de nature allergique et sa durée est imprévisible. Elle concerne de 1 à 5 % de la population. Elle ne met pas en jeu le pronostic vital mais elle a un fort impact sur la qualité de vie professionnelle, quotidienne et sociale. Il n’y a pas de traitement qui permette de la traiter de façon définitive.

Les facteurs déclenchants les plus fréquents

Parmi les principaux facteurs susceptibles de provoquer une crise figure la prise de certains médicaments (anti-inflammatoires non stéroïdiens, antibiotiques, produits de contrastes iodés, codéine). Vient ensuite la consommation d’aliments riches en histamine (fromages, saucisson, harengs fumés, tomates…) ou histamino-libérateurs (fraise, charcuterie, poisson, crustacés…). L’exposition au froid ou à la chaleur, le contact direct sur la peau de certains produits (latex, cosmétiques) ainsi que les infections surtout virales sont également en cause, sans oublier bien sûr le stress.

Les traitements contre l’urticaire

Lorsque le facteur déclenchant est identifié, il suffit en général de l’éviter pour que la réaction cesse. Si la cause est inconnue, on commence par supprimer pression, frottement et températures extrêmes (chaud ou froid) sur la peau. La prise d’antihistaminiques permet en général une amélioration du confort, grâce à leur proximité structurelle avec l’histamine, la molécule qui intervient dans les mécanismes d’allergie.

Christine Nicolet

Le choix de la rédac

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais