Hépatite A : transmission et prévention

Hépatite A : transmission et prévention

18 mars 2016
Les hépatites virales regroupent des infections provoquées par des virus capables de se multiplier dans le foie et de détruire une proportion plus ou moins importante de cellules hépatiques. L’hépatite A est donc une inflammation du foie et est l’hépatite aiguë la plus typique.

 

Hépatite bénigne

Son évolution est généralement bénigne avec régression des signes cliniques en quelques semaines. Elle se traduit par un ictère (jaunisse), les signes sont parfois précédés d’une asthénie, d’une anorexie, de douleurs abdominales, de vomissements et de diarrhées. La guérison se fait naturellement sans séquelles, parfois l’asthénie peut se prolonger. Une hépatite A n’évolue jamais vers une maladie chronique du foie.

 

Transmission orale

Le virus pénètre dans l’organisme par voie orale, traverse l’estomac et gagne l’intestin grêle et le foie où il se multiplie. Son excrétion fécale constitue la source de contamination directe interhumaine la plus banale (95 % des cas). Elle se fait généralement par voie manuportée (familles, crèches, garderies, établissements de gériatrie…) ou des pratiques sexuelles digito-anales ou bucco-anales, ou encore les objets souillés portés à la bouche par de jeunes enfants.

 

Contamination alimentaire

Le virus peut être transmis par l’eau douce (puits, piscine), l’eau salée filtrée par les coquillages (coques, moules, huîtres) et autres fruits de mer, crus ou insuffisamment cuits. La contamination peut aussi se faire par les crudités et tous les aliments éventuellement manipulés avec des mains souillées avant leur consommation ou contaminés par des épandages d’engrais.

 

Efficacité du vaccin

Il n’y a pas de traitement curatif pour l’hépatite A, mais il existe un vaccin très efficace et bien toléré. La vaccination contre l’hépatite A est recommandée pour tout voyage dans un pays en voie de développement, quelles que soient la durée du séjour et ses modalités. Entre 2 et 15 % des cas d’hépatite A recensés en France le sont chez le personnel soignant et la maladie est inscrite au tableau des maladies professionnelles du régime général.

Les professions en contact avec le sang et les produits pathologiques doivent bénéficier de la vaccination, ainsi que l’entourage familial d’un patient atteint d’hépatite A. Le schéma vaccinal habituel comprend une injection, au plus tard une dizaine de jours avant le départ pour les voyageurs, et un rappel 6 à 12 mois plus tard.

Prévention sur l'hépatite A

Prévention sur l'hépatite A

Elle repose avant tout sur l’hygiène corporelle personnelle et collective, notamment sur la qualité des lavages nombreux et soigneux des mains. En cas d’apparition d’un cas dans une famille ou une collectivité, les sanitaires, la robinetterie, les poignées de portes, les sols doivent être javellisés tous les jours. L’hépatite A est une maladie à déclaration obligatoire et cette surveillance renforcée permet de mieux détecter les cas groupés et d’améliorer les mesures prophylactiques.
À savoir

À savoir

La grande contagiosité de l’hépatite A s’explique par la haute résistance du virus à la chaleur : pour l’inactiver, il faut que la cuisson porte à cœur par exemple les coquillages à 85-90 °C pendant au moins deux minutes.
Christine Nicolet

Le choix de la rédac

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais