OKEO SANTE
elodie gossuin

Élodie Gossuin : « Ambassadrice de l’Unicef, c’est le plus beau rôle de ma vie ! »

10 décembre 2017

Miss France 2001, auteure, animatrice, Élodie Gossuin jongle entre écriture, radio, télévision… et vie de famille – nombreuse ! À ses multiples activités, elle ajoute une nouvelle mission : ambassadrice de l’Unicef.

 

Comment percevez-vous ce nouveau titre d’ambassadrice de l’Unicef ?

Donner

Donner

Vaccinations, mariages forcés, conflits, mineurs isolés… L’Unicef (ou Fonds des Nations unies pour l’enfance, une agence de l’Organisation des Nations unies) agit au quotidien pour venir en aide aux enfants et leur offrir la protection qu’ils méritent au niveau des soins comme de l’éducation.
Vous pouvez faire un don en cliquant sur www.unicef.fr.
J’étais engagée, depuis cinq ans, en tant que marraine de l’Unicef. Le fait d’être désormais ambassadrice ne change rien sur le fond. C’est la continuité de mon action. Mon rôle a toujours été d’être là où sont les besoins et de répondre présente aux actions de communication. Je travaille main dans la main avec l’Unicef et je prends mon rôle d’ambassadrice comme une reconnaissance de mon travail. Avant d’être élue Miss France, j’avais obtenu un bac scientifique et j’étais inscrite à la fac de médecine d’Amiens avant de m’orienter vers une école de soins infirmiers. Mon action à l’Unicef adoucit ma culpabilité de ne pas avoir poursuivi mes études. Me rendre disponible pour l’Unicef fait partie de ma vie – je le fais pour les enfants qu’aide l’organisme comme pour moi.

En quoi consiste votre action sur le terrain ?

Je contribue à faire progresser la cause de la petite enfance. Défendre l’importance de la nutrition bien sûr, mais aussi de l’amour, du jeu et des loisirs, dans le développement de l’enfant, est pour moi une évidence. Or, ces bases restent hors d’atteinte de millions d’enfants à travers le monde. Au retour de chaque mission, je rentre le cœur plus grand encore. Je me sens plus vivante, plus humaine !

Le fait d’être maman de quatre enfants vous aide-t-il dans votre mission ?

Cela me rend beaucoup plus sensible. En fait, j’ai pris conscience de la fragilité de la vie en devenant mère. J’ai pu mesurer la chance que nous avons, et dont j’ai bénéficié tant pendant ma grossesse que lors de mon accouchement, d’être aussi bien suivis médicalement en France. Quand on voit le moment crucial qu’est le début de la vie, l’importance de la prise en charge des nourrissons, ce qui peut arriver lorsque les moyens médicaux ne sont pas les mêmes, on se réjouit de ce que l’on a et de pouvoir aider les autres. 

Que pensez-vous des réfractaires à la vaccination en France ?

Dans l’Hexagone, on observe vis-à-vis de la vaccination une forme de défiance – elle n’est pas générale, heureusement ! Mais on oublie qu’elle a permis d’éradiquer des maladies dont, ailleurs, des milliers d’enfants continuent de mourir comme la polio, le tétanos, ou une simple rougeole ! L’Unicef m’a permis de voir les résultats sur le terrain. J’ai pu observer au Sénégal comment l’agence forme du personnel pour tisser un réseau qui couvre tout le pays jusque dans le moindre village, afin que chaque enfant soit vacciné, en particulier contre la rougeole et la rubéole.

Êtes-vous préventive en matière de santé ?

En ce qui me concerne, je ne suis pas du tout hypocondriaque ; en revanche je suis très angoissée pour mes enfants. Je me repose sur les professionnels de santé ; je suis par exemple très proche de mon pharmacien. C’est une personne en qui j’ai entièrement confiance. Comme je suis particulièrement portée vers les médecines douces – je suis une adepte de l’homéopathie et des huiles essentielles, notamment pour mes enfants –, il m’accompagne et m’oriente.

Faites-vous particulièrement attention à votre alimentation ?

J’ai appris à manger équilibré lorsque je me suis mise à cuisiner pour mes enfants. Avant, je prêtais peu attention à l’équilibre alimentaire mais aujourd’hui, il me semble très important que mes enfants aient les bons apports en fibres, fruits et légumes, laitages, etc., pour qu’ils conservent leur bonne santé. J’ai la chance d’habiter au cœur d’une forêt, d’avoir un jardin, d’élever des poules, de pouvoir faire mes courses auprès de producteurs locaux, bref de manger des produits de qualité en toute saison.

Êtes-vous sportive ?

Pour entretenir la forme, je me suis mise à courir. J’adore aussi l’équitation et le tennis ainsi que la natation. Récemment, j’ai fait beaucoup de danse pour participer à Danse avec les Stars. C’était un rêve depuis plusieurs années. Je n’avais pas encore pu participer à cette émission car mes enfants étaient trop petits. Mes derniers viennent d’avoir 4 ans alors je me suis dit que c’était cette année ou jamais. Même si c’est de la télé, c’est une véritable école de la vie – ne serait-ce qu’au travers des rencontres et de la qualité de travail que cela demande. Outre l’apprentissage de la danse, l’endurance et l’esprit d’équipe sont des qualités que l’on doit développer au fil des jours. Relever le défi en progressant chaque semaine est un cadeau magnifique !

Quelles sont vos astuces pour chasser le stress ?

On vient de me conseiller de faire un peu de méditation, juste pour apprendre à respirer, à déstresser et, dans les moments d’angoisse, à retrouver un peu de sérénité. Actuellement, mes journées sont tellement riches que, pour être honnête, je n’ai pas encore commencé. J’ai déjà testé la sophrologie qui m’a beaucoup aidée dans le domaine du lâcher-prise car, avec les enfants, on est sous pression permanente. C’est pour partager mon expérience que je viens d’écrire Miss Maman, le guide de la mère (im)parfaite pour élever son enfant sans culpabiliser !

Que vous inspire le temps qui passe ?

Je me sens bien mieux qu’il y a dix ou même vingt ans. J’ai appris à me connaître et à m’aimer avec mes imperfections si bien que je suis bien mieux dans ma peau aujourd’hui qu’à l’époque où j’ai été élue Miss France. Mon corps a pris tout son sens en donnant la vie. Je me sens fière de pouvoir me dire qu’il a servi à quelque chose de fondamental. Cela m’a donné confiance en moi. Je n’ai pas peur du temps qui passe parce que je me vois évoluer avec l’homme de ma vie. Je sais que, même en vieillissant, il aimera les marques du temps qui seront les miennes, tout comme j’aimerai les siennes.

Vous voyez donc l’avenir avec sérénité ?

Je n’ai pas peur professionnellement. Actuellement, j’anime la matinale le Meilleur des réveils sur RFM et c’est le travail parfait pour ne pas avoir peur de vieillir car, en radio, au moins on ne verra pas mes rides ! Plus sérieusement, cela impose un rythme qui n’a rien de naturel puisque je suis obligée de me lever à 4 heures du matin pour être à l’antenne dès 6 heures. En revanche, je m’octroie toujours une sieste dans la journée. Et j’ai quand même le samedi et le dimanche pour retrouver mon amoureux et mes enfants avec tout l’amour et l’énergie qu’il faut. Apporter de bonnes nouvelles chaque matin aux auditeurs a un effet boomerang qui rejaillit sur moi !

À écouter et à lire

À écouter et à lire

  • Depuis septembre 2015, Élodie Gossuin anime avec brio le Meilleur des réveils, la matinale de RFM, de 6 heures à 9 h 30 du lundi au vendredi.
  • Dix ans après sa première grossesse, l’ancienne Miss France Élodie Gossuin, mère de 4 enfants, nous livre son regard sur la maternité et le rôle de parent. MISS MAMAN, LE GUIDE DE LA MÈRE (IM)PARFAITE, aux éditions La Martinière.

 

Propos recueillis par Didier Galibert

Le choix de la rédac

Avis aux cheveux et ongles fatigués

Cheveux

Avis aux cheveux et ongles fatigués

Une petite dose de nutriments essentiels…

Pour une peau hydratée et protégée !

Visage

Pour une peau hydratée et protégée !

Il devient indispensable !

Pour une rentrée dynamique et sereine

Compléments alimentaires

Pour une rentrée dynamique et sereine

Les compléments alimentaires vous accompagnent

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

DEFENCIA