C’est du propre !

C’est du propre !

03 janvier 2019
Savon liquide ou solide, avec ou sans parfum, de PH neutre, surgras, bio, pour le corps ou le visage… Quand on veut se faire mousser, mieux vaut savoir où donner du produit…

 

C’est en Grèce Antique que la notion d’hygiène a fait corps avec celle de la santé. Pour ces aïeuls, hugienon – traduisez par la santé – signifiait en effet qu’il fallait être propre pour ne pas tomber malade. Les prémices de la médecine ne s’y trompaient pas. Selon les contemporains de Hippocrate, débarrasser chaque sa peau des impuretés qui l’encombrent s’apparentait moins à un geste de beauté qu’à un indispensable rituel sanitaire. Leur restait à trouver un moyen d’optimiser l’action nettoyante de l’eau et des bains de vapeur dont ils avaient le secret. Le savon intervient alors dans leur quotidien. Il n’est plus question d’utiliser comme leurs ancêtres mésopotamiens des cendres mélangées à de la suif ou des graisses animales pour se nettoyer. Les Grecs préfèrent à ces mixtures abrasives, des pains plus doux comme le savon d’Alep, à base d’huile d’olive et d’huile de baies de laurier. L’évolution du savon ainsi en route, il accompagnera les civilisations du monde entier sans jamais cesser d’être perfectionné.

 

La douceur à fleur de peau

Peu importe la forme – pain, gel, crème ou huile – que le savon adopte aujourd’hui, sa mission perdure. En revanche, l’évolution industrielle et la dermatologie passant par là, ce produit a emboîté le pas du progrès et épouse désormais toutes les causes cutanées. En pharmacie comme sur les linéaires des magasins, le choix est aussi vaste que les textures sont diverses. Non contents de faire peau propre, ils lient désormais l’utile à l’agréable, l’hygiène à la beauté, par la sélection de leurs composants. Les agents émollients hydratent et adoucissent les épidermes assoiffés. Les ingrédients purifiants assainissent en douceur les terrains gras ou acnéiques. Comble du dévouement, par respect pour le PH de notre peau, certains « savons » n’en contiennent plus… Enfin, les parfums qui se mêlent aux mousses enivrent les sens pour mieux nous séduire.

 À lire aussi : Le froid n’aura pas votre peau

 

Bloc, liquide ou sans savon, les savons sont nombreux

Bloc, liquide ou sans savon, les savons sont nombreux

  • Un savon dit traditionnel est le résultat d’une réaction chimique, la saponification, entre un corps gras animal (suif, saindoux…) ou végétal (huile d’olive par exemple) et une base minérale (soude ou potasse). Lorsqu’on parle de savon surgras, il s’agit d’un savon traditionnel enrichi (à 10 %) d’agents nourrissants comme l’huile d’amande douce ou le beurre de karité. Le savon liquide – à ne pas confondre avec une crème lavante ou un gel douche – contient plus d’eau et parfois des additifs, pour lutter contre le calcaire par exemple.
  • Pour ce qui est du pain dermatologique, appelé aussi « savon sans savon » ou syndet, il est fabriqué avec des tensioactifs qui sont des agents lavants de synthèse. Certaines formules y ajoutent 25% d’actifs surgraissants, ce qui diminue la quantité de mousse produite.

 

 À lire aussi : DOSSIER – Comment bien nettoyer sa peau

 

À chaque mousse, sa mission, à chaque peau, son savon

Votre peau est normale ? Quelle chance ! Vous pouvez tester tous les savons qui vous plaisent ! En effet, armées pour se défendre contre les attaques du calcaire de l’eau, les peaux normales ne craignent pas grand-chose sous la douche. Cependant, la meilleure option pour le respect de votre peau est d’utiliser des savons naturels comme le ceux de Marseille ou d’Alep, voire un savon noir cosmétique. Tous trois fabriqués à base d’huiles végétales, ils respectent le pH de la peau tout en la débarrassant efficacement de ses impuretés. En version solide ou en liquide, qu’importe la texture, pourvu qu’elle vous plaise.

Ma peau sèche veut être hydratée

Elle tiraille quand on la sèche après l’avoir lavée, elle a tendance à desquamer ou se fendiller plus particulièrement en hiver, elle s’affiche très rêche aux articulations… Il n’en faut pas plus pour comprendre que votre peau manque cruellement d’eau et de lipides. Les savons surgras lui sont tout dédiés. Enrichi en actifs hydratants comme l’huile d’amande douce ou le beurre de karité, ce type de produit a pour mission de limiter le dessèchement de la peau. Attention, cela ne vous dispense pas de l’application d’une bonne crème hydratante après la douche ou le bain.

 À lire aussi : 10 signes pour reconnaître une peau déshydratée

 

Ma peau réactive réclame de la douceur

Normal qu’elle ait besoin d’être cajolée puisqu’elle réagit à la plus petite agression. Un parfum chimique, un actif trop puissant, une formule trop décapante… Et la peau voit rouge ! Plaques, tiraillements, picotements… sont autant de désagréments dont on peut l’épargner si on ne veut pas aggraver sa situation et transformer une simple sensibilité en apparition de boutons ou de desquamation sévère. La solution ? Miser sur des syndets liquides au PH neutre et sans parfum, enrichis à 35% d’actifs adoucissants tels que les huiles végétales (amande douce, avocat, ricin, jojoba, argan) ou lait (ânesse, coco, figue). Ces derniers permettent à la peau de reconstituer sa précieuse barrière cutanée.

 Ma peau grasse désire être assainie

Zoom ici sur le visage et le décolleté ! En effet, les excès de sébum ne se manifestent pas ailleurs sur le corps. Voilà pourquoi il est important dans ce cas de ne pas utiliser le même savon pour le visage et pour le corps. Le but ici sera d’assainir la peau sans l’agresser. Sont tout désignés les syndets liquides ou solides ciblés peaux grasses. Même s’ils contiennent des graisses animales comme la graisse de bœuf, du suif ou du saindoux et produisent peu de mousse, ces produits ont quand même une action purifiante qui est souvent renforcée par des actifs assainissants tels que l’argile verte, le cuivre ou le zinc, aux effets cicatrisants.

 

Conseils de pharmacien : quel est le pH idéal pour votre peau ?

Conseils de pharmacien : quel est le pH idéal pour votre peau ?

Dit pH, le potentiel hydrogène correspond au taux d’acidité ou d’alcalinité d’un produit. Plus le pH d’un produit est élevé, à savoir situé entre 7 et 14, plus il se montrera alcalin, donc décapant. Partant de là, mieux vaut choisir pour sa toilette quotidienne un savon au pH dit neutre, identique à celui de la peau, soit à 5,50. C’est par ce qu’elle légèrement acide de nature que sa barrière protectrice, le film hydrolipidique, est capable de maintenir son taux d’hydratation et de la défendre contre les attaques microbactériennes. Si on altère ce bouclier, on expose l’épiderme à plusieurs pathologies, types desséchement cutané, allergies, irritations, eczéma…

 

Véronique Aïache

Le choix de la rédac

Un p’tit cahier pour mettre les enfants au vert

Enfants

Un p’tit cahier pour mettre les enfants au vert

Découvrez tous les bienfaits de la nature…

Des bouchons d’oreille qui font des merveilles

Maladies ORL

Le yoga, cet atout santé
Bien-être

Yoga / qi gong / watsu

Des aisselles fraiches sans sels

Corps

Des aisselles fraiches sans sels

Efficacité et douceur