Advertisement Banner
daphné burki

Daphné Burki : « Donnons un coup de pouce aux chercheurs ! »

14 juin 2017

Elle anime La Nouvelle Édition avec une fraîcheur qui réveille le paysage audiovisuel français. Mais sa personnalité chaleureuse et spontanée n’est pas son seul atout. Daphné Bürki est aussi une citoyenne active et engagée.

Comment vivez-vous le fait que La Nouvelle Édition enregistre aujourd’hui des records d’audience ?

Je ne me projette pas tant que ça. Je savais juste que je voulais aller sur C8 parce que cette chaîne souhaitait rester en direct et en clair, alors que Canal+ désirait étendre le cryptage. C’était un pari un peu fou de rejoindre une chaîne diffusant beaucoup de divertissement mais je savais qu’il y avait une place à se faire. Cela a commencé tout timidement en septembre 2016 mais les télé-spectateurs ont été hypercontents de découvrir La Nouvelle Édition. Cela ne s’est pas gagné du jour au lendemain, mais la greffe a pris.

Selon vous, qu’est-ce qui fait le succès
de l’émission ?

Très concrètement, j’ai adoré regarder la télévision à l’heure du déjeuner. C’est un rendez-vous particulier. La Nouvelle Édition est une émission engagée et citoyenne, donnant de l’importance à la proximité. Elle est réalisée par une bande à laquelle on peut s’attacher et qui raconte l’actualité du jour sur un éventail assez large, qui passe aussi bien par de la politique, du sexe, du people… Une sorte de marathon très difficile à faire parce que c’est très physique. J’ouvre l’émission avec un édito qui reflète mon humeur du jour. C’est une prise de parole où je m’engage chaque jour en ouvrant mon cœur et en suivant mes émotions.

Qu’avez-vous ressenti en recevant le prix « Personnalité TV de l’année » à Europe 1 ?

Il y avait toutes les grandes animatrices et journalistes du PAF [paysage audiovisuel français] et c’est moi, le petit poivron jaune au fond de la crêpe, qui l’ai emporté. Pour moi qui ne suis pas dans la norme, ce fut une grande surprise. Il m’est même venu à l’idée que cela pouvait être truqué ! Je ne pensais pas à ce point faire partie de la famille des pros de l’audiovisuel tout en étant appréciée par le plus grand nombre.

Vous êtes ambassadrice de l’Institut Curie…

Je ne vous cache pas que j’ai souvent été sollicitée par des associations mais pour Curie, j’ai aussitôt dit oui. L’Institut Curie lutte contre le cancer grâce à son laboratoire de recherche. Chaque année, au mois de mars, je soutiens la manifestation Une Jonquille pour Curie qui permet de recueillir des dons. Mais il ne faut pas s’arrêter là ! Pour l’Institut, j’ai animé des ventes aux enchères à Drouot, j’ai fait de la publicité… Dès que Curie a besoin de moi, je réponds présente car nous sommes tous touchés par le cancer – de près ou de loin.

Peut-on faire des dons toute l’année ?
Et à quoi servent-ils ?

Bien sûr ! Une Jonquille pour Curie fait fleurir l’espoir en mars mais toute l’année nos dons sont essentiels pour que l’Institut Curie, fondation d’utilité publique depuis 1921, amplifie ses programmes de recherche et d’innovation au service des patients. Il faut donner un coup de pouce aux chercheurs ! Le soutien des donateurs est indispensable pour mieux comprendre le fonctionnement des cellules cancéreuses. Et par conséquent affiner le diagnostic et découvrir de nouvelles voies thérapeutiques pour des traitements encore plus adaptés et mieux tolérés. Et donc pour soigner et guérir de plus en plus de patients.

Pourquoi le cancer fait-il si peur encore aujourd’hui ?

Plus nous en parlerons et plus nous arriverons à faire reculer le cancer. La parole se libère et je reste optimiste à ce sujet. Le fait que Curie ait su prendre des ambassadeurs « modernes » est un plus pour sensibiliser le plus grand nombre de personnes à cette juste et noble cause. Nous osons enfin parler du cancer – et à voix haute.

Êtes-vous préventive en matière de santé ?

Je ne suis pas du tout hypocondriaque et je me persuade facilement que je n’ai pas le temps de tomber malade. Tous les matins, si l’une de mes filles a un rhume ou mon amoureux la grippe, je me motive en me disant qu’il faut que je sois là pour les autres et que je dois absolument garder la forme pour m’occuper d’eux. Et pour l’instant, ça marche ! Je suis très attentive envers mes deux filles, Hedda, qui a 10 ans, et Suzanne, 4 ans. Je reste très à l’écoute de leur pédiatre. Mais, en ce qui me concerne, mon optimisme et ma volonté farouche d’être en bonne santé suffisent !

Avez-vous une hygiène alimentaire précise ?

Avant je mangeais de tout et j’adorais faire la fête mais je ne peux plus me le permettre depuis que j’anime La Nouvelle Édition en direct. Pour tenir sur ce rythme-là et rester en forme, je mange quantité de fruits et de légumes, je bois beaucoup d’eau, j’ai éliminé les sucres rapides, je ne mange plus de viande rouge – et j’ai une énergie débordante.

Que faites-vous pour garder la forme ?

J’adore marcher et, quand je cours après mes enfants, je regarde mon podomètre afin de savoir si j’ai marché suffisamment. Vous ne me verrez jamais dans un spa… parce que je culpabiliserais en me disant que c’est la personne qui me masse qui a besoin d’un massage. Vous voyez mon problème !

Quelles sont vos astuces pour chasser
le stress ?

Je ne suis pas quelqu’un de stressé. Je suis zen naturellement. Je lis beaucoup. Ce qui me fait du bien, c’est de rentrer et de jouer avec mes filles afin qu’il y ait un échange. Je donne de l’énergie mais j’en prends aussi en me rechargeant auprès des autres – comme une pile.

Le temps qui passe vous inquiète-t-il ?

Il y a peu de temps, quelqu’un m’a demandé mon âge et, bizarrement, j’avais oublié l’âge que j’avais ! J’ai dû le calculer mentalement. J’ai 37 ans aujourd’hui, je le sais mais je suis capable de l’oublier à nouveau demain. En revanche, je sais que je fais un métier d’image et je me dis que peut-être un jour ou l’autre je n’aurai pas le droit de vieillir dans ce métier. Et ça c’est nouveau. Mais ce qui me réjouit, c’est de mettre les autres en avant. Donc, dans l’avenir, je produirai certainement des nouveaux talents et je serai très fière de le faire. Je n’oublie pas qu’on m’a donné ma chance et ce sera à mon tour de la donner à d’autres. Actuellement, je suis le parfait exemple d’une femme épanouie qui vit l’instant présent. Je marche à l’envie, au feeling, aux bonnes ondes… Et comme je suis quelqu’un de très joyeux et d’optimiste, j’essaie toujours de voir le bon côté des choses !

La Nouvelle Édition

La Nouvelle Édition

Une émission de télévision, animée
par Daphné Bürki
et son équipe,
diffusée depuis septembre 2016 du lundi au vendredi
à 12 h 20 sur C8.

... Et soutenir la recherche contre le cancer

... Et soutenir la recherche contre le cancer

Pour faire un don à l’Institut Curie et ainsi soutenir l’innovation contre le cancer, vous avez plusieurs options : don en ligne, prélèvement automatique, chèque, SMS.

Institut Curie, service relations donateurs, 26, rue d’Ulm,
75248 Paris cedex 05,
tél. : 01 56 24 55 66, e-mail : https://aider.curie.fr

Propos recueillis par Didier Galibert

Sur le même sujet

Agua Fresca Citron Pomelo Orange

Agua Fresca Citron Pomelo Orange

Offrez un coup de frais à votre organisme !

Agua Fresca Fenouil Citron Menthe

Agua Fresca Fenouil Citron Menthe

Cocktail gagnant pour carafe chic à partager.

tension

Quand s’inquiéter d’une poussée de tension artérielle?

Le point sur les symptômes qui doivent donner l’alerte.

Danse et pilates

Danse et pilates, le duo gagnant

Pour mincir des cuisses en quelques semaines.

 

Produits & Livres

HORMETA

Maxi produits de beauté en format mini

En voyage, ne renoncez plus à vos rituels de beauté !

Les sels de bain, c’est le pied

Les sels de bain, c’est le pied

Mettez-vous les doigts de pieds en éventail.

OENOBIOL AUTOBRONZANT

Bronzer sans s’exposer, on dit oui

Bonne auto-bronzette !

slim design

La chasse aux capitons est ouverte

Le nouveau soin Slim Design Nuit d’Elancyl prend le problème à bras le gras !