Quand faut-il faire stériliser ma chienne ?

Quand faut-il faire stériliser ma chienne ?

03 février 2021
Quel est l’âge idéal pour faire stériliser sa chienne ? Avant ou après ses premières chaleurs ? L’opération comporte-t-elle des risques pour sa santé ? On fait le point sur cette intervention qui véhicule un grand nombre d’idées reçues.

 

En France, faire stériliser une chienne est devenu très courant : plus d’une femelle sur quatre est stérilisée et la proportion continue de progresser (quand la castration des mâles ne concerne que 15 % d’entre eux). L’âge moyen de l’ovariectomie canine en France se situe vers 2 ans. Il est possible de faire stériliser une chienne très tôt (dès 3 à 4 mois), soit bien avant l’apparition de ses premières chaleurs, qui débutent entre 6 et 24 mois environ selon la race. L’âge de la puberté varie en fonction de la taille de la chienne. Ainsi, les petits gabarits, qui ont une croissance plus rapide et plus courte, sont ainsi plus précoces que les chiens de plus grand format. Demander conseil auprès d’un vétérinaire est donc primordial. Pour la santé future de la chienne, il est aussi important de s’informer des conséquences de la stérilisation, qu’elles soient bonnes et mauvaises.

À savoir

À savoir

Trop de propriétaires pensent à tort qu’une chienne ne doit être stérilisée qu’après ses premières chaleurs, voire après qu’elle a eu au moins une portée. Stériliser une chienne avant sa puberté permet pourtant de la protéger des tumeurs mammaires. Par ailleurs, faire naître des chiots n’est pas indispensable à son équilibre psychique.

 

Une influence sur le comportement ?

De nombreux propriétaires décident de faire stériliser leur chienne afin de supprimer les périodes de chaleurs et les nuisances qui y sont liées. Il veut en effet éviter que des mâles « tournent » autour de sa chienne et cherche à limiter les fugues pour écarter tout risque de portée non désirée. Stériliser la chienne avant sa maturité sexuelle permet de prévenir l’apparition de ces inconvénients.

En dehors de ces motifs dits « de convenance », les maîtres peuvent être tentés de faire stériliser une chienne adulte lorsqu’elle aboie beaucoup, grogne un peu trop facilement ou cherche la bagarre avec les autres chiens. La stérilisation est en effet réputée « calmer » les chiens, quel que soit leur sexe. Pourtant, l’expérience montre que, à la différence de ce que l’on observe chez les mâles, la stérilisation favorise parfois les comportements agressifs des chiennes naturellement très dominantes. L’intervention n’est donc pas forcément la solution idéale et d’autres thérapies peuvent être envisagées avant d’y recourir.

 

Un squelette parfois modifié

Du côté des grandes races (berger allemand, labrador, golden retriever, etc.), faire stériliser une chienne avant sa puberté augmente de deux à quatre fois le risque de développement d’affections articulaires, comme la dysplasie de la hanche ou du coude, par exemple. Les ruptures tendineuses sont également plus fréquentes. Ce problème serait lié au fait que la période de croissance du squelette s’allonge légèrement lorsque la production des hormones sexuelles est supprimée. Il est donc conseillé d’atteindre le premier anniversaire de la chienne.

Chez les chiens pesant moins de 20 kg, l’âge de la stérilisation ne semble pas influencer le risque de troubles ostéo-articulaires. Les petits chiens peuvent en principe être stérilisés sans inconvénient vers l’âge de 6 mois.

 

Des affections spécifiques

Les tumeurs mammaires représentent entre 45 et 50 % des tumeurs observées chez les chiennes. La stérilisation précoce a un effet protecteur : une chienne stérilisée avant ses premières chaleurs est ainsi beaucoup moins susceptible de développer ce type de tumeur. Plus l’opération intervient tardivement, plus le risque est élevé. Le retrait des ovaires (qui est effectué lors de la stérilisation) élimine bien entendu tout risque de tumeur ovarienne, et il en est de même pour des tumeurs qui concerneraient d’autres parties de l’appareil génital de la chienne, intimement liées à son cycle sexuel.

Les chiennes non stérilisées présentent fréquemment une infection de l’utérus. Environ un quart des femelles âgées de plus de 10 ans ont ainsi été victimes de pyomètre (qui désigne une accumulation de pus dans l’utérus). La stérilisation diminue considérablement le risque que se développe une telle affection et le supprime totalement lorsque le vétérinaire enlève à la fois l’utérus et les ovaires pendant l’intervention. On parle alors d’ovario-hystérectomie.

Acheter une chienne déjà stérilisée ?

Acheter une chienne déjà stérilisée ?

Certains éleveurs choisissent de vendre des jeunes chiennes déjà stérilisées pour s’assurer qu’elles ne se reproduiront pas ! Si la chienne est porteuse de gènes liés à des maladies héréditaires, il vaut en effet mieux qu’elle ne contribue pas à les transmettre à sa descendance. Dans ce cas, la stérilisation est pratiquée avant l’adoption, c’est-à-dire à un âge très précoce.

 

Des liens avec certains cancers

Si la stérilisation protège les chiennes du risque de tumeurs mammaires, ce n’est pas le cas pour d’autres types de tumeurs, heureusement bien moins fréquentes.

L’ostéosarcome

Le risque d’ostéosarcome (tumeur osseuse surtout diagnostiquée chez les jeunes chiens adultes de grande taille ou de race géante) est doublé en cas de stérilisation avant l’âge de 1 an. Il serait même multiplié par quatre pour certaines grandes races, telles que le rottweiler. Chez ce dernier, le risque est d’autant plus élevé que la stérilisation est précoce. Le pronostic d’un ostéosarcome est toujours sombre : l’amputation est parfois le seul traitement possible et les récidives surviennent très souvent. Mieux vaut donc éviter de stériliser trop tôt une chienne de grande race.

Le lymphome

Comme son nom l’indique, le lymphome est un cancer du système lymphatique – qui joue un rôle de premier ordre dans l’activation de la réponse immunitaire. Aussi appelé « cancer des ganglions », il est le plus fréquent chez le chien (mâle et femelle) et la guérison est obtenue dans moins de 10 % des cas. Les résultats de plusieurs études indiquent que le risque de lymphome est lié à deux critères : la race et à l’âge auquel a lieu la stérilisation. Par exemple, un golden retriever qui a été stérilisé avant son premier anniversaire présente un risque trois fois plus élevé de développer ce type de cancer. Si l’intervention est réalisée après que l’animal a atteint l’âge de 1 an, le lien entre lymphome et stérilisation disparaît. Chez le berger allemand et le labrador, par exemple, ce lien n’a pas été mis en évidence.

Comme dans le cas des troubles ostéo-articulaires, les chiennes de petit format ne semblent en général pas menacées par des risques tumoraux particuliers en cas de stérilisation avant l’âge de 6 mois. Seules exceptions : le boston terrier et le shih tzu, chez lesquels un lien entre l’incidence de différents cancers et l’âge de la stérilisation aurait été établi. Cependant, ces résultats demandent à être confirmés car d’autres facteurs de risque pourraient être en jeu.

 

L’incontinence urinaire

Les chiennes stérilisées présentent parfois un problème d’incontinence urinaire, qui apparaît en général trois à cinq ans après l’opération. Ces « fuites » sont évidemment très gênantes pour les propriétaires. Jusqu’à 20 % des chiennes stérilisées pourraient être concernées, et les grandes races sont les plus à risque. La question de savoir si la stérilisation précoce augmente le risque d’incontinence urinaire n’a pas encore trouvé de réponse claire, bien qu’une étude menée chez le berger allemand ait indiqué qu’il était sans doute préférable d’attendre que la chienne atteigne l’âge de 1 an pour la faire stériliser.

Info

Info

Les besoins en énergie d’une chienne stérilisée diminuent. Si son alimentation n’est pas adaptée à son nouveau statut sexuel, elle risque de prendre du poids, surtout si son activité physique se réduit. La période la plus à risque correspond aux deux années suivant l’intervention. L’excès de poids, en plus de fragiliser le squelette et les tendons, facilite aussi l’apparition d’arthrose précoce. Il faut donc veiller à une chienne stérilisée régulièrement.

 

Une incidence sur l’espérance de vie

Malgré les risques rencontrés, la plupart des études révèlent que les chiennes stérilisées, toutes races confondues, vivent plus longtemps que celles qui ne le sont pas. L’augmentation de l’espérance de vie serait tout de même de 26 % ! Cet effet positif est cependant à nuancer selon les races : chez le rottweiler, par exemple, une stérilisation de convenance n’augmente pas la longévité, bien au contraire. À l’inverse, faire stériliser une chienne de petit format vers l’âge de 4 mois semble être globalement positif pour sa santé.

Aucune recommandation générale ne peut donc être faite pour l’ensemble des chiennes. Les spécificités raciales doivent impérativement être prises en considération et le vétérinaire reste le mieux placé pour vous conseiller.

Le choix de la rédac

Du baume au corps

Corps

Du baume au corps

Riche en plantes médicinales bio

Chacun ses goûts !

Les bons aliments

Chacun ses goûts !

A vous de choisir !

Les chats aussi nous soignent

Chat

Les chats aussi nous soignent

Une encyclopédie dédiée aux petits félins et à leurs pouvoirs

Solutions d’hiver

Petits maux

Solutions d’hiver

Azéol pour lutter contre les maux de la sphère ORL