Choisir un chiot sur son caractère

Choisir un chiot sur son caractère

17 juin 2022
Fera-t-il un bon compagnon pour les enfants plus tard ? Un bon gardien ? Sera-t-il hyperactif ou calme ? Au sein d’une portée, chaque chiot a un caractère différent : sachez reconnaître le vôtre…

 

En psychologie humaine, le tempérament se définit par des traits de comportements qui diffèrent selon les individus et qui sont stables au cours du temps. Chez les très jeunes chiots, certains comportements précoces en disent aussi long sur leur comportement futur. Avant de choisir, il faut donc observer toute la portée et bien réfléchir au type de chien qui s’accordera le mieux avec sa personnalité et son mode de vie.

 À lire aussi : DOSSIER – Chiens et enfants : précautions de base

 

Degré de socialisation ?

Chez le chien, les mâchoires sont les seuls « outils » de préhension et un chiot identifie les éléments de son environnement grâce à ses dents. Il est donc normal qu’un chiot mordille mais normalement, dès l’âge de 8 semaines, il doit savoir jouer avec quelqu’un qui le sollicite sans lui faire mal. S’il a tendance à s’exciter et à mordiller vos doigts, il doit relâcher la pression lorsque vous dites « aïe » ou « non ». S’il insiste et qu’il a du mal à jouer sans brutalité, c’est un signe que les comportements sociaux de base ne sont pas encore acquis. Un tel chiot aura besoin d’être encadré très attentivement à partir de son adoption et l’aide d’un professionnel du comportement sera peut-être nécessaire. La prévention des troubles du développement est toujours plus efficace si la prise en charge est précoce.

Si, en plus de ne pas savoir inhiber ses réflexes de morsure dès qu’on interagit avec lui, vous observez que le chiot n’accepte pas de rester calme quand on le câline et qu’il se conduit brutalement envers les autres chiots de la portée, méfiez-vous encore plus. Il pourrait s’agir d’un syndrome d’hypersensibilité-hyperactivité, un trouble du comportement responsable de nombreux abandons.

 À lire aussi : L’agressivité chez le chien : une affaire d’éducation

 

Quelle tolérance à la contrainte ?

Pour évaluer le niveau de docilité d’un chiot, faites ce test simple : prenez le chiot sur vos genoux et retournez-le sur le dos en le maintenant doucement au niveau des épaules, tout en lui laissant la possibilité de bouger. Les chiots les plus rebelles expriment clairement leur refus de la situation : ils jappent, couinent, tentent de mordre, agitent vivement les membres et se retournent très vite. Les plus dociles arrivent en revanche à tolérer cette « contrainte » plus de 30 secondes.

Si vous avez peu d’expérience en matière d’éducation canine, mieux vaut éviter d’adopter un rebelle par nature ! Avec un chiot qui déteste la contrainte, tout apprentissage réclamera patience et fermeté, même lorsqu’il s’agira simplement de lui nettoyer les oreilles.

Niveau d’indépendance ?

Si cela est possible, demandez à l’éleveur d’observer le chiot hors de la présence de ses repères habituels, par exemple dans une salle dédiée à la présentation des animaux aux clients, équipée de jouets et d’objets nouveaux. Un chiot qui découvre un lieu inconnu est normalement curieux de tout.

L’explorateur

Sans avoir besoin d’y être encouragé, un chiot indépendant sera tenté d’explorer activement son environnement, sans beaucoup se préoccuper des gens qui l’observent. Un tel comportement va en général de pair avec l’acceptation relativement facile du départ de l’élevage, puis d’une séparation momentanée avec son maître – si le chiot a de quoi s’occuper en l’attendant, bien sûr.

Un comportement exploratoire qui se manifeste naturellement dans le très jeune âge a généralement tendance à perdurer. Ce type de chien convient bien à un maître dynamique, qui l’emmènera beaucoup à l’extérieur pour qu’il satisfasse sa curiosité et dépense son énergie.

 À lire aussi : Courir avec son chien, mode d’emploi

 

L’inhibé

Si un chiot ne s’intéresse pas spontanément à un lieu nouveau et qu’il refuse d’explorer l’environnement même si on le sollicite, interrogez l’éleveur. Est-ce la première fois que le chiot se conduit ainsi ou est-ce le cas dès que la situation est nouvelle ? Combien de temps lui faut-il pour être en confiance ?

À l’extrême, un chiot très calme, qui joue peu et qui adopte une attitude de retrait face à la nouveauté, peut être atteint d’un trouble du comportement que l’on appelle la « dépression de détachement précoce ». Dans ce cas, il arrive que le chiot présente des réactions exagérées de peur : s’il est surpris, il tremble et peut même tomber sur le côté.

Si vous avez le moindre doute quant aux capacités d’adaptation du chiot, évitez a priori de jeter votre dévolu sur lui en pensant que, avec vous, « il se sentira en sécurité ». Un chiot timide est souvent jugé attendrissant mais, attention, ce type de chien peut rester peureux et poser problème plus tard.

L’inné et l’acquis

Il existe des tests codifiés pour apprécier le caractère d’un chiot (voir encadré). Leurs résultats permettent de déterminer les tendances comportementales des chiots. Mais attention : en fonction de son mode de vie et de l’attitude de son propriétaire, le comportement d’un chien évolue. Sous l’influence d’un environnement stressant et de méthodes d’éducation inappropriées, un chiot a priori très sociable à l’âge de 2 mois peut très bien se montrer agressif plus tard.

Les tests de Campbell

Les tests de Campbell

En 1975, un éthologiste américain, William Campbell, a proposé des tests censés déceler le caractère dominant des chiots âgés de 7 à 8 semaines. Ces tests sont toujours d’actualité ; ils comportent cinq exercices réalisables en quelques minutes et faciles à interpréter. Le descriptif et les conditions de réalisation de ces tests figurent sur de nombreux sites internet. La fiabilité des résultats dépend cependant de la standardisation du déroulement des exercices : le lieu, la durée, la nature des stimuli présentés, la durée d’exposition à ces stimuli doivent être identiques pour tous les chiots. La seule variable du test doit être la réponse du chien.

Les tests comportementaux sont une source d’information intéressante pour le futur propriétaire. Celui-ci peut théoriquement sélectionner dans une portée le chiot qui correspond le mieux à sa personnalité ou à l’utilisation qu’il veut en faire.

Le choix de la rédac

Du baume au corps

Corps

Du baume au corps

Riche en plantes médicinales bio

Chacun ses goûts !

Les bons aliments

Chacun ses goûts !

A vous de choisir !

Les chats aussi nous soignent

Chat

Les chats aussi nous soignent

Une encyclopédie dédiée aux petits félins et à leurs pouvoirs

Solutions d’hiver

Petits maux

Solutions d’hiver

Azéol pour lutter contre les maux de la sphère ORL