CYSTALIA
Épilepsie : barrer la route aux crises

Épilepsie : barrer la route aux crises

14 mars 2016
Six cent mille Français souffrent d’épilepsie, ou plus car les malades ont du mal à en parler. Pourtant les traitements se sont affinés et la chirurgie et la neurostimulation peuvent être proposées dans les cas réfractaires.

 

Chiffre

Chiffre

70 % des patients répondent bien aux médicaments antiépileptiques. Source : Inserm

Les crises d’épilepsie sont des décharges électriques anormales et excessives au niveau des neurones sur une surface plus ou moins étendue du cortex cérébral. Les symptômes épileptie varient en fonction de l’importance de la zone touchée et de sa localisation. Différentes causes sont possibles : prédisposition génétique, malformation, cicatrice après un traumatisme, accident vasculaire cérébral…

 

Manifestations des crises d’épilepsie

Il existe deux principales formes de crise épileptique.

Crises convulsives généralisées

La décharge est diffuse et se traduit par une perte de conscience immédiate de quelques minutes, avec chute brutale et raideur de tout le corps, hypersalivation et secousses au niveau des membres.

Crises partielles

Les symptômes correspondent à la région cérébrale touchée, troubles visuels, hallucinations, mouvements involontaires ou encore absences de plusieurs minutes, avec perte totale de la maîtrise du comportement, et sont handicapants quand les crises sont fréquentes. La plupart du temps, elles surviennent brutalement, sans crier gare. D’où la nécessité d’un traitement permanent.

 

Médicaments ou chirurgie contre l’épilepsie ?

Aucun médicament ne guérit les malades, mais il existe de nombreux médicaments antiépileptiques aux modes d’action différents, permettant de supprimer les crises. Ils ont cependant des effets indésirables, variables d’un médicament à l’autre et d’une personne à l‘autre. Les plus fréquents : somnolence, fatigue, troubles digestifs, prise ou perte de poids, éruptions cutanées. Il faut parfois en essayer plusieurs avant de trouver celui convient le mieux mais, même si les derniers anticonvulsivants se révèlent efficaces chez des personnes réfractaires aux médicaments classiques, 20 à 30 % n’ont pas de solutions satisfaisantes. C’est l’intérêt de la chirurgie, qui consiste à ôter la zone du cerveau responsable des crises et de la neurostimulation… mais ce n’est pas toujours possible.

Conseils de Pharmacien

Conseils de Pharmacien

  • Attention, les antiépileptiques, surtout les plus anciens, peuvent interagir avec de nombreux médicaments en diminuant leur efficacité (pilule) ou en augmentant leur toxicité.
  • Ne prenez pas d‘autres médicaments sans l’avis du médecin ou du pharmacien, certains peuvent déséquilibrer le traitement antiépileptique.
  • Si vous oubliez une prise, prenez-la dès que vous vous en apercevez, mais si c’est à l’heure de la prise suivante, ne doublez pas la dose. En cas de doute, demandez conseil.

 

Infos utiles sur l’épilepsie

Association Épilepsie-France, 13 rue Frémicourt, 75015 Paris. Tél. : 01 53 80 66 64. Site Internet www.epilepsie-france.fr et Fondation française pour la recherche sur l’épilepsie, 28 rue Tronchet, 75009 Paris. Tél. : 01 47 83 65 36.

Evelyne Gogien

Le choix de la rédac

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais

L’huile de coco : l’huile végétale multi usage de l’été

Corps