Cancers bronchiques au féminin

Cancers bronchiques au féminin

16 mars 2016
Les femmes sont plus sensibles au tabac que les hommes, mais elles bénéficient davantage des thérapies ciblées et répondent mieux aux chimiothérapies.

 

Les experts réunis en janvier, au 18e congrès de pneumologie de langue française à Paris étaient unanimes : dans les 10 à 15 années à venir, le cancer bronchique deviendra aussi fréquent chez les femmes que chez les hommes, comme c’est déjà le cas aux États-Unis.

 

Spécificités féminines du cancer poumon

Chiffre

Chiffre


11 300
Françaises ont été touchées par le cancer du poumon en 2012. Source : Institut de veille sanitaire, InVS. 
Les femmes fument de plus en plus et plus tôt, mais ce n’est pas la seule raison. À tabagisme égal, les femmes sont plus touchées que les hommes. Certains mécanismes de défense et de détoxification vis-à-vis du tabac paraissent moins en place chez les femmes jeunes et une augmentation de l’activité de certaines enzymes favorise l’effet carcinogène des produits contenus dans la cigarette. Par ailleurs, les hormones naturelles, jusqu’à la ménopause, et la consommation de produits contenant des hormones (pilule contraceptive, traitement hormonal substitutif) influencent négativement l’évolution des cancers, dont celui du poumon.

Enfin, pour des raisons encore mal connues, les femmes ont tendance à mieux répondre à la chimiothérapie. Indépendamment de l’âge, du stade, de l’histologie et des modalités thérapeutiques, la survie des femmes est supérieure à celle des hommes.

 

Traitements adaptés en matière de cancer du poumon

Les chercheurs prônent ainsi des stratégies thérapeutiques adaptées au sexe féminin, don deux axes sont particulièrement intéressants.

  • Thérapies ciblées
    Elles ciblent les anomalies moléculaires propres aux femmes.
  • Traitements antihormonaux
    Ils prennent en compte les phénomènes féminins pour augmenter l’efficacité des traitements classiques. C’est déjà le cas dans le cancer du sein, mais cette piste paraît prometteuse également dans le cancer bronchique. Les résultats d’un essai en cours dans 50 centres français sur l’intérêt de cette stratégie en termes de survie seront connus dans 2 ans.

 

Chiffres alarmants

  • Si, chez les hommes, le taux de mortalité par cancer du poumon a diminué de 6 % depuis 2009 tout en restant la principale cause de décès en Europe, la mortalité des femmes augmente régulièrement.
  • En France, on évalue à 73 000 le nombre de décès imputables au tabac (pas seulement le cancer du poumon), dont 14 000 chez les femmes contre 4 000 dix ans plus tôt.
  • Les 9 000 décès de femmes dus au cancer du poumon talonnent aujourd’hui de près les chiffres du cancer du sein (11 800).
  • Il n’est plus rare aujourd’hui de rencontrer dans les services spécialisés des patientes de moins de 50 ans, voire de moins de 40 ans, selon le Pr Julien Mazières, pneumologue et oncologue au CHU de Toulouse.
Lucile Dautrement

Le choix de la rédac

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais