Allergie ou Intolérance alimentaire ?

Allergie ou Intolérance alimentaire ?

07 mars 2016

« Ma fille ne supporte pas certains aliments. Allergie, hypersensibilité ou intolérance alimentaire ? », Colette, 33 ans

 

Gluten, arachides, lactose, autant de substances qui font l’objet de toutes les attentions. Il est important de différencier l’intolérance alimentaire de l’allergie alimentaire ou encore d’une plus délicate hypersensibilité.

Identifier une allergie alimentaire n’est pas toujours facile. On distingue l’allergie alimentaire vraie qui fait intervenir une réaction immunologique lors de l’ingestion d’un allergène alimentaire appelé trophallergène, par opposition aux pseudo-allergies qui surviennent après ingestion d’aliments riches en histamine (choucroute, poisson frais, vin, aliments fermentés…) et tyramine (chocolat), ou contenant des substances histamino-libératrices (fraise, tomate, crustacés…). Dans l’allergie vraie, une quantité infime de substance peut suffire à tout provoquer, alors que dans la pseudo-allergie c’est la quantité d’aliment qui déclenche les symptômes.

Maladie cœliaque : le gluten en cause

Les intolérances alimentaires ne relèvent pas non plus d’un mécanisme immunitaire.
L’exemple le plus connu est celui de la maladie cœliaque qui n’est pas une allergie au sens strict, mais une intolérance au gluten. Elle est due à une malabsorption intestinale des protéines du blé, de l’orge et du seigle. L’intolérance au lactose est due à un déficit en lactase, enzyme indispensable à l’absorption du lactose et à la digestion du lait ; il ne faut pas la confondre avec l’allergie aux protéines de lait de vache.

Allergènes courants : arachide ou œufs

L’arachide est un allergène à déclaration obligatoire. La dose qui déclenche la réaction peut être très faible (100?µg de cacahuètes suffisent !) mais les réactions sont sévères.
Dans l’œuf, les protéines allergisantes sont essentiellement contenues dans le blanc, mais il existe souvent une allergie croisée entre le blanc et le jaune.

Quel traitement pour quel trouble ?

La désensibilisation alimentaire est peu efficace et le régime d’éviction est le traitement de base. La difficulté est que le trophallergène peut pénétrer par différentes voies : digestive, cutanée (crème à base de lait ou d’avoine par exemple), ou respiratoire (inhalation de vapeur de crustacés). L’allergie alimentaire est quasi certaine lorsque le moment de survenue est rapide après l’ingestion (moins de deux heures). Il existe des tests qui explorent l’hypersensibilité immédiate par piqûre épidermique, ils sont réalisés par l’allergologue avec les aliments suspects.

Le choix de la rédac

Du baume au corps

Corps

Du baume au corps

Riche en plantes médicinales bio

Chacun ses goûts !

Les bons aliments

Chacun ses goûts !

A vous de choisir !

Les chats aussi nous soignent

Chat

Les chats aussi nous soignent

Une encyclopédie dédiée aux petits félins et à leurs pouvoirs

Solutions d’hiver

Petits maux

Solutions d’hiver

Azéol pour lutter contre les maux de la sphère ORL