OKEO SANTE
panaris

Comment soigner un panaris

22 juin 2017
Cette infection bactérienne de l’extrémité du doigt de la main, plus rarement d’un orteil, est douloureuse et il faut la traiter rapidement.

 

Encore appelé mal blanc, le panaris est dû à une infection des tissus autour de l’ongle par des bactéries (staphylocoque doré le plus souvent, ou streptocoque, entérocoque…). Le germe pénètre sous la peau à la suite d’une petite blessure qui passe parfois inaperçue et se développe en quelques jours. Même une lésion minime (coupure, écharde, soins de manucure un peu brutaux, trituration de la cuticule, arrachement de petites peaux, percement d’ampoules…) peut entraîner un panaris. Les personnes souffrant de maladies chroniques (diabète, troubles de l’immunité…) sont plus à risque ainsi que les travailleurs manuels (cuisiniers, bouchers…).

 

Attention à l’abcès

En prévention

En prévention

Lavez-vous les mains régulièrement.
  • Nettoyez et désinfectez immédiatement toute plaie sur un doigt.
  • Portez des gants pour jardiner ou bricoler.
  • Ne rongez pas vos ongles, et n’arrachez pas les petites peaux autour de ceux-ci.
Le panaris est souvent douloureux. Il se manifeste par une rougeur sur le pourtour de l’ongle de la main (ou d’un orteil), accompagnée d’un gonflement, d’une sensation de chaleur… Il peut très vite se compliquer et entraîner la formation d’un abcès (poche de pus) sous ou autour de l’ongle ou dans la pulpe du doigt. La douleur devient alors pulsatile (battement dans le doigt au rythme du cœur), permanente et intense. Une fièvre peut apparaître. À ce stade, il est nécessaire d’inciser le panaris.

S’il n’est pas soigné à temps, des complications peuvent apparaître. L’infection peut même se propager aux tissus voisins (gaines des tendons, articulations et os du doigt et de la main…) et générer des séquelles graves (perte de la mobilité ou de la sensibilité de la main).

 

À domicile, un bain antiseptique

Un panaris débutant, non compliqué (sans abcès), se soigne facilement en plongeant le doigt plusieurs fois par jour dans un bain antiseptique (hexomédine transcutanée pure, par exemple) jusqu’à la régression de l’inflammation. Entre deux bains, on peut protéger le doigt avec une compresse sèche, non serrée pour éviter que l’infection et la contamination ne se propagent. Ne pas manipuler d’aliments pour éviter de souiller la nourriture. La prise d’antalgiques (paracétamol) peut permettre de diminuer la douleur.

 

L’incision, réservée au chirurgien

Ne percez jamais l’abcès vous-même ! Si l’inflammation n’a pas régressé au bout de 48 heures avec un traitement antiseptique local, en cas de fièvre et de forte douleur, une consultation médicale en urgence est nécessaire. Le chirurgien incisera l’abcès (sous anesthésie locale ou générale) pour drainer le pus. Des antibiotiques sont souvent prescrits et les soins locaux antiseptiques doivent être rigoureux avec une surveillance quotidienne de l’évolution. La cicatrisation complète est obtenue en une à deux semaines.

Tétanos : vérifiez votre statut vaccinal

Tétanos : vérifiez votre statut vaccinal

En cas de lésion cutanée, vérifiez que votre vaccination antitétanique est à jour. Les rappels de l’adulte sont désormais recommandés aux âges fixes de 25 ans, 45 ans et 65 ans, puis tous les dix ans. Si la vaccination est trop ancienne lors de la prise en charge d’une plaie, l’injection dans un bras d’un sérum antitétanique (immunoglobuline tétanique humaine 250 UI) apporte une protection immédiate. Elle s’associe alors à une dose de vaccin antitétanique dans l’autre bras.

 

Christine Fallet

Le choix de la rédac

Avis aux cheveux et ongles fatigués

Cheveux

Avis aux cheveux et ongles fatigués

Une petite dose de nutriments essentiels…

Pour une peau hydratée et protégée !

Visage

Pour une peau hydratée et protégée !

Il devient indispensable !

Pour une rentrée dynamique et sereine

Compléments alimentaires

Pour une rentrée dynamique et sereine

Les compléments alimentaires vous accompagnent

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

DEFENCIA