Rhinite allergique : symptômes et traitements

Rhinite allergique : symptômes et traitements

21 mars 2016
La rhinite allergique est due à une inflammation de la muqueuse nasale lors du contact avec un allergène auquel la personne a déjà été sensibilisée.

 

On estime que près de 30 % des Français souffrent de rhinite allergique, et elle est en constante augmentation. Elle peut débuter à tout âge, mais plus fréquemment à l’adolescence. À côté des nombreuses allergies aux pollens, il y a aussi celles aux acariens, aux moisissures, aux blattes, aux poils ou aux sécrétions d’animaux (chats, lapins, chevaux…). Il existe aussi des allergies croisées entre pollens et aliments, comme celle aux pollens de bouleau et à la pomme. L’hérédité semble jouer un rôle important dans son apparition ainsi que les facteurs environnementaux (pollution, tabagisme passif…).

 

Les symptômes

Picotements dans le nez, fréquents éternuements (en salve), écoulement nasal clair et abondant, ou obstruction nasale.

Au niveau des yeux : conjonctivite, larmoiement, sensation de grain de sable, gonflement des paupières…

Des troubles du sommeil et de l’odorat ainsi que des maux de tête peuvent être présents. Évolution possible vers un asthme ou l’apparition d’une polypose nasale.

 

Les traitements

Éviction

La première mesure à prendre est l’éviction des allergènes afin de prévenir ou de réduire les symptômes. Cela est plus ou moins facilement réalisable en fonction des allergènes en cause.

Traitement médicamenteux

  • Les antihistaminiques par voie orale soulagent rapidement les éternuements, les écoulements nasaux ainsi que les symptômes oculaires. Des antihistaminiques de dernière génération, peu sédatifs, sont disponibles sans ordonnance à l’officine. Ils peuvent également être utilisés par voie nasale.
  • Solutions nasales : Les corticoïdes sont particulièrement efficaces sur l’obstruction nasale. Ils sont délivrés sur ordonnance. La durée de leur utilisation doit être limitée en raison de possibles effets secondaires (saignement de nez, fragilisation de la muqueuse nasale…). En cas de crise grave, un corticoïde par voie orale peut être prescrit.
    Les cromones sont particulièrement efficaces et bien tolérés chez l’enfant.
    Les oligo-éléments à base de manganèse ainsi que l’homéopathie peuvent être utiles.

Désensibilisation

La désensibilisation (immunothérapie) par injection sous-cutanée est envisagée lorsque l’allergie a résisté aux traitements habituels. Elle peut aussi se faire par voie orale en cas d’allergie aux pollens de graminées.

Mesures pratiques

Mesures pratiques

Faire des lavages de nez au sérum physiologique au moins deux fois par jour. Allergie aux pollens : garder les fenêtres fermées au maximum, se promener juste après la pluie lorsque l’air contient moins de pollen, porter des lunettes de soleil pour éviter le contact des pollens avec les yeux, ne pas faire sécher le linge en plein air… Allergie aux acariens : traiter les pièces avec des produits anti-acariens, utiliser des housses anti-acariens, éviter tapis, moquettes, rideaux…, et aérer souvent.
À savoir

À savoir

Il n’y a pas qu’à l’approche des beaux jours que le « rhume des foins » peut survenir. Toute l’année, les pollens sévissent : de janvier à mai, ceux des arbres (cyprès, bouleau, platane…) ; de mai à juillet, ceux des graminées (blé, orge…) ; de juillet à octobre, ceux des herbacées (ambroisie, armoise, plantain…).
Christine Fallet

Le choix de la rédac

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais