Brûlures légères

Brûlures légères

19 mars 2021
« Comment soigner des brûlures superficielles ? », Charlotte, 40 ans.

 

Flamme de bougie, eau trop chaude, ustensile de cuisine brûlant… Se brûler par accident est vite arrivé et, si on a de la chance, ce ne sont que les couches superficielles de la peau qui sont endommagées. Sur ce que l’on appelle une brûlure au premier degré, des cloques ne se forment pas et la plaie cicatrise en quelques jours sans laisser de marques. Cependant, ce n’est pas une raison pour ne pas parer à l’urgence. À savoir la douleur.

 À lire aussi :  Fiche santé – les brûlures

 

Quelle que soit l’étendue de la brûlure, il est impératif de refroidir la zone atteinte pour éviter la progression de la douleur et l’aggravation des dommages cutanés. Il faut donc passer la zone touchée pendant dix à quinze minutes sous de l’eau froide. Reste à appliquer un spray antiseptique puis une pommade spécifique en couche épaisse avant de protéger la plaie avec un pansement. Il est nécessaire de renouveler l’application plusieurs fois par jour pendant au moins dix jours, le temps que la peau se reconstitue. La formulation des soins spécifiques est faite à base de glycérine, d’acide hyaluronique ou d’allantoïne. Ces actifs ont tous pour mission d’apaiser, de réhydrater la peau et d’accélérer son processus de cicatrisation. Leurs propriétés anti-inflammatoires permettent de conjurer les risques d’infections. Éviter en revanche les remèdes dits de grands-mères, type beurre, pomme de terre ou dentifrice. Contrairement à ce que l’on croit, il ne faut pas appliquer de gras sur une peau brûlée même au premier degré. À défaut de calmer la douleur et de soigner la plaie, ce dernier ne fait que les entretenir.

 À lire aussi : Soigner les bobos vite et bien

 

Véronique Aïache

Le choix de la rédac

Pour tous les corps

Maladies chroniques

Fines douches

Corps

Fines douches

Pour toute la famille

100 % naturelle

Corps

100 % naturelle

Des actions multiples

Le long silence

Femmes enceintes

Le long silence

« On ne dit rien avant la première échographie »