ArtiRelax
Les dents, miroir de notre bonne santé…

Les dents, miroir de notre bonne santé…

26 mars 2021
Point de caries, des gencives saines, un émail préservé, une haleine fraîche…, c’est tout ce que l’on se souhaite ! Et on s’en donne les moyens…

 

On ne voit qu’elles ! Elles sont aussi très utiles, mastication oblige. Et leur écosystème (le microbiote gingival) dialogue avec nos organes, dont le pancréas. Il peut être ainsi à l’origine d’une insulinorésistance, prélude au diabète, en cas de dysbiose, ce qui se produit notamment si le parodonte est enflammé sur un mode chronique (60 % des diabétiques !). À l’inverse, un détartrage en profondeur (débridement des racines ou surfaçage), le traitement de référence de la parodontite, améliore aussi les paramètres glycémiques, et donc le risque que survienne un incident vasculaire… C’est dire l’intérêt de soigner sa bouche !

 À lire aussi : Ôtez les maux de la bouche (Aphte, herpès labial, halitose…)

 

Des gencives saines

S’il n’est pas efficacement balayé par le brossage, le biofilm qui se forme après un repas à la surface de la dent, constitué de débris alimentaires, de salive et de bactéries, s’épaissit et se structure en plaque dentaire à l’intersection de la dent et de la gencive. Les minéraux de la salive s’y agglutinent ; le tartre ainsi constitué entretient la gingivite. Un cran au-dessus si l’on ne fait rien, la parodontite, où le parodonte tout entier – constitué de la dent, de la gencive, du ligament (des fibres qui réunissent os et cément), du cément (la couche minéralisée qui recouvre la racine des dents) et de l’os – devient le siège d’une inflammation qui détruit de façon irréversible les tissus de soutien de la dent.

La solution ? Un détartrage chez le dentiste pour enlever la plaque, puis le brossage, deux minutes deux fois par jour, avec une brosse douce toujours.

 À lire aussi : Que faire en cas de gingivite ?

 

Une bouche indemne de caries

Les dents doivent être correctement brossées pour déloger les sucres, carburant des bactéries cariogènes. Ces Streptocoques mutans (surtout) produisent en se multipliant des acides qui attaquent l’émail dentaire et la dentine juste en dessous.

La solution ? Un brossage dans les règles de l’art avec un dentifrice fluoré. La salive aussi est un anticaries naturel qui dilue les acides facilitateurs de caries et minéralise l’émail dentaire (à condition que l’assiette soit colorée et équilibrée). A minima, un verre d’eau en fin de repas balaie quelques mutans et débris alimentaires.

 

Une haleine fraîche

La flore buccale est truffée, et c’est normal !, de bactéries qui dégradent les aliments en produisant des composés organiques volatils (COV). En cas de dysbiose, liée à une accumulation de bactéries sur les plaques, les poches parodontales…, les COV en excès entretiennent l’halitose.

La solution ? Une visite, annuelle au moins, chez le dentiste qui ôte la plaque et traite les dents cariées, réservoirs de microbes. Indispensable encore, un brossage matin et soir sur toutes les faces, avec une brosse souple changée chaque mois. Voire un antiseptique pour un temps limité et les endroits plus difficilement accessibles. On peut également piéger les COV en diluant la salive avec de l’eau, mais plus sûrement des herbes aromatiques (le persil !).

 À lire aussi : Mauvaise haleine : enfin des solutions efficaces !

 

Un émail préservé

Trop de brossage use la dent… Comme d’ailleurs un dentifrice trop abrasif, une brosse à dents trop dure ou la consommation régulière de sodas. L’émail se dissout ainsi qu’une craie, en particulier à la jonction dent/gencive. Et la dentine, la partie sensible de la dent, qui est normalement protégée par l’émail en haut et la gencive plus bas, alors mise à nu, devient hypersensible.

Parce que l’émail ne peut se régénérer, à la différence de l’os, mieux vaut prévenir cette usure et utiliser une brosse douce ou même extra-souple, un dentifrice à faible abrasivité, riche en fluorures.

Exit les jus de fruits acides et les sodas, light ou non – ou on les boit rapidement, sans les garder en bouche, avec une paille pour limiter les dégâts. Et l’on ne se brosse pas les dents juste après, pour laisser à la dent le temps de se reminéraliser en douceur grâce à la salive. « Tampons » aussi de cette acidité malvenue : l’eau ou le lait.

 

Dent cassée chez un petit = urgence !

Dent de lait ou permanente, le pronostic de cette dent « choquée », expulsée, cassée ou ébranlée, est plus favorable si l’enfant est vu par le dentiste tôt, même si l’on a l’impression que tout va mieux après le traumatisme initial… Sous une dent « jeune » en effet, se trouve le germe de la dent permanente, à différents stades de sa fabrication. Si la dent permanente est déjà « en bouche », sa racine peut ne pas être tout à fait terminée, vulnérable donc, et l’on s’expose à une résorption du tissu dentaire, voire une nécrose.

Il est indispensable de récupérer les morceaux de dents cassées ou la dent expulsée (quand il s’agit d’une dent permanente) et de les conserver dans du lait, de l’eau, de la salive ou du sérum physiologique. Idéalement, mieux vaut que le parent se fasse violence et remette la dent (permanente toujours) en place dans sa loge après un rinçage à l’eau claire et demande à l’enfant de serrer sur sa dent, avant de consulter un dentiste toutes affaires cessantes. À noter, porter des « bagues » minimise les effets d’un choc.

 

Conseils de pharmacien

Conseils de pharmacien

• Le brossage ? 2 minutes 2 ou 3 fois par jour. Brosse (en bon état) à 45° sur la gencive, on opère en rouleau ou en rotation verticale, du rose vers le blanc, sur toutes les faces, dessus compris. Avec un dentifrice fluoré, à doser selon la teneur en fluor de l’eau de boisson ou du sel de table, le risque personnel de carie, le poids, l’âge (de 250 à 650 dès 3 ans, de 1 000 à 1 500 ppm dès 6 ans).

• En tête des agents colorants : café, thé et vin rouge. La coloration peut être diffuse ou se focaliser sur une zone mal brossée ou souvent sollicitée.

• La cigarette n’érode pas l’émail mais le tache, ce qui incite à un brossage plus vigoureux, qui use… C’est aussi un facteur de risque de gingivite.

 

À lire

À lire

N’oublie pas de te laver les dents, de Philippe Corentin, aux éditions de l’École des loisirs

Le moyen d’allier deux rituels, celui de la petite histoire du coucher… et du brossage après le dernier repas !

 

Dr Brigitte Blond

Le choix de la rédac

Jus de saison

Corps

Jus de saison

Pour célébrer le retour des beaux jours…

Mince alors !

Minceur

Mince alors !

En cure de quinze jours

À chacun son Bion3

Compléments alimentaires

À chacun son Bion3

Il est décliné en trois formules…

À déguster sans complexe

Autres

À déguster sans complexe

Pour un bénéfice visible sur notre santé…