Comment vaincre l’énurésie ?

Comment vaincre l’énurésie ?

06 mars 2016

Une fois passé le cap de la propreté, certains enfants rencontrent des difficultés persistantes pour maîtriser leur vessie pendant leur sommeil. Autrement dit, ils sont abonnés au pipi et au lit, et leurs parents sont vite agacés par les lessives permanentes que cela impose. Comment remédier à cette situation ?

 

L’énurésie, mode d’emploi

L’énurésie est le nom médical de ce que le commun des mortels appelle le « pipi au lit ». Ce terme désigne le fait d’uriner inconsciemment et involontairement dans son sommeil, que ce soit la nuit ou pendant la sieste. Il existe plusieurs types d’énurésie. Lorsque l’enfant n’a jamais réussi à contrôler totalement sa vessie, on parle d’énurésie primaire, qui touche 10 à 15% des enfants de cinq ans, et 6 à 8 % des enfants de 8 ans. Ce trouble peut persister jusqu’à l’adolescence : à 15 ans, l’énurésie touche encore 1 à 2% des jeunes. Lorsqu’une énurésie apparaît après plusieurs mois de propreté, on parle alors d’énurésie secondaire. Les causes sont multiples : trouble hormonal, hérédité, troubles affectifs et psychologiques, symptôme d’une maladie comme le diabète ou une infection urinaire… il est important d’explorer toutes les facettes de la question, et plusieurs facteurs peuvent être associés dans le déclenchement de l’énurésie.

 

Comment réagir face à l’énurésie ?

Même exaspérés par les réveils nocturnes et les draps à laver au réveil, les parents ne doivent pas culpabiliser l’enfant qui souffre d’énurésie. Le pauvre chaton est le premier mortifié de ce qui lui arrive, c’est inutile d’en rajouter : il ne contrôle pas son corps lorsqu’il dort, et une réprimande ne l’aidera en rien, non plus que des couches infantilisantes. Mieux vaut dédramatiser et lui expliquer ce qui se passe dans son corps pour qu’il ne s’enferme pas dans une culpabilité qui pourrait aggraver ses troubles.

L’échange entre les parents et l’enfant aide au contraire à agir sur le problème et à modifier son comportement. A quelle fréquence l’enfant fait-il pipi dans la journée ? Vide-t-il bien toute sa vessie lorsqu’il va aux toilettes ? Boit-il suffisamment dans la journée ou éprouve-t-il le besoin de compenser le soir ? De nombreux parents observent des résultats en demandant à leur enfant de ne pas boire dans les deux à trois heures avant le coucher, et en surveillant qu’il se vide bien la vessie juste avant de filer au lit. Instaurer un réveil grâce à une alarme de bon matin habituera l’enfant à se réveiller pour aller aussitôt uriner. Les spécialistes rappellent aussi qu’il est important d’aménager la chambre de l’enfant pour que l’accès aux toilettes soit facile : éviter les lits en hauteur, mettre un pot de chambre si les WC sont loin, placer une veilleuse pour qu’il trouve son chemin…

Si après avoir appliqué toute cette pédagogie, le problème persiste, votre médecin pourra proposer un traitement médicamenteux et une rééducation vésico-sphinctérienne. Une consultation psychologique peut aussi s’avérer utile pour comprendre les facteurs déclencheurs de l’énurésie, surtout en cas d’énurésie secondaire.

À lire avec les enfants

À lire avec les enfants

POUR PIPI AU LIT du Dr Catherine Dolto ; Editions Gallimard Jeunesse ; 28 pages ; 6,20 €
MAX FAIT PIPI AU LIT de D. de Saint-Mars et S. Bloch ; Editions Calligram ; coll. « Max et Lili » ; 48 pages ; 4,90 €
PETIT LAPIN BLANC ET LE PIPI AU LIT – M-F Floury et F. Boisnard ; Editions Gautier-Languereau ; 22 pages ; 2 €

Caroline Dubois

Le choix de la rédac

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais