Cicatrices : sauvez votre peau

Cicatrices : sauvez votre peau

05 mars 2021
Sur le visage ou sur le corps, une lésion réclame quelques attentions pour se faire oublier au plus vite…

 

Brûlée, victime d’acné sévère, déchirée accidentellement ou coupée par nécessité lors d’une opération chirurgicale… Une peau abîmée pour une raison ou pour une autre entame rapidement son processus naturel de réparation. Le but ? Se régénérer vite pour éviter que des agents infectieux extérieurs pénètrent dans l’organisme. Les cellules cutanées se mobilisent alors à l’endroit de la plaie. Elles se multiplient comme pour combler une brèche et reconstituent ainsi les tissus endommagés. Selon la surface ou la profondeur de la plaie, l’endroit où elle se situe et la constitution de chacun, le processus de cicatrisation est plus ou moins long et homogène. Voilà pourquoi toutes les traces laissées par les ouvertures de la peau ne sont pas identiques. Cependant, le code de conduite à avoir à l’égard des cicatrices est le même pour tout le monde. Il faut tout mettre en œuvre pour favoriser le processus de réparation et faire en sorte ce qu’il reste de la lésion soit le plus discret possible.

 À lire aussi : A flore de peau

 

Le temps de la croûte

La première étape du processus de cicatrisation consiste à irriguer de nouveau les tissus. Là où ils ont été entaillés, de petits vaisseaux sanguins se forment à partir des préexistants. Le sang affluant par ces nouveaux vaisseaux forme une croûte de protection. C’est en dessous de cette petite carapace, à l’abri des bactéries extérieures, que la peau va pouvoir se reconstituer. Il est donc très important d’attendre que la croûte tombe toute seule, signifiant par là que la peau en dessous est prête. Sous peine de ralentir la réparation et d’obtenir une cicatrice indélébile à sa place, il ne faut jamais arracher une croûte prématurément, ou la faire tomber en la ramollissant dans l’eau d’un bain.

 À lire aussi : Quand la peau tire, la soulager naturellement

 

Le coup de pouce des crèmes

Il existe des soins dermocosmétiques qui, au quotidien, aident la peau à se réparer convenablement. En cas de petites plaies – brûlures, écorchures, coupures ménagères –, ces produits (en crème, gel, pommade…) accélèrent le processus de réparation naturel de la peau. En vente libre en pharmacie, ils contiennent généralement du sucralfate, aux vertus réparatrices, du zinc et du cuivre capables d’assainir la plaie, ou de l’eau thermale qui apaise.

 

L’étape clé du massage

À partir du moment où la lésion est refermée et que la croûte est tombée, il est conseillé de procéder chaque jour à un petit massage de la cicatrice pour en améliorer l’aspect. Cette gestuelle est un petit palper-rouler effectué du bout des doigts sur toute la longueur de la cicatrice. Pour faciliter la glisse des doigts, le moment idéal du massage est celui de l’application de la crème cicatrisante.

 À lire aussi : Huiles végétales : celles qui prennent soin  de notre peau

 

Et une protection longue durée

On imagine volontiers que dès que la croûte tombe, le processus de cicatrisation est achevé. Or, ce n’est qu’au bout de douze à dix-huit mois que la peau a fini de se reconstituer. Voilà pourquoi il faut veiller pendant toute cette période à protéger la cicatrice du soleil. Car, sous l’effet des ultraviolets, les tissus encore immatures se pigmentent. Il serait alors beaucoup plus compliqué – voire impossible – de faire disparaître la cicatrice à jamais.

Véronique Aïache

Le choix de la rédac

(Très) haute protection

Soins solaires

(Très) haute protection

Convient à toute la famille dès 6 mois.

Les huiles essentielles ciblées

Huiles essentielles

Les huiles essentielles ciblées

Soigner les petits maux du quotidien

Un corps apicole

Corps

Un corps apicole

Trois formules uniques pour toute la famille

La recette naturelle pour des gambettes légères

Circulation sanguine

La recette naturelle pour des gambettes légères

Créez votre huile bienfaisante