CYSTALIA
BRONZER SANS SOLEIL

Bronzer sans soleil ni UV, bientôt possible ?

13 juillet 2017
Des chercheurs ont découvert un possible remède pour les peaux abonnées au coup de soleil : une crème pour bronzer sans soleil et sans UV.

 

Une solution pour obtenir une peau bronzée sans s’exposer au soleil ou virer à l’orange après une application maladroite d’autobronzant, on en rêve ! Des chercheurs américains ont peut-être trouvé une solution à nos déboires estivaux, voire à long terme une réponse au risque de cancer de la peau induits par le rayonnement solaire : une crème capable de faire bronzer sans s’exposer au soleil ni s’allonger dans une cabine à UV.

 

Une crème qui stimule la synthèse de mélanine

La mélanine, vous connaissez bien sûr, c’est ce pigment secrété par la peau sous l’effet des UV qui provoque la coloration de la peau. Photoprotectrice, cette molécule produite par les mélanocytes, cellules de l’épiderme, protège la peau des rayons UV du soleil en les absorbant et en les restituant sous forme de chaleur. Le Pr David Fisher et son équipe de l’Ecole de médecine de de l’Université de Boston et de Harvard ont testé de petites molécules qui agissent au niveau du gène MITF, impliqué (parmi d’autres) dans la synthèse de la mélanine. En le stimulant, ils sont parvenus à augmenter la quantité de mélanine produite dans les mélanocytes, provoquant un brunissement de la peau.

 À lire aussi : Que faire en cas de lucite estivale ?

 

Les tests réalisés pour obtenir cette crème bronzante

Les chercheurs ont remarqué que la peau des souris à poil roux réagissait de la même manière que celle des humains en brunissant lors d’une exposition aux UV, avec le même risque de développer des cancers de la peau après cette exposition. Ils ont donc appliqué sur la peau des souris la molécule HG-9-91 pendant une semaine, et ont observé un brunissement de leur épiderme. Les scientifiques ont poursuivi leurs essais sur des échantillons de cellules épidermiques humaines et ont constaté une augmentation de la quantité de mélanine.

 

La différence avec une crème autobronzante

La molécule HG-9-91 est assez fine pour pénétrer dans la peau et stimuler la production de mélanine de la même manière qu’une exposition au soleil, contrairement aux autobronzants qui colorent la couche superficielle de l’épiderme. Le bronzage obtenu par l’équipe du Pr Fisher a duré plusieurs jours, et est aussi naturel qu’un hâle provoqué par les UV du soleil… sans l’action nocive exercée par les UVA et UVB sur l’ADN des cellules de la peau, qui peut conduire à terme à l’apparition de différents cancers cutanés, dont les mélanomes.

 À lire aussi : À chaque âge sa protection contre le soleil

 

Les perspectives ouvertes par la crème bronzante sans UV

Cette découverte pourrait être une bonne nouvelle pour les peaux claires qui produisent peu de mélanine sous l’action des UV et sont sujettes aux coups de soleil à répétition, augmentant le risque de développer un cancer de la peau. Le marché des autobronzants serait aussi mis à mal par l’arrivée d’une crème capable de nous faire bronzer de manière très naturelle sans risque pour la santé. Mais de nombreux tests restent à mener dans les prochaines années pour explorer les effets sur le long terme de la stimulation du gène MITF.

 

Des risques pour la santé ?

Certains scientifiques alertent déjà sur l’action de la protéine MITF qui, en cas d’usage prolongé, pourrait entraîner l’apparition de taches sur la peau, voire de mélanomes. Les risques de mutation du gène MITF pourraient, d’après l’Inserm2, multiplier par 5 le risque de mélanome. À ces inquiétudes, l’équipe du Dr Fisher répond que des tests et essais cliniques seront menés dans les prochaines années afin d’évaluer la sécurité de ce procédé. Affaire à suivre donc !

 À lire aussi : Rayons UVA, UVB, infrarouges : à quel indice se vouer ?

 

  1. Source A UV-Independent Topical Small-Molecule Approach for Melanin Production in Human Skin
    Nisma Mujahid, Yanke Liang, Ryo Murakami, Hwan Geun Choi, Allison S. Dobry, Jinhua Wang, Yusuke Suita, Qing Yu Wen, Jennifer Allouche, Lajos V. Kemeny, Andrea L. Hermann, Elisabeth M. Roider, Nathanael S. Gray, David E. Fisher
  2. Source Inserm

 

Clémentine Garnier

Le choix de la rédac

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais

L’huile de coco : l’huile végétale multi usage de l’été

Corps