Diabète de type 2 : de l’importance du dépistage

Diabète de type 2 : de l’importance du dépistage

07 juin 2018
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) tire la sonnette d’alarme. Le diabète de type 2 progresse de façon inquiétante dans le monde, et beaucoup de malades ignorent qu’ils le sont. On vous donne les clés pour comprendre l’évolution, les symptômes et le diagnostic du diabète de type 2.

 

Le diabète correspond à une hyperglycémie chronique, c’est-à-dire un taux de sucre dans le sang trop élevé. Ce taux est normalement régulé par la production d’insuline, une hormone dont le déficit entraîne donc du diabète. On distingue le diabète de type 1, dû à un défaut de sécrétion d’insuline par le pancréas, et le diabète de type 2, causé par une résistance de l’organisme à l’insuline, qui devient donc moins efficace. 90% des diabétiques souffrent de diabète de type 2.

 

Le diabète de type 2 ou « diabète gras »

Trois facteurs principaux caractérisent le diabète de type 2 : le surpoids, le manque d’activité et l’âge. La maladie survient généralement chez des adultes de plus de 40 ans. Les personnes obèses ou en surpoids, ayant notamment une surcharge de graisse abdominale, sont plus particulièrement touchées. Le diabète de type 2 est d’ailleurs qualifié de diabète « gras ».

 

Une augmentation alarmante du diabète dans le monde

La faute à l’augmentation galopante de l’obésité, un mode de vie trop sédentaire, au vieillissement de la population, le nombre de personnes atteintes de diabète de type 2 ne cesse d’augmenter. Encore plus inquiétant, ce diabète touche de plus en plus de jeunes, voire même des enfants, qui ont une mauvaise alimentation et ne font plus du tout de sport.

Si depuis de nombreuses années, l’incidence de la maladie est croissante dans la population (plus de 3 millions en France), elle n’englobe toutefois que les personnes diagnostiquées diabétiques. Les personnes non diagnostiquées représenteraient… près de 20% de la population selon les estimations !

 À lire aussi : 5 aliments pour faire oublier le sucre à nos enfants

 

Les symptômes du diabète de type 2

L’évolution de la maladie est insidieuse. Le plus souvent asymptomatique les premières années, le diabète de type 2 peut donc passer inaperçu et ne pas inquiéter le patient.

Les premiers symptômes ressentis sont, entre autres, une sensation de soif et de faim exacerbées, des besoins d’uriner plus fréquents que la moyenne, une fatigue chronique, une sudation excessive, des troubles de la cicatrisation, ou encore des infections cutanées comme des furoncles.

 

L’importance d’un diagnostic précoce pour une meilleure prise en charge

Il est important de se faire diagnostiquer rapidement afin de suivre et d’équilibrer son diabète, et éviter les nombreuses et graves complications de cette maladie. Une hyperglycémie prolongée et non contrôlée endommage les nerfs et les vaisseaux sanguins. Un taux excessif de sucre dans le sang offre un terrain favorable à la coagulation.

Parmi les risques encourus en cas de diabète de type 2 non traité, on note notamment les maladies cardiovasculaires (infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, accidents vasculaires cérébraux), et toutes les maladies liées à la dégradation des micro-vaisseaux sanguins : au niveau des yeux, la rétinopathie, pouvant entrainer une cécité totale, et au niveau des reins, la néphropathie ou l’insuffisance rénale. Autre symptôme grave à surveiller : une obstruction des artères des pieds. Une plaie en apparence bénigne aura alors des difficultés à cicatriser et risquera de s’infecter lourdement.

La liste ne s’arrête pas là puisque le diabète de type 2 peut par ailleurs interférer dans la sexualité en provoquant une perte de libido, troubles érectiles, sécheresse, mycoses à répétition.

 À lire aussi : 5 bons réflexes contre l’hypoglycémie

Comment dépister son diabète ?

Le diagnostic du diabète se fait par simple prise de sang permettant de mesurer la glycémie. Bien souvent, le diabète de type 2 est découvert au détour d’un contrôle de routine, d’un bilan de santé. Outre la prise de sang, si un diabète est suspecté, il existe aussi des moyens de mesurer spécifiquement la glycémie, par exemple avec un lecteur de glycémie, à partir d’une goutte de sang prélevée sur le doigt.

Autre forme de dépistage : le test de glycémie. Les femmes enceintes le connaissent bien, puisqu’il est réalisé en cours de grossesse pour détecter un éventuel diabète gestationnel. Cela consiste à boire 75 g de glucose à jeun, et de mesurer la glycémie par prise de sang juste avant, 1h plus tard et 2h plus tard. Pour celles qui l’ont testé, c’est assez désagréable… mais efficace.

 

Comment contrôler son diabète ?

Ensuite, une fois le diagnostic établi, un suivi médical régulier et un traitement dosé selon chaque patient sont nécessaires pour équilibrer le diabète. L’arsenal thérapeutique contre le diabète de type 2 est bien fourni, mais n’est pas suffisant. Le traitement doit en effet être accompagné d’une meilleure hygiène de vie, aussi bien sportive qu’alimentaire. Des ateliers d’éducation thérapeutique individuels ou collectifs peuvent être proposés aux patients diabétiques qui souhaitent s’informer et mieux gérer leur maladie au quotidien.

 À lire aussi : Comment perdre son ventre avant l’été ?

 

Sylviane Gougeon

Le choix de la rédac

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais